Return of Double Dragon – Super Famicom

4

Double Dragon est au Beat’em Up ce que Chuck Norris est au nanar d’action: une référence. Si Kunio s’était vu adapté en Renegade pour le marché occidental (compte tenu de la distance culturelle, il ne pouvait pas avoir sa place en occident sans changements), le jeu mettant en scène Billy et Jimmy avait été créé de manière à être diffusé partout dans le monde. Mais à force de vouloir mettre tout et n’importe quoi dans des suites dégueulasses pour ramasser un maximum de dollars, Technōs Japan nous a servi un Kebab tutti quanti indigeste, qui a dégoûté la plupart des fans qui sont partis voir si l’herbe était plus verte ailleurs (Double Dragon 3 en arcade vs Final Fight).

double dragon

L’avantage de voir un jeu avec comme titre « Return of Double Dragon », c’est que nous savons à quoi nous pouvons nous attendre: un soft prévisible, bourré de clichés, destiné à « des joueurs consanguins débiles » s’enfilant bière sur bière et ne comprenant pas la finesse de Final Fantasy 7.

Et bien nous, nous voulons de l’Abobo ultra-moustachu,  de la pute joufflue et touffue et de la petite culotte de Marian en intro, parce que sur Gangeek Style on aime ça et on en redemande.

Présentation du jeu

Return of Double Dragon est un Beat’em up créé par Technōs Japan. Il a été édité par Tradewest pour le marché occidental en Octobre 1992 pour les Etats-Unis. Après sa sortie US, une version japonaise a vu le jour en Novembre 1992. La cartouche est sortie en Europe en 1993.

D’après le livre « Yoshihisa Kishimoto, Enter Double Dragon » de Florent Gorges, Kishimoto s’était opposé aux choix de la direction pour Double Dragon 3 en arcade. Dégoûté de la série, il se promit de ne plus sortir de jeu Double Dragon. C’est un jeune gamer de 16 ans qui va réussir à convaincre le papa de la saga de sortir une suite. Il va même s’incruster dans l équipe en tant que directeur aux côtés de Atsuyuki Nishizawa et de fight choregrapher. Son nom: Muneki Ebinuma.

Marian Kelley, une belle policière est aussi une pratiquante de Kung Fu. Elle donne des cours dans l’école d’arts martiaux Sou – Setsu – Ken géré par Billy et Jimmy Lee. Surnommée the fist that whirls, l’école a une bonne réputation dans la ville. Suite à son enquête sur l’organisation criminelle connue sous le nom des Black Shadow Warriors, elle disparut sans laisser de trace.

Quelques jours après, les frères Lee reçoivent une lettre assez inquiétante:

  » Si vous voulez sauver la vie de Marian, vous devez nous remettre votre dojo et coopérer pour faire prospérer l’organisation.
– Les Black Shadow Warriors  » .

Si vous n’avez pas la notice sous les yeux, vous ne saurez pas pourquoi les frères vont se friter avec les habitants du coin, parce que le jeu se contente du strict minimum: pas d’introduction, pas de texte, pas de cutscene.

Les frères Lee vont une fois de plus partir sauver une Marian et mettre fin aux agissement des  Black Shadow Warriors. C’est un scénario digne d’une VHS de la collection de Obowser.

ascenceur

Si vous aimez les combats techniques vous allez être servi: Y pour le coup de poing, A pour le  coup de pied, X pour sauter. Vous n’avez pas le système de coup de Double Dragon 2 NES et de Kunio qui permettait de frapper ses ennemis sans se retourner. Pour se défendre contre un adversaire qui arrive dans votre dos, il faut soit être en l’air et presser arrière A, soit avoir contré un adversaire et appuyer sur arrière A.

B enclenche la protection. Contre certains ennemis, elle permet de parer un coup et de lancer une contre attaque dévastatrice (projection, multi coup de poing ou de pied dans la face). Il ne faut surtout pas hésiter à utiliser la protection contre les ennemis puissants pour ne pas perdre ses points de vie.

Il y a pas de mal de variantes au niveau des coups, comme par exemple Bas+A pour faire un autre type de coup de pied.

R permet d’augmenter une jauge qui, fonction de son niveau, déclenchera un coup spécial plus ou moins puissant. Chargée au minimum, elle permet de donner un coup de poing retourné ou un coup de pied plus violent que votre kick habituel. Si elle se remplit à plus de la moitié, votre personnage lancera un Hurricane Kick dévastateur. Si la jauge est à fond, votre personnage se fâchera et distribuera des coups qui mettront au sol les adversaires.

trip

Lorsque qu’un ennemi est pris d’étourdissements , si vous allez au corps à corps, vous l’attraperez par les cheveux. C’est à ce moment là que vous pourrez balancer des coups de genoux ou de coudes, ou effectuer de magnifiques projections.

Il est possible de prendre appui sur les murs pour réaliser des coups de pied sautés.

Plusieurs armes sont à votre disposition: Le bidon, Le boomerang, le bâton, le nunchaku, le couteau, la grenade, le caillou. Vous pouvez mettre des coups de pied avec une arme entre les mains.

Cette technicité fera plaisir aux fans de la série et aux adeptes de la baston tactique. Les mecs qui aiment juste appuyer frénétiquement sur le bouton poing, trouveront le jeu mou du genou et assez ennuyeux à cause d’une réalisation très basique (nous en parlerons plus bas).

17

Return of Double Dragon est jouable à deux simultanément. Le menu vous propose un mode 2 joueurs où il est possible de s’infliger des dégâts, et un autre mode où les joueurs ne peuvent pas se toucher.

Le jeu se divise en sept missions. Le découpage des niveaux est très mal fait. Il n’y a pas de cutscene et il n’y a aucune mise en scène quand un boss arrive en jeu. À vous de faire travailler votre imagination.

Voulez vous en savoir plus ? Voir

Il n’y a pas d’originalité dans les missions par rapport à la concurrence. Si vous n’avez pas la notice du jeu ou si vous n’avez pas pris connaissance du scénario, vous allez avoir une désagréable impression de combattre juste pour combattre. Pas de Cutscene, pas d’introduction et surtout pas de fin. Ce sont vraiment les gros points noirs du jeu.

costard

Pour ce qui est de la durée de vie, on y revient avec plaisir car la palette de coups est tellement large qu’on a toujours envie de se faire plaisir en tentant quelques prouesses. La difficulté est pour une fois bien dosée. Notez que la version US/PAL est bien plus difficile que la version japonaise, mais n’importe qui peut en venir à bout avec un minimum de pratique. À 2 joueurs, c’est le bonheur assuré.

Technique

Graphiquement le jeu est correct, mais ne casse pas des briques. Les graphistes se sont contentés de faire le minimum dans le temps qui leur était imparti. Ils ont suivi la direction artistique de la saga sur console de salon: des sprites petits, propres et assez bien animés. Pour les choix du style, c’est selon ses goûts, il faut aimer les bonhommes flashys tout droit sortis des années 90. Il y a un très gros recyclage de sprites. Dès le premier niveau, dans la seconde zone de combat, on se retrouve déjà devant un double de Billy (Jeff), un comble. Les décors sont simples et ne proposent pratiquement aucune interaction (un piège par ci, un escalier à descendre par là, un sac de frappe à cogner etc.).

L’animation est vraiment propre. Elle n’est pas nerveuse comme pour un jeu bourrin à la Undercover Cops. Elle peut paraître lente si vous jouez sur une console en 50 hertz. Il y a beaucoup de détails (mimiques des méchants, coups très bien décomposés etc.) et pas mal de mouvements.

venere

La bande son est pratiquement parfaite. Certaines musiques sont cultes et les 2 reprises du premier opus feront plaisir aux anciens. Par contre certains sons font vraiment pitié. Mention spéciale au son des chutes au sol: nous avons l’impression d’entendre un bout de bois qui tombe sur le sol d’un chantier. Il n’y a pas assez de digitalisations vocales, il n’y en a même pas des différentes pour le boss de fin.

Le jeu est vraiment technique, vous avez énormément de combinaisons pour venir à bout des ennemis. Les modes deux joueurs sont vraiment un plus par rapport aux autres softs. Le fait que les sprites soient petits apportent une bonne visibilité pour les parties à deux. On est loin du bordel de Iron Commando.

Critique

Le jeu a eu de bonnes critiques lors de son arrivée en import en Novembre 1992. Je vous laisse lire ces pages pour vous faire une idée. N’hésitez pas à cliquer dessus.

super double dragon

doubledragon

Return of Double Dragon vs Super Double Dragon

Le jeu est d’abord sorti au Etats Unis. En effet Tradwest mit la pression à Technōs Japan pour diffuser la cartouche rapidement, afin de récolter un maximum de dollars, avant l’arrivée massive de Beat sur le marché américain. Résultat, les ricains ont eu le droit à un jeu inachevé. Les japonais eurent une version plus complète. En Europe nous avons la chance d’avoir la version… Américaine en 1993.

Voulez vous en savoir plus ? Voir

Les collectionneurs et autres mauvaises langues vous diront qu’il n’y a pas de grandes différences entre les deux jeux, et bien c’est faux. Ces détails renforcent le sentiment de frustration et rendent le jeu plus dur dans la version US/PAL.

19

Selon Muneki Ebinuma, le jeu devait comporter des niveaux plus élaborés et devait suivre le scénario des épisodes précédents.  Marian, devenu agent de police, devait apporter son aide aux frères Lee, mais ce fut abandonné (son personnage est mentionné dans la notice). La cartouche devait également proposer un nouvel adversaire qui ferait office de super méchant. Tous ces éléments n’ont pas été inclus en raison des contraintes de temps.

ARTVoici des artworks présents dans la cartouche, mais qui n’ont pas été utilisés.

Conclusion

Nous avons affaire à un bon jeu qui ne va pas vous torturer le cerveau. Il est là pour nous faire plaisir et nous faire passer un bon moment en tabassant les sbires des Black Shadow Warriors. Dommage que Technōs Japan traversait une mauvaise passe financière qui provoqua une sortie prématurée de Return of Double Dragon, sinon je pense que nous aurions eu le meilleur Beat’em up de la console.  Si vous êtes un fan de la série, vous serez aux anges. Si vous avez un Game Boy Advance, je vous conseille plutôt Double Dragon Advance (toujours de Muneki Ebinuma) qui est le titre qui rend le mieux hommage à cette série culte.

Return of Double Dragon - Super Famicom

73%
73%
 

Un jeu sympa et technique qui vaut le coup et ravira les fans, mais uniquement en 60hertz et si possible en version japonaise.

  • Gameplay
    9
  • Graphismes
    7
  • Sound Design
    7
  • Intérêt général
    6
  • Notes des internautes (0 Votes)
    0
Partage moi ça ma gueule !

A propos du gangeekeur

Collectionneur matérialiste, petit joueur, rageman ascendant crevardman, Lutador. Un pigeon parmi les vautours.

4 commentaires

  1. sympa le test. Je n’ai pas souvenir que les putes étaient joufflues dans ce jeu. tu t’es bien lâché au début du test en tout cas et puis spéciale dédicace à Obowser. Maintenant on veut voir sa collection de VHS.

    J’ai conscience que ce que je demande n’est pas facile mais est-ce qu’une estimation du prix serait possible ? Par exemple écrire si c’est un jeu facile ou difficile à trouver, le prix auquel on peut le trouver en 2014, la version la plus chère.

    en fait des conseils pratiques pour le trouver

    • Je ne voulais pas qu’on parle d’argent sur le site. Pour les estimations tu peux demander sur le forum. Minouche se fera un plaisir de répondre en tant qu’expertman 🙂

      Après pour un jeu comme return of double dragon ça dépend vraiment de ce que tu veux. Soit la vrai version qui est bien classe (jap) soit tu veux la version pal pourrie pour la collection.

      Les 2 versions n’ont vraiment rien avoir je trouve.

  2. Quel boulot avec ce test Ivan! C’est complet, super bien illustré et bien écrit: on a encore ici une preuve de la qualitée des articles réalisés par la team GGS!

    Très bon test, je trouve malgré tout que tu as été assez gentil pour ce titre où la lassitude peut survenir assez rapidement, mais c’est une question de feeling 🙂

Lâche un com' ou une insulte