Publicités Sega, plus fortes que tout ! AAAh ! (Partie 4)

3

Sur Gangeekstyle, nous aimons Nintendo ! Mais nous aimons aussi Sega, cette firme qui nous a proposé à la belle époque du hardware de folie (la cultissime Megadrive en tête !). Il y a peu, à la lecture du bouquin de Frédéric Sanchez sur l’histoire des jeux vidéo en France : 40 ans de news rétro, j’ai eu envie de redécouvrir toutes les publicités Sega, de celles pour la Master System aux longs slogans sans queue ni tête jusqu’à celles pour la Dreamcast, peu inspirées, en passant par les publicités agressives de la Megadrive, sans oublier bien sûr les publicités étrangères marquantes.

Lire la Partie 1 sur la Master System
Lire la Partie 2 sur la Megadrive
Lire la Partie 3 sur la Saturn

Partie 4 : La Dreamcast

Nous sommes fin 1998 quand la Dreamcast, première console 128bits, sort au Japon (elle sortira à l’automne 1999 dans le reste du monde), faisant taire les rumeurs grandissantes d’abandon de développement de hardware par Sega. Elle est le fruit d’une compétition entre la branche américaine et la branche japonaise de la firme, afin de choisir le meilleur des 2 projets car Sega est dans le rouge financièrement et ne peut se permettre un nouveau revers. Au final, c’est le projet japonais qui sera validé, augmentant plus que jamais les tensions internes (mais je n’entrerai pas dans les détails, ce n’est pas le but de ce dossier).

pub sega dreamcast us logo

Publicité US

La Dreamcast, trop en avance sur son temps ?

La Dreamcast est une console avant-gardiste ! En effet, elle propose de jouer à des jeux en ligne ou surfer sur le net grâce à un modem 33 kbit/s (56kbit/s pour les versions américaines et japonaises) intégré et possède 2 systèmes d’exploitation : SegaOS (qui a une architecture très proche de celle des systèmes d’arcade et permet d’utiliser toutes les qualités de la console) et Windows CE (qui permet d’adapter assez rapidement des jeux PC sur la Dreamcast).

Le support est le GD-rom, ayant un plus grand espace de stockage que le CD-rom, une vitesse de lecture beaucoup plus rapide et un temps de chargement par conséquent réduit. Par contre, pas de compatibilité avec les DVD, trop de risque de piratage (on verra ce que ça a donné !), mais face à l’arrivée un an plus tard de la PS2 qui elle, intègre un lecteur DVD, ça va faire bien mal !

dreamcast internet facile pub

Le fer de lance de la Dreamcast : la connexion à Internet !

La connexion à Internet ! De ce point de vue, la Dreamcast est vraiment innovante et se fait une identité propre. L’idée est excellente puisque bien que très critiqué au départ, cet élément sera par la suite repris par les concurrents, notamment par la Xbox de Microsoft et son portail Xbox live, qui sortira quelques années plus tard, quand le net se sera un peu plus développé.

C’est la publicité qui accompagne le lancement de la console en France. On voit clairement le message de Sega adressé aux joueurs : « Venez jouer sur Dreamcast, vous ne jouerez plus seul devant votre télé ! » L’idée est sympa, c’est clair, mais à l’époque, beaucoup de foyer n’ont pas encore accès à internet et les abonnements ne sont pas donnés … au final, très peu de gens ont les moyens de se payer de l’illimité, les autres forfaits étant limités à quelques dizaines d’heures par mois, très vite grappillées si on joue en ligne et l’ADSL commençait à peine à se développer.

Mais la cible de Sega n’a jamais été le citoyen lambda ! Sega cherche à atteindre les « Hardcore Gamers » adeptes des nouvelles technologies sauf que du coup, il se tire un peu une balle dans le pied, ce type de joueur étant en nombre restreint.

dreamcast internet pub

Pas d’abonnement, oui ! Mais faut bien payer le prix des communications locales, et à l’époque, ça chiffre vite !

Après, comme d’hab, Sega fait des choix marketing un peu osés et vante les capacités online de sa machine, la Dreamcast étant une pionnière dans ce domaine jusque-là réservé au monde du PC (bon, il y avait quand même eu une tentative dans les années 1970 avec l’Atari VCS, en utilisant le réseau de télévision câblé américain). Mais je trouve que cette pub ne donne pas du tout envie de se prendre une Dreamcast, les publicités conceptuelles ne sont plus ce qu’elles ont été à l’époque de la Megadrive et des fabuleuses pubs avec Maître Sega. Et le slogan « jusqu’à 6 milliards de joueurs », c’est un peu prétentieux parce que je ne pense pas que les petits somaliens aient de connexion à l’internet, déjà qu’ils n’ont pas l’eau potable…

Le online, c’est bien, mais encore faut-il avoir des jeux qui l’exploitent, et à la sortie de la console en Europe, on ne peut pas dire que l’offre soit alléchante de ce côté…

L’appel au civisme ?

publicité dreamcast mode online

Sega, ou l’art du marketing de merde ! Non mais ils ne sont pas sérieux ? C’est comme ça que Sega pense vendre des Dreamcast ? Je ne sais pas vous, mais moi, je ne me déplace pas pour les élections européennes, je peux pas ! Y’a brocante et après j’ai cours de poney…

Décidément, ce n’est pas facile de vanter les capacités online de la console… Et ils sont où la « coolitude » et le côté rebelle de la marque ? 

Et puis, à la seconde lecture, je me rends compte que j’étais complètement à côté de la plaque, ayant été comme hypnotisée par le mot « citoyen » qui m’a tout de suite fait penser au droit de vote, avec le drapeau européen en fond. Le slogan de cette publicité est une parodie de la Marseillaise, et le mot citoyen est utilisé en France depuis la Révolution française. EURÊKA !

Sauf qu’on ne sait toujours pas à quoi on peut jouer en ligne donc…

Sega offre un jeu pour vanter les capacités online de sa Dreamcast

Consoles + 101 - Page 031 (juin 2000)Sega croit vraiment au jeu en ligne ! C’est pourquoi il choisira d’offrir le jeu Chu Chu Rocket pour l’achat d’une Dreamcast ou lors de l’enregistrement sur Dreamarena, le service de jeu online. Chu Chu Rocket est l’incarnation du jeu multijoueurs en ligne pour Sega et donc il faut que tout le monde puisse découvrir ce mode de jeu : l’essayer, c’est l’adopter !

publicités-sega-dreamcast-affrontez-joueurs-européens« Allez les petits gars ! » Les joueurs européens viennent nous narguer et les clichés sont de sortie : le britannique excentrique, l’allemand blond à l’accent démesuré, le toréador espagnol beau gosse et…

dreamcast-the-french-small-61630…le french lover à la tête de con !

Il existe aussi une version télévisée, déballant pour chacune des 4 nationalités une tonne de stéréotypes plus gros les uns que les autres. Plus c’est gras, plus c’est bon !

Ces publicités avec un côté humoristique sont quand même plus plaisantes à voir que celle de la campagne de lancement de la Dreamcast. Sega est loin d’être à côté de ses pompes. La console se vendra très bien à sa sortie. Mais très vite, les ventes s’essouffleront : manque de confiance dans la marque (Mega CD, 32X et Saturn), moins de campagnes de pub car budget serré et surtout : LE MARKETING DE SONY qui lance très en avance sa pub pour sa PS2, qu’il annonce, un peu très fourbement, révolutionnaire. Du coup, les gens préfèrent attendre sa sortie plutôt que de se risquer à acheter une Dreamcast.

 

pub dreamcastDreamarena est le portail de jeu de la Dreamcast en Europe. Oui, vous ne pourrez donc pas affronter les ricains ou les japonais !

La Dreamcast, une console puissante !

Cette publicité pour le jeu Tomb raider : la révélation finale met en scène Lara Croft qui se trouve plus belle sur Dreamcast que sur les autres machines. Une belle parodie ! on se croirait vraiment dans une pub de L’Oréal, le « parce que je le vaux bien » remplacé subtilement par un « parce que je suis qui je suis« .

Des pubs comme on les aime aux States !

Aux Etats-Unis, on ne lésine pas sur les moyens pour faire de bonnes pubs, pleines d’action…

… ou tout simplement déjantées !

Sega se paie la tête de Sony au Japon…

Au Japon, on peut voir une publicité en 3 épisodes où on suit les aventures de Mr Yukawa, le directeur du management de Sega en personne ! Dans le premier épisode, il entend des gamins dans la rue critiquer Sega et préférer la Playstation, du coup, le pauvre vieux va se prendre une cuite avant de se faire défoncer par des yakuzas. On aime l’humour noir chez Sega ?

Dans la seconde pub, Mr Yukawa croit convaincre les gamins que Sega va sortir une nouvelle console qui va changer la donne, mais en fin de pub, ils avouent qu’ils préfèrent toujours jouer à la Playstation. Dans le troisième épisode, on apprendra qu’en fait, Mr Yukawa faisait un vilain cauchemar.

Cette campagne de pub sera un succès ! Elle remporte même un prix au Japon (prix d’excellence au 38ème ACC All Japan CM Festival, un festival récompensant les publicités). Comme Segata Sanshiro à l’époque de la Saturn, Mr Yukawa devient une figure emblématique de Sega (il aura lui aussi droit à sa chanson). Il est tellement populaire au Japon que Sega décide d’imprimer sa photo au dos des boites de Dreamcast japonaises…

Sega_Dreamcast_Yukuwa_Box

2001, l’annonce qui fait mal !

On va maintenant s’intéresser à cette publicité Dreamcast parue dans les magazines spécialisés dans la première partie de l’année 2001 car il y a beaucoup à dire dessus. Commençons par une anecdote sur le logo de la Dreamcast : s’il est bleu en Europe alors qu’il est rouge dans le reste du monde, c’est à cause d’une étude qui démontre que les Européens préféreraient le bleu, qui est une couleur qui symbolise la confiance ou encore la fiabilité.

Concernant la signification du logo, Shoichiro Irimajiri, président de Sega Enterprises, annonce lors de l’E3 de 1998 que la spirale symbolise « l’univers et les pouvoirs infinis du genre humain ». Bref, chez Sega, on est vraiment sur une autre planète, comme l’indiquait un slogan de la console Saturn. – See more at: http://gangeekstyle.com/?p=15895&preview=true#sthash.0mo1MTXh.dpuf

Niveau fiabilité, c’est sûr que les consoles de Sega excellent dans ce domaine. Sega s’est toujours assuré d’être à la pointe de la technologie dans la voie qu’elle a choisi, même si finalement, ses choix n’ont pas été judicieux (le virage de la 3D loupé avec la Saturn ou l’absence de compatibilité DVD pour la dreamcast). Par contre, pour la confiance, c’est un peu osé, après l’abandon précipité du 32X  ou celui de la Saturn après seulement 3 ans d’exploitation en Europe, de quoi dégouter une partie des joueurs ayant déboursé leurs économies dans l’une ou l’autre de ses machines Sega. Il fallait absolument rassurer !

(Bon, j’avoue, il y a une autre raison plus convaincante, une entreprise allemande, Tivola, ayant déjà une spirale orange comme logo.)

Concernant la signification du logo, Shoichiro Irimajiri, président de Sega Enterprises, annonce lors de l’E3 de 1998 que la spirale symbolise « l’univers et les pouvoirs infinis du genre humain ». Bref, chez Sega, on est vraiment sur une autre planète, comme l’indiquait un slogan de la console Saturn.

pub01

Concernant la signification du logo, Shoichiro Irimajiri, président de Sega Enterprises, annonce lors de l’E3 de 1998 que la spirale symbolise « l’univers et les pouvoirs infinis du genre humain ». Bref, chez Sega, on est vraiment sur une autre planète, comme l’indiquait un slogan de la console Saturn. – See more at: http://gangeekstyle.com/?p=15895&preview=true#sthash.0mo1MTXh.dpuf

La Dreamcast, conçue pour durer… Sur le papier, qui aurait pu croire le contraire ! Une dizaine d’années plus tard, ça fait rire un peu jaune, surtout quand on sait que Sega a annoncé la fin de production de sa machine dans le monde dès le début de l’année 2001 et que si la Dreamcast a eu un sursaut d’orgueil en Europe, c’est surtout grâce à Bigben Interactive qui a repris toute la distribution des jeux et de la console sur notre territoire. On verra donc ainsi fleurir de nombreux packs de console Dreamcast avec 2, 3 ou 5 jeux afin de relancer les ventes de la machines et surtout écouler les stocks.
Et ce n’est pas fini… On se croirait chez SFR ! Désolé, mais malgré une ludothèque, certes beaucoup moins grande que celle des concurrents, mais de qualité, la production de Dreamcast en Europe cesse en juin 2003, après à peine 4ans de bons et loyaux services. Un beau gâchis !

Voulez vous en savoir plus ? Voir

Sinon, dans cette publicité se cache un jeu fantôme, vous avez trouvé ?

Voulez vous en savoir plus ? Voir

On veut des jeux !

Le mot de la fin :

dreamcast-condolences-small-38204

Il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué ! La stratégie du manque de Sony a parfaitement fonctionné…

Il ne faut jamais lésiner sur une campagne marketing ! Sega, malgré une console de qualité et de très bons jeux, en a fait les frais. La firme n’avait pas les moyens colossaux de Sony, plombée par les désastres financiers successifs du Mega Cd, du 32X et de la Saturn et les campagnes de pubs ont donc été restreintes rapidement après le lancement de la console, faute de gros moyens. Les ventes de la Dreamcast avaient pourtant été excellentes à son lancement.

Au moins, Sega est toujours resté fidèle à lui-même ! Pas besoin de tromper le consommateur sur la marchandise, contrairement à Sony et à sa PS2, qui ont surement été les principaux responsables de la mort prématurée de la Dreamcast…

Partage moi ça ma gueule !

A propos du gangeekeur

Nana de 31 ans n'ayant plus quitté l'univers des jeux vidéo depuis son 7ème anniversaire, avec la réception d'un pack gameboy avec Tetris et Kirby ! Plutôt attirée par l'univers Nintendo au départ, par la suite a succombé aux charmes de la PS1 avec son lot de RPG. Genres de prédilection : la plateforme et les jeux de rythmes

3 commentaires

  1. Ah la dreamcast, quelle machine ! Il y a eu des maladresses mais certains cotés marketing sont plaisants. Vraiment très fort le culte de la personnalité pour le directeur du management.

    N’y aurait-il pas une erreur avec « la production de Dreamcast en Europe cesse en juin 2003 » parce que les dreamcast n’étaient pas fabriqué en Europe mais en Indonésie. Il ne s’agirait pas plutôt de la distribution par Big Ben qui prend fin en 2003 ?

Lâche un com' ou une insulte