Holdies

0

Ebay, Price, Leboncoin, Emmaüs, les cash, les brocantes… Il existe différents lieux ou plateformes qui nous permettent à nous, gameurs ou collectionneurs de jeux rétro d’assouvir notre soif d’achats compulsifs. Aujourd’hui, je vais vous présenter le site Holdies sur lequel j’ai effectué quelques achats.

Holdies est un site internet où l’on peut acheter et vendre des jeux vidéo, notamment issus du retrogaming, mais on y trouve aussi des cartes à jouer style Magic ou Pokemon ou encore des BD, des mangas et des comics, entre autres.

Pour la petite histoire, Holdies a été lancé sur un groupe Facebook. Au début étaient organisées chaque soir, à 21h00, des ventes aux enchères descendantes (enchères hollandaises). Le principe était le suivant : L’enchère partait d’un prix élevé qui diminuait de 1 euro chaque seconde, le premier des participants à écrire « j’achète » en commentaire de la vente remportait l’enchère au prix affiché. Une application mobile avait également été développée sur le même principe. Il n’y avait donc pas de surenchère de dernière seconde mais ce concept présentait un inconvénient majeur, il fallait être présent au moment où la vente commençait (et en général, elle ne durait pas longtemps). Du coup, c’est passé sur un concept d’enchères à l’aveugle. Chacun mise le montant de son enchère dans l’intervalle de prix du vendeur sans connaitre le montant des enchères concurrentes et à la fin de la vente, c’est celui qui a fait la meilleure offre qui l’emporte.

Ça fait 2 ans que cette plateforme de vente existe et j’y ai acheté quelques jeux pour ma collection dont trois jeux Nes non officiels, vraiment pas courants. Sur Holdies, on trouve un peu de tout, du classique et parfois quelques pépites, sur un peu tous les supports. Au niveau des tarifs, c’est comme partout, il y a de bons prix (surtout lorsque le démarrage est à 1€) ou des prix plus élevés, après, tout dépend de la somme que vous souhaitez mettre dans l’objet convoité. J’ai pu discuter avec Louis Delon, créateur d’Holdies.

Bonjour Louis, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Louis, J’ai 39 ans, Papa d’un petit Ilian et d’une petite Jade. Étant scientifique de formation (je suis chimiste^^), rien ne me prédestinait à me lancer un projet comme Holdies. Pour la petite histoire, j’ai entamé une carrière de chercheur-entrepreneur en créant ma première startup dans le domaine de la chimie suite à l’obtention de mon doctorat. Après 3 ans de développement, j’ai revendu cette première startup, j’ai pris un virage à 360° pour partir sur un projet orienté autour de ma passion. Je suis aussi collectionneur de Bandes dessinées, fan de jeux vidéo rétro et de tout ce qui touche de façon générale à la culture Geek des années 80-90.

Pourquoi avoir créé Holdies ?

Je voulais lancer un projet pour les passionnés de culture ludique & vidéoludique, ce que les anglo-saxons appellent génériquement « l’Entertainment ». J’appartiens à la génération Club Do/ récré A2, celle qui était scotchée tous les mercredis après-midi devant la télé à regarder les premières séries animées japonaises (Cobra, Albator, Capitain Flam, puis plus tard Dragon Ball et tous les autres…). A chaque évocation de ces univers, ce sont des souvenirs très joyeux qui ressurgissent. Les collections commencent souvent comme ça, sur ce terreau particulièrement fertile qu’est la nostalgie de notre enfance ! Mais cette époque, c’est aussi l’âge d’or des premières consoles de salon et de la lutte marketing que se livrent Nintendo et SEGA. Je me souviens de ma première console, une Nintendo NES (que j’ai eu sur le tard par rapport à mes camarades de l’époque), quelle claque ! La première fois que j’ai branché Super Mario Bros reste un de mes meilleurs souvenirs vidéoludiques.

Bref, je voulais créer une marketplace pour les collectionneurs et les passionnés de ces univers, un site dédié exclusivement à la culture geek « rétro » et contemporaine.

Cela fait maintenant plus de 2 ans qu’Holdies a été lancé, même si la forme a changé, le concept d’adjudication à l’hollandaise reste le fer de lance de la plateforme. Peux-tu nous expliquer ce qui fait la force de ce concept ?

Durant des années, j’ai acheté sur Ebay pour compléter ma collection, de façon assez compulsive. Il m’arrivait de dépenser plus de 1 000 euros par mois dans ma collection. Mais l’Ebay du début des années 2000 n’est plus l’Ebay des années 2010. A l’époque, pas de logiciel de Snip automatique (en tout cas, pas utilisé de façon aussi systématique) et pas (peu) de pousse-enchère artificiel. C’est le site communautaire par excellence et il y a une vraie prime pour celui qui se lève à 3h du mat pour être présent dans les dernières secondes de la compétition. Le problème, c’est que ce temps est révolu, et même si ça reste une référence pour les collectionneurs, son image a pris un sacré coup. Trop de pros, trop de triche. J’ai commencé à m’en éloigner progressivement, au début car j’en avais marre de me faire systématiquement snipper mes enchères à la dernière seconde. Et encore, quand je n’oubliais pas l’heure de fin de vente (ben on a tous une vie, hein^^). Je souhaitais donc proposer un concept d’enchères alternatif, sans enchère en embuscade, ou l’on puisse se positionner instantanément sans craindre le snip de dernière seconde.

Après avoir testé plusieurs concepts (dont les enchères hollandaises), nous en avons retenu un, celui des enchères aveugles. Le principe est le suivant : Le vendeur propose un objet dans un intervalle de prix (prix minimum et prix maximum). Dans cet intervalle, il accepte des propositions d’acheteurs. Les acheteurs intéressés par l’objet peuvent se positionner, de façon totalement confidentielle. Personne ne connait le montant des enchères de ses concurrents. En revanche, ils connaissent le nombre d’offres qui ont déjà été faites de façon à pouvoir se faire une idée du niveau de la concurrence (et éventuellement réviser leur offre initiale à la hausse).

L’intérêt : pas de risque de se faire snipper dans les dernières secondes puisque personne ne connait le montant de son offre.

Mais ce mode d’enchère présente aussi un autre intérêt, pour le vendeur cette fois : Le meilleur enchérisseur paie le montant de son offre quel que soit le montant misé par les autres enchérisseurs. Cela réduit considérablement le risque de mauvaises surprises.

De nouvelles évolutions sont-elles prévues ?

Oui énormément ! Pour le moment, nous nous consacrons au développement de notre concept de ventes privées. Actuellement, il n’y en a qu’une par semaine mais très prochainement, les collectionneurs pourront gérer de façon totalement autonome leur propre vente privée et ils bénéficieront de tout le support d’Holdies pour que ce soit le plus simple possible à organiser. Nous développons actuellement des algorithmes qui faciliteront son développement à grande échelle.

Un collectionneur décide d’arrêter sa collection. Quels conseils lui donnerais-tu et pourquoi choisir Holdies plutôt qu’une autre plateforme ?

Très bonne question ! Sur Holdies, il existe 2 possibilités pour les collectionneurs. Ceux qui ont quelques pièces à vendre et qui ne sont pas pressés, et ceux qui ont une collection entière mais qui n’ont pas toute leur vie.

Pour les premiers, c’est assez simple, il y a la marketplace Holdies. Les vendeurs mettent en vente leurs objets et ils atterrissent directement sur la marketplace où ils bénéficient d’une bonne visibilité auprès de notre communauté de passionnés.

Pour les seconds, nous avons une solution toute autre. Après avoir côtoyé des centaines de collectionneurs de jeux vidéo et de retrogaming, j’ai fait un constat : Vendre sa collection n’est pas simple. Et c’est vraiment au moment où la question de sa revente se pose qu’on s’en rend compte. Une collection, c’est un patrimoine, qu’on a souvent mis plusieurs années à acquérir, et les raisons principales qui poussent certains collectionneurs à se séparer de leur collection sont principalement de 4 ordres :

1/ Lassitude (j’ai fait mon temps, de toute façon je n’en profite plus, autant que ça profite à un autre)
2/ Déménagement (certaines collections n’y survivent pas)
3/ Nouveau-né (adieu la gaming room, faut faire de la place^^)
4/ Besoin d’argent (j’ai de nouveaux projets et j’ai besoin de les financer)

Pour chaque vente conclue, une commission de 5% sera prélevée.

La solution qui s’offre à eux dans ces cas-là est de 2 ordres :

–       Vendre en lot (à un professionnel ou à un autre collectionneur). Mais on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre, cela se fera forcément au détriment de la valeur de revente. Ils ne peuvent pas espérer en tirer plus de 60% de la somme des valeurs marchandes de chaque objet au détail.

–       Vendre par soit même, au détail. C’est la seule solution pour pouvoir en tirer un prix correct. Mais attention, cette fois-ci, il faudra consentir du temps et de l’effort pour tout écouler sur les Marketplace, sites de petites annonces ou sur les forums/groupes facebook… Armez-vous donc de patience et sacrifiez quelques WE !

La mission d’Holdies est justement de pallier ce manque de choix, c’est-à-dire d’aider les collectionneurs à vendre leur collection au moindre effort, rapidement, et à bon prix. Pour cela, nous leur donnons la possibilité d’organiser sur le site des « ventes spéciales ». Qu’est-ce que c’est ? Il s’agit de ventes évènementielles pour lesquelles nous apportons une assistance aux collectionneurs à différents niveaux :

–       Avant la vente : Nous l’aidons à établir sa stratégie de vente de sa collection, le pricing de ses objets, et à créer son catalogue de vente. Le teasing de sa vente peut alors débuter.

–       Durant la vente : Nous assurons la promotion de ses objets sur différents channels (sur le site, sur nos réseaux sociaux, newsletter…).

En procédant de la sorte, plus de 80% des objets de sa collection peut être vendu à bon prix en une semaine seulement. Le reliquat peut ensuite se vendre en lot pour tout solder rapidement ou se vendre progressivement sur la marketplace.

Donnons maintenant envie aux acheteurs d’aller visiter la plateforme Holdies. Quelles sont les plus belles pièces retrogaming qui ont récemment été mise en vente sur le site ?

Alors il y en a beaucoup (il y a plus de 5000 objets en vente actuellement sur le site), pour toutes les bourses et pour tous les genres. Mais pour donner quelques exemples, il y a en ce moment une Gamecube Panasonic, une pièce assez rare et très recherchée par les collectionneurs.

Pour les fans de PlayStation 1, une console PSone monstres et compagnie, ou un glove PS1 ne sont pas communs du tout. Ou alors un petit Street fighter collection mis à prix à 1 euro. Les fans de Zelda apprécieront probablement la version N64 d’Ocarina of Time.

Côté insolite, des cartes de téléphone gold collector Final Fantasy VII éditées en 1997 tirées à 3000 exemplaires. Côté JAP, une Super Famicom complète en boite à partir de 40 euros.

Si vous êtes branchés Resident Evil, ce petit pack collector vous ravira certainement.

Mais le mieux est encore de se rendre sur le site pour se faire une idée. D’ailleurs, dès Lundi c’est une vente assez exceptionnelle qui va avoir lieu sur le thème Castlevania. Un collectionneur de retrogaming vend sa collection qui comporte plus de 60 pièces d’exception. L’incontournable Symphony of the night sera de la partie, dans sa version classique mais également collector. Vous y trouverez également Dracula X sur SNES, toute la saga sur Game boy et Game boy color, sur N64, PS3… et plein d’autres pièces magnifiques et très recherchées.

Vous pouvez d’ailleurs vous inscrire si vous souhaitez y prendre part.

Merci Louis d’avoir répondu à mes questions 🙂

MEnregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Partage moi ça ma gueule !

A propos du gangeekeur

Nana de 31 ans n'ayant plus quitté l'univers des jeux vidéo depuis son 7ème anniversaire, avec la réception d'un pack gameboy avec Tetris et Kirby ! Plutôt attirée par l'univers Nintendo au départ, par la suite a succombé aux charmes de la PS1 avec son lot de RPG. Genres de prédilection : la plateforme et les jeux de rythmes

Lâche un com' ou une insulte