[TEST] Blackthorne – Game Boy Advance

2

Suite au dossier rétrospective sur Blizzard, la Gangeek Team a décidé de vous livrer quelques tests de jeux de ce studio de développement. Le premier en ligne : Blackthorne, testé sur Game Boy Advance.

introduction

Le Game Boy Advance est la console qui a accueilli le plus de portages ou remakes de hits Super Nintendo (en support physique bien entendu). Effectivement, bien que techniquement plus évolué que la SNES (16 Bit), le Game Boy Advance (32 Bit) possède une architecture assez similaire à celle de sa grande sœur permettant de faire des portages rapides et peu coûteux. Nintendo a donc profité de ce filon pour donner une seconde jeunesse à ses gros titres comme les Donkey Kong Country par exemple. D’autres studios de développement ne se sont pas gênés pour en faire de même (Square Enix et ses Final Fantasy…). Ainsi, en 2003, Blizzard Entertainment nous ressort sur GBA trois jeux de ses débuts : The Lost Vikings, Rock’n roll Racing et Blackthorne (sorti initialement sous le nom de BLACKHAWK en Europe sur SNES en 1994).

montagegba

Aujourd’hui, ces versions GBA permettent de jouer à ces jeux de manière plus abordable puisque si on prends le jeu qui va nous intéresser dans ce test, Blackthorne, la version GBA est environ 3x moins cher que la version d’origine sur SNES en PAL.

scénario

On sent que Blizzard aime faire des jeux se déroulant dans des univers riches. Pour cette version GBA, il n’y a pas moins de 17 pages consacrées à l’histoire du héros, Kyle Blackthorne, héritier du trône d’Androth, une région de la planète Tuul…

Voulez vous en savoir plus ? Voir
sarlacc On démarre le jeu par une cinématique teintée de rouge et bleu. Le démoniaque Sarlac, chef de Ka’dra’suuls et sous l’emprise de la pierre d’ombre lance l’assaut sur Androth et ordonne de tuer le roi et son héritier, gardiens de la pierre de lumière. Blackthorne est alors envoyé sur Terre pour son bien et son peuple devient esclave des assaillants. Vingt ans plus tard, le temps est venu pour Blackthorne de revenir sur sa planète d’origine afin de libérer son peuple du joug de Sarlac. On commence donc dans une mine, équipé d’un fusil à pompe. Ça va saigner !

L’histoire de Blackthorne est ancrée entre réalité (son passé de militaire sur Terre qui a fait de lui un homme mûr, sombre et bien baraqué) et héroïc fantasy (l’histoire de Tuul et des gardiens des pierres, avec la pierre d’ombre qui a transformé tout un peuple en horribles orcs, gobelins et autres immondes créatures).

Sarlac = futur Diablo ?

Voulez vous en savoir plus ? Voir

gameplay

Inspiré de Flashback, de Prince of Persia ou encore d’Another World, Blackthorne n’est pas un simple jeu de plateformes où il faut progresser d’un point A à un point B de façon linéaire. Une part de réflexion est distillée tout au long du jeu, vous demandant souvent de revenir sur vos pas pour ouvrir une porte grâce à la clé que vous avez récupérée un peu plus loin.

Durant votre aventure, vous rencontrerez des esclaves dans les mines qui pourront vous aider en vous donnant des indices ou des objets. Malheureusement pour eux, ils pourront être victime de vos échanges de coups de feu avec l’ennemi, leur sort est donc entre vos mains. Leur mort n’aura aucun impact sur votre progression. Vous avez juste à choisir si vous voulez être pour eux un digne héritier ou une sale brute, c’est votre choix !
Petite anecdote : la version japonaise sur Super Famicom a été censurée. On ne voit plus de sang et il est impossible de tuer les esclaves Androthis.

bl1

Blackthorne n’est pas un jeu d’action bourrin. Les ennemis, d’anciens humains transformés en créatures hideuses par la pierre sombre, se mettent à couvert dès qu’ils vous voient et ne se découvrent que pour vous tirer dessus… et se fendent la poire en deux quand ils vous ont touché. Ils ne sont peut être pas très futés, mais ils ne se laisseront pas massacrer. Ce ne sont pas vos seuls ennemis : il y a aussi des golems de pierre qui tentent de vous transformer en crêpe en vous roulant dessus et quelques Androthis qui ont choisi le chemin de la traîtrise pour sauver leur peau. Blackthorne n’aime pas trop les traîtres, vous savez ce qu’il vous reste à faire ! Quelques plantes carnivores ou autres bestioles par ci par là pourront aussi venir vous chercher des noises.
Vous pouvez vous aussi vous mettre à couvert pour vous protéger et il faudra en faire bon usage sinon votre barre de vie descendra assez vite. Vous devez aussi faire attention de ne pas chuter de trop haut, ça fait bobo !

Avant d’affronter Sarlac, vous parcourrez 4 mondes : les mines, une forêt, un canyon et enfin le château du démon. Pour avancer, il vous faudra trouver des clés de ponts (réutilisables dans le niveau si vous parvenez à les récupérer) ou de portes (usage unique). Vous disposez d’un inventaire accessible avec la touche select dans lequel vous pouvez stocker toutes sortes de bombes (qui roulent, qui explosent au contact du sol et même des bombes dirigeables) ou de clés. Vous pourrez aussi y mettre des potions de soin et un objet assez insolite : un lévitateur, qui vous permettra d’atteindre des zones non-accessibles avec les sauts. Vous trouverez ces objets sur la dépouille de vos ennemis ou vous seront offert par des esclaves. Beaucoup d’objets sont aussi cachés dans le décor.

Kyle a une panoplie d’actions conséquentes (sauter avec ou sans élan, s’accrocher à une corniche, rouler, s’accroupir)ce qui peut parfois alourdir certaines séquences de jeu mais dès qu’on maîtrise tout ça (d’ailleurs, un tutoriel vous est proposé), on avance plus sereinement dans le jeu. Blackthorne est même capable d’effectuer un tir arrière sans se retourner, quel bonheur ! Dégainer et rengainer sans cesse son arme pour effectuer des actions peut paraître lourd, mais on finit par s’y habituer.

montageb

Les 2 premiers mondes se parcourent sans trop de soucis. Les 2 suivants sont un peu plus compliqués, non pas en terme de difficulté élevée, mais à cause d’enchainements de techniques à effectuer (et parfois en temps limité), ça peut devenir un vrai calvaire car souvent la chute est mortelle et il faut recommencer tout le niveau. De quoi mettre vos nerfs à rude épreuve. Ce qu’il faut se dire, c’est que Blackthorne appartient à la catégorie des jeux « Die and retry » où le mécanisme de gameplay se veut plus rigide avec un tableau d’énigmes plus ou moins simples.

Ce qui est intéressant, c’est que la progression dans le jeu n’est pas linéaire. On n’est pas toujours obligé de faire les actions dans un ordre donné. Ça permet de privilégier les passages difficiles au début, comme ça si on se loupe, on ne s’est pas tapé tout le niveau et on recommence rapidement. Ça diminue la frustration !

technique

Blackthorne sur GBA est un portage de la version Super Nintendo sortie en 1994. Il convient donc de voir quelles sont les différences techniques entre ces deux versions.
La première grande différence est la manière de sauvegarder sa progression. Sur SNES, vous obteniez un mot de passe à la fin de chaque niveau (4 par monde) alors que nous avons un système de sauvegarde sur GBA. L’autre grande différence est l’absence du choix de la langue dans la version GBA où on est cantonné aux textes en anglais. Bon, le niveau exigé pour comprendre n’est certes pas très élevé, mais vu que les traductions étaient prêtes, c’est un peu dommage de ne pas en profiter.

Au niveau des graphismes, il n’y a pas d’amélioration. On pourrait même se croire dans un jeu Nes tellement la palette de couleurs utilisée est restreinte. Le jeu est très sombre avec une ambiance gothique. Les différents niveaux des 4 mondes se ressemblent beaucoup, il n’y a que très peu de variations de couleurs. L’animation du personnage est quant à elle assez fluide.
La résolution de l’écran étant bien différente, j’imagine qu’une partie du décor est invisible sur GBA car certaines plateformes ne sont pas directement visibles quand elles sont en contrehaut ou en contrebas. Il faudra donc parfois explorer un peu plus l’environnement pour trouver la solution.

Au niveau sonore, nous sommes gâtés. La bande-son comporte des musiques d’ambiance assez riches mais aussi très discrètes, teintées de bruits de pas ou encore de cris perçants échantillonnés numériquement. L’atmosphère dégagée nous plonge dans l’univers scabreux de Tuul.

blackthorne-gameboy-advance-gba-012

On remarque donc que Blackthorne sur GBA est un simple portage de la version SNES sans amélioration majeure, outre le système de sauvegarde.

Conclusion

Blackthorne est un jeu de plate-formes orienté action assez sombre, à la fois pour dépeindre l’état d’esprit de son héros tourmenté mais aussi parce que Tuul aux mains des Ka’dra’suuls vénérant la pierre d’ombre est une planète qui a dépéri. Les graphismes sont donc peu lumineux. L’ambiance scabreuse se confirme avec un univers sonore digne d’un survival horror.
Vous ne pourrez progresser dans l’aventure qu’en étant sur vos gardes car les Ka’dra’suuls, d’immondes créatures ayant l’air un peu bêtes, ne veulent pas que vous récupériez le trône qui vous est dû. Votre avancée pourra également être perturbée par le gameplay très rigide du soft qui fait que l’enchaînement de certaines techniques relève de l’exploit. Il faut donc vous attendre à recommencer encore et encore les niveaux pour atteindre Sarlac et lui filer un bon coup de pied au cul!

Blackthorne - Gameboy Advance

64%
64%

Blackthorne est un jeu de plateformes mêlant habillement action, réflexion et tactique.
On regrettera sans doute un gameplay un peu trop rigide obligeant à recommencer encore et encore certains passages demandant une précision spatio-temporelle de folie !

  • Scénario / Ambiance
    8
  • Gameplay
    6
  • Graphismes
    4
  • Musiques / Sons
    8
  • Intérêt général
    6
  • Notes des internautes (1 Votes)
    6.4
Partage moi ça ma gueule !

A propos du gangeekeur

Nana de 33 ans n'ayant plus quitté l'univers des jeux vidéo depuis son 7ème anniversaire, avec la réception d'un pack gameboy avec Tetris et Kirby ! Plutôt attirée par l'univers Nintendo au départ, par la suite a succombé aux charmes de la PS1 avec son lot de RPG. Genres de prédilection : la plateforme et les jeux de rythme

2 commentaires

  1. C’est de mes meilleurs souvenirs sur SNES, je ne savais pas qu’il était sorti sur GBA. J’adore ce jeu, surtout quand tu executes les prisonniers pour le fun!

Lâche un com' ou une insulte