Happy Birthdays

0

Et non, ce n’est pas notre anniversaire ! Happy Birthdays est un jeu édité par Nis America et développé par le studio ToyBox. Le producteur n’est autre que Yasuhiro Wada, connu pour son travail de designer sur le Harvest Moon de la Super Famicom. Plus récemment, il a bossé sur le jeu Little Dragons Café. Happy Birthdays est sorti sur Switch en juin 2018 au tarif de 39,99€, les versions PS4 et PC étant sorties en mai 2017 sous le nom Birthdays the Beginning. La jaquette du jeu avait attiré mon œil mais je ne voulais pas mettre 40 boules dans un god game inconnu, surtout que les avis que j’avais lu n’étaient pas forcément bons, donc j’ai attendu une baisse de prix raisonnable pour l’acquérir et j’ai bien fait…

Gameplay

Dans Happy Birthdays, le but du jeu est de faire prospérer la vie sur un cube, en gros, il faut donc faire apparaitre et évoluer différentes espèces tout en en faisant disparaître d’autres, la théorie de l’évolution donc ! Objectif ultime pour clean la mission : faire apparaitre l’homme moderne. Pour cela, il faudra préalablement façonner votre cube pour que les conditions optimales soient réalisées (en terme de température, de salinité, d’humidité, d’altitude, et/ou de proportion terre/eau…) pour faire apparaitre tout d’abord l’Australopithecus. Ce qui est sympa dans ce jeu, c’est qu’à chaque fois que vous faites apparaitre une nouvelle espèce, vous pouvez aller la capturer pour l’inventorier et ainsi en savoir un peu plus sur les conditions de vie. Il y a environ 200 espèces à découvrir.

Avant de débuter une partie, vous aurez le choix entre 4 types de terrains aux climats différents. Il est préférable de débuter avec la « Terre verte ».

Vous incarnez un petit avatar ayant le pouvoir de modeler le terrain à sa guise. Vous pouvez donc ériger des montagnes ou creuser une mer. De ces nivellements découleront des changements climatiques, il fera ainsi plus chaud lorsque vous abaisserez le terrain ou quand il y a plus de mers et inversement. Élever ou abaisser le terrain vous coûtera de l’énergie. Chose importante : on peut ne cibler qu’un carré, mais également plusieurs à la fois, afin de se faciliter la tâche (et surtout éviter l’ennui qu’apporte le fait de faire des changements cube par cube, je peux vous le dire puisque je l’ai fait lors de ma première partie). La prise en main des différentes fonctionnalités n’est pas vraiment évidente, ce n’est pas facile de faire un truc propre dès le départ, il faudra vous laisser un peu de temps pour « apprivoiser » le jeu, c’est seulement à cette condition que vous vous éclaterez un minimum dans le jeu, si vous n’êtes pas patient, inutile de vous lancer dans une partie d’Happy Birthdays.

Vous serez aidé dans votre démarche par un assistant, Navi, ayant pour forme un petit cube. Il vous conseillera et vous expliquera progressivement les touches ou menus du jeu, écoutez bien ce qu’il vous dit (même s’il parle beaucoup pour ne rien dire) car la prise en main du jeu n’est vraiment pas évidente au début et il m’a personnellement fallu de nombreuses heures de jeu pour bien comprendre toutes les possibilités, sans quoi, vous aurez l’impression de tourner en rond et passerez à côté de compétences primordiales pour faire évoluer certaines espèces.

Toutes les conditions sont remplies pour l’apparition de l’Australopithecus, pourtant rien ne se passe… écoutez bien les conseils de Navi !

Il y a deux modes : Macro et Micro. En Macro, vous avez une vue d’ensemble de votre cube, vous pouvez récupérer de l’énergie et surtout, faire passer le temps très vite afin que les changements climatiques se fassent plus rapidement car en mode Micro, les changements de niveaux ne se répercutent pas de suite sur la température moyenne ambiante, ça se fait en douceur. En Macro, on a une liste évolutive des espèces présentes sur notre cube, on voit les apparitions et les disparitions, on a également d’autres caractéristiques comme la température de l’air, le pourcentage de plantes et d’animaux, ainsi que celui terre/mer.

 

Mode Macro

En mode Micro, c’est là que vous modelez le cube. Il y a deux vues possibles : à la première personne, pour être parmi les animaux et les plantes de votre cube, vous pouvez ainsi écouter la faune et la flore, mais les déplacements sont à gerber, en plus vous passez à travers le décor, c’est fait exprès mais c’est déroutant. C’est dans cette vue que vous devez chercher les nouvelles espèces pour les inventorier, pas toujours facile de les trouver malgré les indications d’emplacement sur la carte car les déplacements en vue à la première personne sont laborieux. L’autre vue est à la troisième personne avec votre avatar qui se positionne juste au niveau du sol, donc si vous ciblez un cube avec une grande différence de niveau, votre avatar grimpera ou descendra au même niveau.

En mode micro, la vue à la première personne permet de capturer les nouvelles espèces caractérisées par un triangle rose.

En mode micro, vous pouvez également accéder à une bibliothèque des espèces en arbre d’évolution (pratique pour découvrir les conditions d’apparitions ou d’évolution d’une espèce)ainsi qu’ à un menu de compétences pour vous aider dans votre tâche.  Vous pouvez par exemple utiliser une graine d’évolution pour forcer l’évolution d’une espèce existante même si toutes les conditions d’évolution ne sont pas respectées, par contre, pas sûr que votre « bébé » survive si les conditions de vie ne lui sont pas appropriées. Vous pouvez aussi créer d’une simple pression une montagne de 31×31 d’une hauteur de 15 terrains ou apporter un changement climatique (réchauffement ou refroidissement de la température moyenne du cube) sans toucher à la morphologie de votre cube. Toutes ces compétences vous coûteront des étoiles, mais on en récupère régulièrement si on fait prospérer les espèces sur notre cube. A utiliser donc avec parcimonie.

Technique

Pour les graphismes du cube, c’est la technique du Voxel qui est utilisée, c’est à dire un pixel en 3D. Ça permet de distinguer facilement les changements de niveaux puisqu’il n’y a pas de pente mais des reliefs en terrasses. En ce qui concerne les créatures, on peut dire qu’elles sont mignonnes, mais un peu plus de variétés que de simples changements de couleurs aurait été appréciable.

Un petit fascicule est inclus

Côté musique, il y en a quelques unes mais ça reste discret et calme. A vrai dire, je ne les ai pas trop écoutées car le bruitage de façonnage des niveaux étant absolument affreux (des notes qui se succèdent aléatoirement), j’ai vite baissé le son. En vue à la première personne en mode micro, il est possible d’écouter les animaux, quelques bruitages sympathiques mais ça reste de l’ordre de l’anecdotique.

Conclusion

La version Switch dispose d’une interface améliorée et de créatures supplémentaires par rapport aux versions PC et PS4, les DLC ont ainsi été intégrés directement sur Switch. On apprécie les textes en français (bien que bizarrement le menu de démarrage ne soit lui pas traduit).

Côté durée de vie, elle est tout à fait honorable pour ce genre de jeu puisqu’en mode normal, il y a 4 cubes avec des conditions de départ bien différentes où il faut faire apparaître l’homme moderne, qu’une fois la mission réalisée, on peut revenir dans le cube choisi pour continuer de faire évoluer les différentes espèces si on veut toutes les inventorier (certaines espèces sont rares et ont des conditions d’apparition plus compliquées à réaliser, comme le dragon par exemple).

Un rare !!!

Il y a des objets à débloquer en réalisant des choses particulières, ça n’apporte rien à part un peu de déco pour agrémenter notre cube et la collectionnite pour les amateurs. J’ai galéré pas mal de temps sur mon premier cube (19h pour faire prospérer l’homme moderne) je dois l’avouer mais une fois les commandes parfaitement intégrées, il faut un peu moins de 5h pour clean un cube. Il y a également un mode challenge avec plusieurs défis concernant les dinosaures. Si les premiers défis sont très simples et se résolvent en quelques minutes, ça se corse au fur et à mesure, avec limite de temps ou conditions spéciales à respecter. Et enfin, il y a le mode libre, si on ne veut pas se prendre la tête. Largement de quoi faire si et seulement si on accroche au jeu.

Un peu de déco…

 

 

Un titre de niche ! Wouaf Wouaf !

57%
57%
 

Je ne conseille ce jeu qu'aux fans du genre god game (peu présent ces dernières années) car la prise en main est un peu fastidieuse. A acheter à petit prix !

  • Ambiance/Scénario
    6
  • Gameplay
    6
  • Graphismes
    6
  • Musiques/sons
    4
  • Durée de vie
    6
  • Intérêt général
    6
  • Notes des internautes (0 Votes)
    0
Partage moi ça ma gueule !

A propos du gangeekeur

Nana de 33 ans n'ayant plus quitté l'univers des jeux vidéo depuis son 7ème anniversaire, avec la réception d'un pack gameboy avec Tetris et Kirby ! Plutôt attirée par l'univers Nintendo au départ, par la suite a succombé aux charmes de la PS1 avec son lot de RPG. Genres de prédilection : la plateforme et les jeux de rythme

Lâche un com' ou une insulte