Bilan 2017 de la team

1

Oui, nous avons un peu (voir beaucoup) de retard pour faire le bilan de l’année 2017, mais comme on dit, mieux vaut tard que jamais…

les jeux vidéo en 2017

Je pense personnellement que la palme de la console de l’année revient à la Nintendo Switch, pourtant très décriée avant sa sortie (nous avions nous-même trollé la machine). La Switch, console hybride entre portable et console de salon, a su petit à petit s’imposer dans les foyers du monde entier avec plus de 10 millions d’unités vendus dans le monde (selon les chiffres de vente internes de Nintendo, décembre 2017).

Les haters de Nintendo ont pourtant tenté de donner une mauvaise image de la Switch aux acheteurs en arguant des déconnexions intempestives de joy-cons ou l’histoire du dock qui raye l’écran en mode console de salon. Mais que nenni ! En tant qu’utilisateur de cette console avec de nombreuses heures de jeu, tout modes confondus, si vous prenez soin de votre console, vous n’aurez aucun souci.

Parmi les jeux de la Switch qui ont cartonné, on retrouve les jeux made in Nintendo : The Legend of Zelda : Breath of the Wild, Mario Kart 8 Deluxe (pourtant un portage de la Wii U, mais quel portage fun !), Super Mario Odyssey et Splatoon 2 (bien que sur ce dernier, je me sois lassée aussi vite que le premier épisode sorti sur Wii U). Nintendo a tenté d’innover et de proposer une nouvelle licence avec Arms, un jeu de boxe lolilol (rigolo quoi) mais personnellement, je n’ai pas accroché. L’alliance avec le studio Ubisoft a permis de sortir un Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle peut-être pas suffisamment abouti mais il est très fun à jouer et dépaysant.

Xenoblade 2 m’a permis de m’occuper plus de 150h lors de ma convalescence de cette fin d’année 2017 et donc de renouer avec mes années RPG. C’est un très bon jeu que je conseille !

Il y a tout de même des titres qui ont déçu sur Switch, comme Super Bomberman R ou encore Rime (pourtant, je suis d’habitude peu regardante sur le framerate mais là c’était abusé).

Parmi les collectors sortis, je retiens Sonic Mania (voir l’article unboxing), rien que pour l’hommage rendu à la Megadrive, ça valait le coup d’investir ! SEGAAAAAAAAA ! (seul bémol, le jeu en version démat).

Derniers roasters pour Lego Dimensions, avec pourtant des packs qui ravissent les fans de Lego mais dont les longues mises à jour online à faire régulièrement ont plombé le jeu. 2017 verra donc les derniers nouveaux packs mis en vente.

Kejard, quant à lui, plébiscite également la Switch. Il n’a pas encore pris le temps de se prendre une PS4 mais la sortie de Red dead Redemption 2 en 2018 risque d’être le déclencheur, d’autant plus que Bloodborne, Persona 5 et Shadow of the colossus lui font du pied.

Ivankaiser est devenu un véritable de fan de la Playstation 4, entre Fury, Nex machina, Matterfall, Caladrius Blaze, N++, Dariusburst et Astebreed, son année 2017 a été riche en sensation de jeu bien oldschool !

Cinéma 2017

Cette année a été riche en déception côté cinéma pour Kejard. Il y est allé 4 fois pour, à chaque fois, verser sa larme de désespoir. Une première fois avec Alien Covenant où Ridley Scott viole sans pudeur la saga qu’il avait initié 40 ans plus tôt. D’une connerie abyssale, le film est tout de même sauvé par de jolis images mais les aliens y sont ridicules et le cœur du film est d’un ennui profond. Il s’est aussi fait chier à Dunkerque (alors que Nolan le botte habituellement bien). Déception également sur Blade Runner 2049. Le film est bon. Il adore Denis Villeneuve. Mais le film n’apporte rien à l’original qui disait déjà tout. Et puis Star wars…ahahahahahah… Cela mérite un article entier, ou pas !!!
Il y a eu tout de même de sacrés chouettes films comme Mother, totalement psyché avec de multiples interprétations et une réalisation passionnante (après sa bouse de « Noé », ça fait plaisir). Sinon un peu de fun avec Get Out, un joli Pixar avec Coco, le retour de Shyamalan avec le surprenant Split.

Pour ma part, j’ai vu Lego Batman The Movie, une vraie déception après l’excellent Lego : la grande aventure (2014). L’humour est une fois de plus omniprésent mais le rythme du film est trop élevé, on est toujours au bord de la surchauffe. Je pensais qu’il en serait de même pour Lego Ninjago The Movie mais ça passe beaucoup mieux que pour le Batman. Alors il ne faut pas s’attendre à un scénario du tonnerre, ça reste très basique, le grand méchant tente de dominer le monde mais trouve sur son chemin des ninjas, dont son fils dont il se rappelle à peine et dont il ne sait pas qu’il est un des ninjas. Et c’est superbement réalisé avec des tonnes de briques Lego ! Essayez donc de faire de même dans votre salon !

Ivankaiser a adoré Blade Runner 2049, The Foreigner, Get Out, Moonlight et Logan. Il ne vous fera pas l’affront de vous parler de l’immonde Star Wars 8, qui est, pour lui, le plus gros foutage de gueule cinématographique 2017 !

Séries TV 2017

Je me dois de vous parler d’American Gods. Quand j’ai maté le premier épisode, je ne sais pas, j’ai eu beaucoup de mal à accrocher, je n’arrivais pas à m’immerger dans cet univers sombre, trash et psychédélique, bref, je n’avais pas pané grand chose. Mais je me suis dit qu’il fallait que je donne une chance à cette série et j’ai bien fait. Pour l’histoire, un ancien détenu tout juste sorti de prison fait la rencontre d’un vieux briscard un peu bizarre qui l’embauche comme garde du corps. S’en suit un périple à travers les États-Unis où le héros va découvrir que le monde est contrôlé par les dieux et où un combat acharné entre les anciens dieux et les nouveaux dieux fait rage, en version allégorique. Bref, je conseille !

Ensuite, j’ai bien accroché avec la série Lethal Weapon, plus connu sur notre territoire sous le nom de l’Arme Fatale. Grande fan des films, j’ai apprécié les petits clins d’œil placé ci et là sans chercher à copier l’original. C’est dynamique et rafraichissant.

Avec mes gamines, nous avons regardé et apprécié deux séries, la saison 2 de Star Wars Rebels (datant de 2015) ainsi que Trollhunters, série créée par Guillermo Del Toro. Un jour, un jeune garçon, Jimmy Dulac, tombe par hasard sur une amulette magique en allant à l’école, le propulsant chasseur de trolls. Il découvre alors une nouvelle civilisation vivant dans les entrailles de la Terre. C’est drôle et dépaysant. Un régal à se mater en famille !

Ivankaiser est toujours à fond sur Black Mirror et Game of Thrones. Il a plus ou moins lâché Walking Dead, car la série s’essouffle.

Jeux/Jouets/Figurines 2017

Playmobil décide de se sortir les doigts du fion en achetant des licences funs. L’année 2017 a vu sortir des sets Dragons mais surtout Ghostbusters. Perso, je n’aime pas les figurines Playmo Ghostbusters, ce n’est vraiment pas mon kiff par rapport aux versions Lego, par contre, gros coup de cœur pour le Bibendum Chamalow (voir mon article), dont j’aurais surkiffé qu’il soit un peu plus volumineux pour l’exposition.

Côté Lego, on ne peut passer outre la sortie du set UCS Millenium Falcon, mais son prix rédhibitoire (849€ sur le shop) pour les modestes bourses fera qu’il restera accessible uniquement aux gros fans de la licence Lego Star Wars, ayant également un grand espace d’exposition disponible vu la bête une fois montée.

Côté jeu de société, nous avons joué à Décrocher la lune, où il faut placer chacun son tour une échelle de son choix selon la position indiquée par le dé sans tout faire tomber le reste. C’est rapide et on peut y jouer avec toute la famille.

Pas trop de jeux cette année pour Kejard, si ce n’est les 3 boîtes d’Unlock qu’il s’est enfilé en famille. Véritable Escape Game version cartes, les scénarios de chaque boîte sont vraiment sympas à jouer et ils ont pris beaucoup de plaisir à y jouer. En attendant que le Kaiser l’invite faire un Kingdom Death

Pendant ce temps, Ivankaiser squatte Kingdom Death avec Rintrah ! Pour lui, c’est le meilleur jeu sorti à ce jour. Niveau jouet, il n’a rien pris cette année par manque de place !

Musique 2017

L’an passé, je vous avais parlé du groupe américain Lucky Chops. Et bien, pour les avoir vu en concert lors d’un festival de jazz à Fontainebleau, je peux vous dire que ça envoie du steak ! C’est ultra festif ! Cette année, j’aimerai vous faire découvrir un autre groupe américain, Gogol Bordello. C’est du folk rock. Ce groupe, formé en 1999 a sorti en 2017 son 11ème album : Seekers and Finders.

Pour Kejard, l’année a été leadée par les albums ci-dessous :

– Limp Wrist – Facades
– Mastodon – Emperor of Sand
– Panzer Dragoon OST
– The Beatles- intégrale
– Hangman’s Chair – Intégrale
– Wolfbrigade – Run with the hunted

Lecture 2017

La pile de livres de Kejard n’a pas trop descendu cette année mais il s’est plongé avec plaisir dans la dernière trilogie fantastico-gauloise de Jean-Philippe Jaworsky, « Rois du Monde« , qui est un vrai plaisir de lecture, entre épopée barbare et mythologie. Il a également continué son exploration du métro moscovite dans le glauquissime Metro 2034 et fini le génialissime 3ème tome de la tétralogie « Le Siecle des chimères« .

Ses gros coups de cœur de l’année côté BD sont « La terre des fils » de Gipi, une sublime plongée dans un monde post-apocalyptique où un père bourru tente de préserver ses fils des atrocités commises dans leur périphérie. Cruel, poignant et impitoyable, ce récit incroyablement sombre trône au sommet de l’année 2017. Sorti en fin d’année, « Ces jours qui disparaissent » raconte l’histoire d’un garçon qui se met à connaitre des jours d’absences où une personnalité prend sa place. Incroyablement touchant, cette BD de Timothée Le Boucher a marqué la fin de l’année. Côté oldies, je me suis relu tout Dragon Ball en Perfect Edition. Dans un format plus large incluant les pages couleurs originales, cette édition met surtout en valeur l’incroyable sens du découpage de Toriyama ainsi que ses scènes d’action d’une grande lisibilité.

Pour ma part, j’ai collaboré avec J’M Destroy pour l’écriture de sa biographie retraçant L’âge d’or du Jeu Vidéo et de la presse vidéoludique. A la lecture de ce récit, on voit clairement que les années 80/90, c’était vraiment un autre monde ! Un petit aperçu : le piratage sur les ordinausaures, de nombreuses anecdotes de « comptoires » sur les magazines de l’époque fin 80/90 (surtout Joystick, Joypad, Super Power, Mega Force), les grands salons de Jeux Vidéo…

Voilà, nous avons terminé notre bilan 2017. Nous espérons que l’année 2018 soit riche de bonnes choses.

 

 

Partage moi ça ma gueule !

A propos du gangeekeur

Nana de 32 ans n'ayant plus quitté l'univers des jeux vidéo depuis son 7ème anniversaire, avec la réception d'un pack gameboy avec Tetris et Kirby ! Plutôt attirée par l'univers Nintendo au départ, par la suite a succombé aux charmes de la PS1 avec son lot de RPG. Genres de prédilection : la plateforme et les jeux de rythme

Un commentaire

Lâche un com' ou une insulte