Iron Commando : Koutetsu no Senshi – Super Famicom

11

Dans le paysage vidéoludique, et particulièrement dans celui de la collection, il y a des êtres « exceptionnels ». Ils sont parmi nous, cachés dans l’ombre. Ils marchent comme nous, font leurs vies comme nous, mais ont le pouvoir d’influencer le geek en racontant n’importe quoi dans un article, dans une vidéo ou sur les forums. Ils pensent être visionnaires, dans le coup, et crachent sur toute personne n’étant pas d’accord avec leurs idées. Certains d’entre eux s’achètent des jeux une petite fortune pour les déposer sur une étagère, tout en décrétant qu’ils sont des gamers et qu’ils s’y connaissent EUX. Ils vous expliquent que tel titre est un chef d’œuvre, alors qu’ils n’ont jamais passé le premier niveau. D’autres sont fans d’import, histoire de ne pas faire comme tout le monde et se la racontent sur les forums, alors qu’en fait ils ne s’y connaissent pas plus que nous.  Sur GGS, nous ferons tout pour ne pas devenir comme ces gens, quitte à passer pour les prolétaires du jeu vidéo avec nos tests et nos dossiers.

Nous ne nous laisserons plus influencer par les rumeurs et les légendes. Certaines ont vanté les mérites de beat them all sur Super Famicom, dont le fameux Iron Commando. De bonne foi, nous nous sommes dit que le jeu valait certainement son pesant de cacahuètes et que nous allions le tester sérieusement, avec une Super Famicom, la cartouche originale et des membres du forum bien décidés à jouer avec cette « pièce de collection ».

Après la soirée que nous avons passé, je pense que ces gens exceptionnels cités plus haut, qui pensent faire la pluie et le beau temps sur le net, feraient mieux de s’étouffer avec leur Werther’s Original avant de parler d’un jeu.  Iron Commando n’est pas la bombe espérée.

Présentation du jeu

Dans un futur proche, une météorite, qui est sur le point de s’écraser sur la Terre, est l’objet de toute les convoitises. Une organisation criminelle appelée “G.H.O.S.T” a échafaudé un plan pour s’en emparer, afin d’exploiter son énorme potentiel énergétique. Leur but : créer des guerriers génétiquement modifiés. Mis au courant par le gouvernement, le groupe d’intervention “Iron Commando” décide de partir à la recherche de cette météorite. Jack et Chang Li seront envoyés au charbon pour contrecarrer les plans des vilains terroristes criminels.

1Jack et Chan li font très comic us.

Pour une fois pas de nom japonais au générique. C’est une équipe française qui est à l’origine de ce jeu : la team Arcade Zone. Ils ont brillé grâce au « Beat them all » Legend (1994) sur Super Nintendo. 

Voulez vous en savoir plus ? Voir

Iron Commando est sorti, d’après internet, le 10 février 1995 au Japon. Il a été édité par Poppo. Il n’est jamais sorti en dehors de l’archipel nippon à cause de son distributeur en occident : Sony. Avec la sortie de la Playstation, il stoppa sa distribution de jeu sur les consoles de Nintendo. Suite à ce coup dur, le studio ferma ses portes, juste avant la tentative de lancement de Nightmare Buster (une commande d’Arcade Zone). L’équipe reviendra sur Playstation avec un nouveau studio du nom de Tonka et un nouveau jeu, Burning Road.

Autant vous le dire tout de suite. Nous nous sommes royalement cassés les dents sur cette cartouche du diable. Un sentiment de dégoût a vite envahi la team, notamment à cause des blagues de certains invités. J’aurais volontiers explosé la cartouche à coups de matraque télescopique, si je ne l’avais pas payée la peau des fesses.

Voici le récit du massacre.

2

Iron Commando : Koutetsu no Senshi est un Beat Them All à l’ancienne. Pour mener à bien votre mission, vous devrez choisir entre Jack, le ricain blondin fâché et Chang Li, le chinois zen qui tatane tous ce qui bouge!

Vous frappez et utilisez les armes en pressant Y.
Votre personnage saute si vous appuyez sur le bouton B.
Après un saut vous pouvez lancer un coup de pied sauté avec Y (à utiliser sans modération si vous voulez survivre!) ou une attaque aérienne selon l’arme que vous possédez.
En appuyant simultanément sur les touches A et B, votre héros quitte l’écran en effectuant un bond et balance des grenades sur les ennemis se trouvant en dessous de lui (un comble même la super attaque n’est pas très efficace…).
En vous collant à votre adversaire, vous l’attraperez. Une fois entre vos mains, vous pourrez soit le balancer au sol, soit le cogner.

jack

Vous aurez accès à tout un arsenal pendant votre partie. Du revolver en passant par le fusil à pompe et la batte de Baseball, rien n’a été oublié. Toutes ces armes sont à usage limité et agissent selon la distance avec votre adversaire. Si vous êtes au corps à corps avec le revolver, lorsque vous presserez le bouton Y votre personnage ne tirera pas, mais cognera. C’est assez embêtant. Si vous voulez lancer un couteau sur ennemi, mais qu’un autre s’approche de vous, cela transforme votre « lancé de gitan » en « poignardage de cité ».

Il y a aussi les classiques bonus qui vous font gagner de la vie ou qui augmentent votre score.

Vous traverserez divers endroits et de temps en temps vous tomberez sur un boss à la fin de la zone. De la ruelle sombre en passant par un temple Inca, le moins que l’on puisse dire, c’est que le jeu essaie de varier les plaisirs. Il y a certains passages qui s’apparentent plus à du shoot them up. Ce sont des phases en moto, en chariot et à l’arrière d’une Jeep.

Voulez vous en savoir plus ? Voir

Sur le papier, Iron Commando a l’air pas mal. Son principal problème vient de la programmation du jeu. Le jeu est beaucoup trop dur pour le commun des mortels. Si dans certaines productions, c’est un argument de vente, pour un beat them all, c’est juste se mettre une balle dans le pied. Un beat sur console, c’est avant tout pour se défouler.

7Non! Pas les serpents!

Votre personnage ne fait aucun dégât quand il cogne ses ennemis. Pendant notre première partie, nous avions l’impression de nous battre contre d’autres joueurs. À deux contre quatre, vos personnages se retrouvent vite débordées et s’en prennent plein la tronche. Mais c’est ensuite que ça se complique encore plus.

4Pas besoin de la météorite pour modifier les hommes du G.H.O.S.T, ils sont déjà assez puissants. Ils résistent aux balles!

Des chiens et des serpents vous attaquent, sans vous laisser la moindre chance. Les serpents sont juste abusés. Ils sont difficiles à toucher (donc difficiles à tuer) et vous pourrissent en vous sautant dessus.  Je n’ai jamais vu un ennemi aussi horrible dans un jeu de ce type.

5Les « boss » sont résistants et très chiants à tuer.

Pour encore plus compliquer notre affaire, des timers font leurs apparitions dans les moments chauds. Si il tombe à zéro, vous perdez une vie. Parfois le temps imparti est insuffisant pour effectuer la tâche demandée. Expliquez-moi comment battre Mutan Couba en moins de deux minutes.

La cerise sur le gâteau, ce sont les pièges qui sont dans le jeu. Ils sont totalement bluffants. Lorsque nous en voyons un, nous savons que la moitié de la barre de vie va sauter quoi qu’il arrive. Merci les hitboxes totalement randoms.

9Les incas sortent un petit piège au cas où les sbires ne seraient pas suffisants.

Finir seul Iron Commando en normal est un challenge de taille. Même en Easy le jeu est assez difficile en solo. À deux joueurs le jeu est faisable. Il faut juste se motiver pour passer un peu de temps dessus.

Technique

Techniquement parlant, le jeu tient carrément la route. Nous ne pouvons que féliciter cette petite team pour le travail accompli.

Graphiquement, le bon côtoie le mauvais. Certains passages sont de toute beauté, alors que d’autres éléments graphiques frôlent l’amateurisme. Les sprites des héros sont assez réussis. Les ennemis sont bien réalisé pour la plupart. Parfois, les décors au premier plan cachent complètement l’action rendant le jeu encore plus dur!

L’animation est correcte. Les sprites sont énormes. Les ennemis n’ont pas beaucoup de phases de mouvements, mais elles ont le mérite d’être bien faites. Mention spéciale aux pectoraux de jack qui ne bougent pas quand il respire. C’est Cruxinistre qui va être jaloux. Pendant les poursuites en moto et en Jeep, le parallaxe utilisé par le programmeur simule à merveille l’effet de profondeur.

chan li

La bande son est plus que correcte. Certains bruitages sont identiques à ceux du jeu Legend. Les musiques sont rythmées. Le compositeur s’est permis quelques folies comme des remix de « Santiano » d’Hugues Aufray ou de « la Colegiala par Rodolfo y su tipica ». Du grand art!

Hélas la réalisation du jeu n’est pas assez bonne pour pousser le joueur à finir le jeu dans son intégralité. Si certains jeux difficiles, comme Wild guns ou Hagane, titillent votre curiosité grâce à une réalisation exemplaire, Iron Commando lui ne va pas vous donner spécialement envie de vous torturer le cerveau pour en venir à bout.  Pendant la soirée, beaucoup de membres ont demandé à changer de jeu.

Conclusion

Le jeu a eu son petit succès au Japon. Aujourd’hui c’est un véritable collector qui vaut une fortune dans sa version d’origine. Hélas, suite à notre test en groupe, nous avons constaté que le jeu n’attire pas le fan de beat et encore moins le joueur lambda. C’est à cause de sa réalisation parfois hasardeuse, mais surtout à cause de sa difficulté cataclysmique que les gangeekers l’ont boudé pendant la soirée. C’est dommage, car il y avait de bonnes idées et des passages grandioses.  Espérons que le Nightmare Buster distribué par la Super Fighter Team sera bien réglé au niveau de la difficulté.

Ce qu’il faut retenir d’Iron Commando: C’est un jeu avec une réputation surfaite. À réserver aux riches collectionneurs qui veulent frimer et aux fans de Beat them all fanatiques.

Iron Commando - Super Famicom

54%
54%
 

Ce jeu est une torture pour les fans de la SNES/Super Famicom.
Même deux joueurs, c'est assez difficile. Dommage que le jeu soit si dur, et que certains passages soient très frustrants (les combats contre les chiens et les serpents, une horreur).
Et cerise sur le gâteau: le prix de la cartouche. A réserver aux collectionneurs et aux fans de Beat them all fanatiques.

  • Gameplay
    4
  • Graphismes
    7
  • Sound Design
    7
  • Intérêt général
    5
  • Intérêt des invités
    4
  • Notes des internautes (5 Votes)
    5.8
Partage moi ça ma gueule !

A propos du gangeekeur

Collectionneur matérialiste, petit joueur, rageman ascendant crevardman, Lutador. Un pigeon parmi les vautours.

11 commentaires

  1. Ouais…. Comme dirait l’autre, j’ai vu, j’ai vécu, j’ai rendu.
    Plutôt excité au début à l’idée de torcher le jeu, on déchante assez vite.. Crises de nerfs sur les serpents et les chiens, sur les hitbox pourries (Tina est insupportable).

    Niveaux DA, j’aurais rajouté aussi que ça part dans tous les sens. On est ambiance eighties au début avec du combat de rue à la Streets of rage pour aller ensuite dans la jungle, puis dans une mine, puis on rencontre des incas qui avec leurs lances font 4 fois plus de dégats qu’un AK-47…

    Moi j’ai bien aimé la zik et le bon délire de bien tester le jeu en profondeur, mais sinon, il vaut pas des masses, et la note est justifiée là à mon sens.

    Merci pour ce bon VRAI test ! Ce qu’on peux lire sur le net sur ce jeu est affligeant, on dirait que personne n’y a joué… ‘ya deux-trois autres jeux aussi comme ça dans le genre.

  2. Hum voici qui confirme ce que j’en pensais avec les tests d’époque que j’ai pu lire. Je me ferai ma propre opinion en le testant en everdrive, pas de rush pour ce titre!

  3. il aurait pu être vraiment bien si la difficulté n’avait pas été aussi nawak, les hitboxs pourries des serpents je m’en rappelle plus mais le gros problème c’est que quasi chaque pélo à la barre de vie d’un boss, qu’ils te prennent systématiquement en sandwich pour te niquer et que les armes que tu choppes ne font pas plus mal qu’un coup de poing normal.

    Mais je pense que ce studio avait un vrai problème pour régler la difficulté de ses jeux, cf nightmare busters, ou alors il était composé uniquement d’hardcore gamers !

    Enfin en parlant de nightmare busters j’étais persuadé que c’était la même team qui avait taffé sur iron commando, merci pour les précisions.

  4. Pingback: [TEST] Nightmare Busters-Super Nintendo » Gangeek Style

  5. Pingback: [TEST] Return of Double Dragon - Super Famicom » Gangeek Style

  6. Je reconnais que je ne connaissais pas le jeu. Et c’est comme tu le dis sur le net que j’en ai entendu parler. J’ai eu du bol de pouvoir le tester avant d’essayer de me le procurer (parce que la cartouche cote). Pas franchement mauvais, mais ca ne vaut pas son prix a mon avis.

    • Tu peux te faire un cartmod ou en émulation. Il n’existe qu’en JAP en version officiel. Sinon MP scaravagor il a tope un evergrey je sais pas si on écrit comme ça mais en gros c est une cartouche tu mets direct les ROM d’émulation dedans.

  7. Pour moi, il est vraiment cool, mais chacun son opinion, et puis en france de critiqueurs ya que ça! Allez y, faites vos propres jeux et on verra le résultat:)

    Une bande de donneurs de leçon à la française comme d’hab., c’est ce qui pousse les autres à quitter ce pays merdique, restez avec vos mentalités uniformisées et formatées;) bon vent!!

Lâche un com' ou une insulte