Noël dans les jeux vidéo!

2

Faudra dire au Père Noël de diminuer sa consommation de boissons gazeuses et d’aller faire de l’exercice ! Quoi ? Le Père Noël n’existe pas ?

Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, ce n’est pas Coca-Cola qui a inventé le concept du Père Noël ! Nous n’allons pas revoir tout l’historique du personnage mais il faut savoir qu’il a été largement inspiré du dieu viking Odin, qui descendait du ciel pour offrir haches et autres cadeaux moins tranchant aux enfants scandinaves.

À travers les époques, on retrouve cette croyance avec plus ou moins d’ancrage : Julenisse, Saint Nicolas, Santa Claus etc. Tant de patronymes pour un seul et unique personnage.

En ce qui concerne la France, le Père Noël a été largement popularisé par les américains (enculés de capitalistes !) à la fin de la seconde guerre mondiale, prenant le pas sur les traditions chrétiennes d’échanges mutuels de cadeaux pour fêter la naissance de Jean Charles (oui, rappelez-vous, le bébé aux fesses roses posé dans la paille d’une étable, faute de place à la maternité !)

Il ne faut pas se leurrer, Noël est surtout un phénomène commercial, mais le Père Noël est-il assez emblématique pour faire vendre du jeu vidéo ? That’s the question !

 2

Le Père Noël, un héros ?

On commence tout d’abord par la présentation du jeu Daze Before Christmas, sorti en 1994 sur Super Nes et Megadrive qui est sans doute le titre le plus connu ayant pour personnage principal le Père Noël ! Dans ce jeu, vous incarnez le vieil homme qui part à la recherche de ses lutins et de ses rennes, kidnappés par un nuage peu sympathique.

 

3

 

En route pour aller délivrer ses compagnons, il en profite pour récupérer des présents, transforme ses ennemis en cadeaux et peut devenir invincible quelques secondes en se métamorphosant en un personnage totalement antagoniste. Le jeu propose des graphismes sympathiques, des musiques de noël entrainantes mais malheureusement, les niveaux sont très courts et s’enchainent très vite. Le jeu se termine en moins d’une heure, le réservant donc plutôt à un jeune public. C’est dommage car l’ambiance de Noël est bien présente et le concept était original !

4

Intéressons nous maintenant aux titres adaptés du cinéma, il y en a plusieurs où l’histoire se déroule pendant la période de Noël, avec tout ce que cela implique : neige, froid, mais aussi contes teintés de la magie de cet évènement !

Dans Home Alone (1992 – GB, NES, SNES, Megadrive, PC, Game Gear et 2006 sur PS2), vous incarnez le jeune Kevin qui a été oublié dans sa maison que deux individus tentent de cambrioler alors que sa famille s’est envolée pour Paris pour passer les fêtes de fin d’année. Vous devez tendre des pièges et récupérer des objets de valeur. Dans Home Alone 2 (1992 – NES, SNES, PC, GB), rebelote sauf que cette fois, Kevin se trompe d’avion et se retrouve à des milliers de km de sa famille. Carte de crédit en poche, il parvient toutefois à louer une chambre dans un hôtel chic. Les 2 cambrioleurs que vous aviez fait arrêter à l’issue du premier épisode ainsi qu’un majordome sont à vos trousses. Le jeu se déroule en scrolling horizontal. Vous devez avancer en évitant les obstacles.

5

Le Pôle Express (2004 – GBA, Gamecube, PC et PS2) conte l’histoire d’un jeune garçon, qui en plein doute sur l’existence du Père Noël, prend un mystérieux train en direction du pôle nord en compagnie d’autres enfants afin de découvrir la vérité (la fausse ! car bien entendu le père noël n’existe pas !)

Le Grinch (2000 – PS1, PC, Dreamcast, GBC) vous place aux commandes de la créature verte velue. Véritable anti-père noël, vous n’aurez pour dessein que l’annihilation des fêtes de fin d’année de votre village afin d’assouvir votre soif de vengeance. Il existe également une version DS titrée The Grinch who stole Christmas sortie en 2007.

Dans Le drôle de noël de Scrooge (2009 – DS), vous êtes un vieil homme aigri qui retrouve peu à peu l’esprit de noël grâce à des défis (mini-jeux) lancés par des fantômes.

L’étrange noël de monsieur Jack (connu aussi sous le nom Nightmare before Christmas) (2005 – GBA) vous plonge dans un jeu de plateforme où Jack doit sauver Halloween !!! (Mayday ! Mayday ! Nous avons un problème ! Ce jeu ne parle pas du tout de Noël ???) et L’étrange noël de monsieur Jack : La revanche d’Oogie (2005 – PS2 et Xbox) vous plonge quant à lui (Driiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiing ! Allo ? Quoi ? Lui aussi ne se passe pas à Noël???)
Bizarre !

Si on tente une analyse de la qualité de ces adaptations, à part celles de L’étrange noël de monsieur Jack qui nous proposent des jeux de qualité (surtout la version GBA) (mais on s’en fou un peu à vrai dire, car nous, on parle des jeux parlant de noël !), on sera bien déçu car comme trop souvent, les jeux  » à licence » sont des bouses qui attirent les fans uniquement grâce à leur nom. À oublier donc !

6

De belles gamelles…

Outre les adaptations (merdiques) des œuvres cinématographiques se déroulant à la période ou sur le thème de Noël (elles aussi merdiques !), à part Daze Before Christmas, aucun titre ne semble avoir porté bien haut les couleurs chatoyantes du Père Noël !

En faisant quelques recherches, on trouve pourtant une foultitude de jeux vidéo où le bougre est le personnage principal : Santa (1982, ZX Spetrum), Santa special delivery (1984, Commodore 64), The Official Father Christmas Game (1989, Commodore 64), Santa’s Xmax caper (1990 – Commodore 64), Christmas Crisis (CDi), Père Noël Advance (2002 – GBA) et autres joyeusetés mais aucun de ces titres n’est très intéressant, ne proposant que des jeux de distribution de cadeaux simplistes ou de la plateforme pas très originale ! Vu le thème, fallait pas non plus s’attendre à un jeu de shoot’em up. Il en existe pourtant un, Psycho Santa, sur Amiga mais il n’a vraiment rien de transcendant !

7

On remarque donc que finalement, proposer un jeu où on incarne le Père Noël, c’est de la merde, il est sans doute trop vieux, trop fragile, trop bedonnant… pour être un héros auquel on s’identifie.

Si le Père Noël galère à trouver sa place en tant que personnage principal dans les jeux vidéo, par contre, on le rencontre souvent en tant que guest-star. Il fait ainsi de brèves apparitions dans certains jeux vidéo. Mais est-il vraiment celui qu’on croit ? Pas si sûr…

Stupids Invaders (2000, Dreamcast)(lire notre test), ça ne vous dit rien? Et si je vous dit que c’est un jeu adapté de la série animée Les zinzins de l’espace, vous recadrez mieux ? Le titre a volontairement été changé pour faire un hommage à Space Invaders. Petite anecdote : cette série est française, et si vous ne le saviez pas, on peut entendre un remix de la Marseillaise dans la base du Docteur Sakarin. Revenons au sujet qui nous intéresse : le père noël ! Il est coincé dans une cheminée. L’un des aliens lui vient en aide d’une manière très particulière, je n’en dirais pas plus !

Autre apparition remarquée (ou pas !) du vieux se promenant en pyjama rouge dans Shenmue (2000 – Dreamcast). La magie de noël est bien loin, le barbu se contentant d’inciter les passants à acheter des fleurs à la boutique locale. Ah ! Les joies du marketing ! Vous pourrez faire cette rencontre uniquement si vous jouez au jeu le jour de Noël, entre la dinde et le café (bidouiller l’horloge de votre console fonctionne aussi mais chut !).

8

Dans Blue Stinger (1999 – Dreamcast), une météorite s’écrase sur une petite île du Pacifique la recouvrant d’un mystérieux dôme. Témoin de la scène, Eliot se rend sur place pour découvrir ce qu’il se passe. Dans son périple, son compagnon, Dogs, après une séance sauna bien méritée, ne trouve d’autres fringues qu’un costume de Père Noël à revêtir ! C’est ballot ! Non ?

Autre grand nom du monde des jeux vidéo : Secret of Mana (1994 – SNES) Vous aurez à affronter Frost Gigas, qui n’est autre que le Père Noël devenu fou suite à la désaffection des enfants ne croyant plus en lui.Vous seul pouvez le ramener à la raison !

9

Physiquement, le Père Noël n’a vraiment rien d’enviable : un ventre bedonnant, la barbe hirsute… Alors l’imaginer en tenue d’Adam avec simplement une petite serviette recouvrant sa (surement grosse) merguez… très peu pour moi ! Vous m’excuserez, faut que j’aille vomir… Vous en rêviez ? Ils l’ont fait ! Eux, ce sont les développeurs du jeu de combat Clayfighter 63 1/3 qui ont inclus le Père Noël parmi les combattants jouables.

10

Rockstar Games s’affranchit sans problème des codes de la société en nous proposant un Père Noël alcoolo et pervers dans son jeu Bully : Scholarship Edition aussi appelé Canis Canem Edit selon le support (2008 – Wii, PS2, Xbox 360). Cet enfoiré vous propose comme mission de l’aider à rebâtir son royaume dans une grotte et de lui envoyer des enfants. On ne demandera pas pourquoi !

11

Voici un petit aperçu de quelques jeux nous proposant un ou des niveaux sur le thème de noël, attention de ne pas vous emmêlez les pieds dans les guirlandes !

Dans Super James Pond II (1993 – SNES, MD…), le méchant Dr Maybe s’est emparé de l’usine à jouets du Père Noël mettant la prochaine distribution de cadeaux en péril. Ça sent le poisson cette histoire ! Mais James Pond est là pour remettre de l’ordre.

Sega et sa Sonic Team ont eu l’idée de relooker quelques niveaux de leur jeu Nights into dreams (1996 – Saturn) en proposant un CD démo intitulé Christmas Nights into Dreams dans de nombreux bundles. Cette version a la particularité d’utiliser l’horloge interne de la console pour proposer des décors adaptés à la saison.

12

Les Lemmings sont aussi de la partie avec pas moins de 4 versions spéciales pour Noël (Christmas Lemmings de 1991 à 1994 – PC, Amiga, Commodore 64), où les petits personnages aux cheveux verts sont vêtus en habits de Père Noël et progressent dans des niveaux enneigés, les musiques sont bien sûr de circonstance.

Un kit « Joyeux Noël », addon pour les SIMS (PC), est même sorti pour les solitaires ou autres asociaux préférant passer les fêtes le cul dans leur siège molletonné devant leur écran !

13

 

Les jeux vidéo cachent parfois dans leurs entrailles des modes de jeux bonus. Dans Donkey Kong Country 3 (1996 – SNES), un code permet de remplacer les étoiles par des boules de Noël et les bananes vertes par des cadeaux pendant les bonus.

La forêt enchantée de World of Illusion starring Mickey Mouse and Donald Duck (1992 – Megadrive) est décorée de boules et guirlandes colorées. Des clowns à ressort se cachent même dans les cadeaux !

14

Noël, ses musiques de fête, la course aux cadeaux… Vous aimez ça ? Vous adorerez donc surement la « Xmas Demo » de Carmageddon Splat Pack

Il est temps de clôturer ce dossier avec la sélection GGS :

Merry Gear Solid est un hommage au fameux Metal Gear Solid de Hideo Kojima. Vous êtes dans la peau de Solid Santa et vous devez aller déposer les cadeaux au pied du sapin. Mais infiltrer une maison n’est pas chose facile, surtout quand une horde de gamin traine dans les couloirs afin de tenter d’obtenir leurs cadeaux avant l’heure au lieu de dormir tranquillement.

Le jeu est très court, un quart d’heure suffit à le torcher. Mais il est original et saupoudré d’une bonne dose d’humour (jeu en anglais) ainsi que de multiples référence à Metal Gear, alors si dans les jours à venir, vous avez quelques minutes à perdre, téléchargez ce jeu (gratuit of course) et accomplissez votre mission !

15

Voilà ! C’est terminé !

Le Père Noël, figure emblématique qui fait rêver des générations de jeunes enfants a bien du mal à trouver sa place dans l’univers des jeux vidéo. La magie de noël est parfois bien loin du personnage qui se retrouve dans des situations qu’on n’oserait imaginer en réalité. Heureusement, certains jeux savent redresser la barre en nous proposant de magnifiques décors de fête !

Je vous invite à venir parler de ce dossier sur le forum ou à laisser un commentaire pour le compléter.

Toute l’équipe de GGS vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’années ! Et n’oubliez pas : le Père Noël est une ordure !

16

Partage moi ça ma gueule !

A propos du gangeekeur

Nana de 31 ans n'ayant plus quitté l'univers des jeux vidéo depuis son 7ème anniversaire, avec la réception d'un pack gameboy avec Tetris et Kirby ! Plutôt attirée par l'univers Nintendo au départ, par la suite a succombé aux charmes de la PS1 avec son lot de RPG. Genres de prédilection : la plateforme et les jeux de rythmes

2 commentaires

  1. Pingback: [TEST] Stupid Invaders - Dreamcast » Gangeek Style

Lâche un com' ou une insulte