Xenoblade Chronicles 2 – Torna the golden country

1

Il faut du temps pour se lancer convenablement dans un RPG. Cette idée reçue a surement une grande part de vérité. Il faut pouvoir faire des sessions de jeu longues et régulières pour favoriser l’immersion et surtout pour intégrer les tenants et les aboutissants de ces épopées, souvent nombreux et parfois complexes dans ce genre d’aventure. L’an passé à cette même époque, du jour au lendemain je me suis retrouvée cloîtrée au lit pour plusieurs semaines, il me fallait donc occuper mes journées et quoi de mieux que de se plonger dans un J-RPG digne de ce nom. C’est ainsi que j’ai lancé une partie de Xenoblade Chronicles 2 sur Switch. Je pense que je ne m’y serais jamais risquée en temps normal, les RPG, c’est tout de même chronophage ! Et effectivement, ce jeu m’a permis de passer agréablement plus de 160h pour terminer l’histoire principale. J’aurais même pu y passer encore davantage de mon temps, mais il se trouve que j’ai dû arrêter le jeu au début du dernier chapitre et ne pas y retoucher pendant plusieurs mois. J’ai tout juste relancé la cartouche au mois d’août dernier pour terminer l’histoire, mais impossible de me résoudre à relancer un new game +, ouais, c’est psychologique, je me devais de passer à autre chose. Bref, Xenoblade Chronicles 2 est un jeu magnifique qui vaut le coup d’être parcouru en long en large et en travers (finalement mes 160h passées dessus, c’est du pipi de chat par rapport à des saves que j’ai pu voir en parcourant le net) mais aujourd’hui, je vais plutôt vous parler de l’extension Torna the golden country…. Enfin si on peut appeler ça une extension car il n’est pas obligatoire de posséder XC 2 pour y jouer, mais je pense que c’est tout de même conseillé de l’avoir fait avant pour comprendre ce qui se passe dans Torna.

Packaging

Oui, Torna the golden country existe en format physique et contient donc une cartouche du jeu ainsi qu’un code pour du contenu additionnel pour XC2 (objets, quêtes, lames rares, nouveau mode « défis de l’arène ») pour un tarif avoisinant les 40€. Certains pourraient se dire que c’est un peu cher pour une extension, mais vu que le DLC pour XC2 est inclus, je trouve cela tout à fait correct.

Scénario

Les jeux Xenoblade sont connus pour être des projets ambitieux, avec une grande place accordée à la narration de l’histoire, souvent très dense, si bien que les développeurs sont souvent obligés de mettre leurs ambitions à la baisse de ce côté là. Vu le bon accueil réservé à XC2 et à la montée en puissance des DLC, les développeurs ont pu nous proposer une extension afin de compléter quelque peu les manques narratifs de XC2.

Torna the golden country nous propose une préquelle à XC2 et se déroule donc 500 ans auparavant, alors que le titan Torna flottait encore sur la mer de nuages. Cet épisode va nous permettre de lever une partie du voile d’ombre qui planait encore sur l’intrigue racontée dans l’épisode principal, notamment l’histoire du ténébreux Jin, alors qu’il était encore la lame de dame Lora, ainsi que sur la fameuse guerre des Aegis, avec comme dénouement la naissance du personnage de Pyra, l’un des personnages principaux de XC2.

Auresco, capitale de Torna

Nous sommes en l’an 3564, le préteur d’Indol, Rhadallis, envoie une expédition armée contre Coeia. Omrantha, la capitale, tomba en une nuit et son Titan sombra sous la mer de nuages. Ce cataclysme a fait trembler tout le territoire d’Alrest. Une fois la poussière retombée, Indol et la nouvelle contrée de l’empire de Mor Ardain revendiquent cette dévastation. En réalité, ce n’était l’œuvre que d’une seule lame. L’Aegis, celui qui se faisait appeler Malhos…

Merci de ne pas ouvrir la balise suivante si vous ne voulez pas être spoilé.

Voulez vous en savoir plus ? Voir

 

Gameplay

Ce test s’adresse principalement aux joueurs ayant fait XC2, je ne vais pas redétailler tout le système de jeu.

Le système de jeu a été revu, notamment au niveau des combats. Maintenant, il est possible de switcher entre le pilote et chacune de ses 2 lames, de quoi rendre les combats beaucoup plus dynamiques. Il est toujours possible de faire des combos de lames ou des combos de pilotes, d’ailleurs certaines combinaisons permettent des attaques de folie. Par contre, on notera un manque de challenge, je ne sais pas vous, mais je suis morte à peu de reprises dans Torna, peut-être est-ce dû au fait que je connaissais déjà les mécaniques de combat, mais j’en doute. Après, vu que je m’évertuais à augmenter mon arbre de solidarité (j’en parle un peu plus bas), j’ai gagné pas mal d’XP avec les quêtes et du coup c’est souvent que je me retrouvais dans des zones ou contre des boss avec 8 à 10 levels de moins que moi donc forcément, ça facilite grandement l’avancée.

Un plaisir de faire des enchainements de toute beauté !

XC2 nous proposait d’éveiller de nombreuses lames avec chacune tout un tas de caractéristiques à développer, sur Torna, c’est beaucoup plus simple car dans cette aventure, vous n’aurez à faire évoluer que 3 pilotes avec chacun 2 lames, ça facilite grandement le pex pour monter l’arbre de compétences et ça évite de devoir changer de lames toutes les 4 secondes à la recherche de la bonne compétence.

L’arbre de solidarité se remplit en aidant les personnages avec les quêtes secondaires.

J’aime bien pexer et faire des quêtes annexes, pour tout vous dire, à l’époque où je jouais à World of Warcraft, on aurait pu me prendre pour un bot vu que je farmais plantes et minerais jusqu’à point d’heures… Certains joueurs n’aimeront sans doute pas être obligé de réaliser de nombreuses quêtes secondaires, elles sont pourtant nécessaires à la progression du jeu via l’implémentation d’un arbre de solidarité, qui se remplit en aidant les PNJ, sous peine de ne pas pouvoir faire avancer l’histoire principale. Oui, c’est vrai qu’on pourrait qualifier beaucoup de ces quêtes de quêtes Fedex vu qu’il suffit d’aller retrouver tel PNJ dans telle contrée pour récupérer un objet, mais il n’y a tout de même pas que ça, ça reste du classique mais tu as les passages bloqués par des monstres à battre pour pouvoir passer, des objets rares à récolter (disponibles qu’à certains horaires à certains endroits par exemple)…

Récolter des ingrédients vous servira à cuisiner des plats ou fabriquer des objets d’artisanat pour mettre dans votre sacoche pour augmenter vos stats, mais pour les autres objets (cœurs auxiliaires, accessoires, fragments de cristal), on peut se poser la question car vu le nombre limité de personnages à faire évoluer, il est rapide d’équiper les meilleurs objets en sa possession et il n’est nullement obligatoire d’en acheter pour progresser dans l’aventure. C’est un peu pareil pour les Gold d’ailleurs, à part pour faire évoluer une lame et quelques quêtes où il vous faudra verser de l’argent, ça ne sert pas à grand chose, on est bien loin de XC2 de ce point de vue la.

Comme dans XC2, il faut faire progresser ses lames via un sociogramme.

Technique

On ne va pas dire que Torna the golden country est exempt de défaut mais franchement, les graphismes sont sublimes, ok, en mode portable, des fois c’est un peu limite mais en mode salon, c’est magnifique.

Nous avons 2 titans à visiter, nous connaissions déjà Gormott mais il n’est pas tout à fait pareil, en effet, Malhos vient de passer par là et a ravagé le village de Torigoth, ne reste qu’un cimetière. Je valide le clin d’œil sur l’origine de certains noms de lieux, genre l’oasis de Lyna. Concernant les musiques, les développeurs ne se sont pas contentés de nous servir la même sauce. On a donc quelques musiques de XC2, genre les combats contre les bestioles uniques, des thèmes du XC2 superbement retravaillés et remixés ainsi que quelques nouvelles musiques. Les voix sont disponibles en anglais et en japonais, inutile de préciser que c’est mieux de choisir la dernière option pour plus d’immersion.

Conclusion

Torna the golden country est un jeu à part entière ! Certes, il se parcourt en une vingtaine d’heure, mais pour le prix (vu qu’il y a des DLC pour le XC2), j’ai envie de dire, foncez ! Si vous avez aimé XC2, foncez ! Si vous avez été déçu de XC2 à cause du système de combat un peu lourd à acquérir, laissez vous tenter par Torna, vous verrez, c’est beaucoup plus dynamique et plus simple à appréhender. Ce qu’on pourrait lui reprocher, c’est le fait de devoir terminer de nombreuses quêtes annexes pour avoir accès à la suite de l’histoire principale, du genre tu es prêt à aller affronter Malhos mais il te manque 2 personnes solidaires, tu es obligé de te taper un concours de cuisine… oui, oui, vous avez bien lu.

Son plus gros défaut est sans doute la durée de vie du jeu puisque l’histoire se parcourt en une vingtaine d’heures mais ce temps de jeu pourra être largement supérieur pour les fans d’accomplissement et farmeur d’ennemis uniques.

Après, je ne conseille pas cette extension aux personnes n’ayant pas fait XC2 car il y a beaucoup d’aller-retour à faire entre les 2 jeux pour pouvoir comprendre convenablement la trame de l’histoire, même s’il est dit qu’il est tout à fait possible de le faire indépendamment de l’épisode principal.

 

75%
75%
 Pour les joueurs de XC2 !

Il me parait indispensable pour tous les fans du jeu XC2 de faire cette préquelle afin d'en apprendre un peu plus sur les motivations de Jin à former Torna, en mémoire du Titan coulé sous la mer de nuage lors de la guerre des Aegis, même si l'histoire aurait pu être un peu plus loquace sur certains points.

  • Scénario
    8.5
  • Gameplay
    8.2
  • Graphismes
    8
  • Musiques/Sons
    9
  • Durée de vie
    5
  • Intérêt Général
    6
  • Notes des internautes (1 Votes)
    6.8
Partage moi ça ma gueule !

A propos du gangeekeur

Nana de 32 ans n'ayant plus quitté l'univers des jeux vidéo depuis son 7ème anniversaire, avec la réception d'un pack gameboy avec Tetris et Kirby ! Plutôt attirée par l'univers Nintendo au départ, par la suite a succombé aux charmes de la PS1 avec son lot de RPG. Genres de prédilection : la plateforme et les jeux de rythme

Un commentaire

Lâche un com' ou une insulte