Stupid Invaders – Dreamcast

0

Stupid Invaders ne vous dit peut-être rien alors je vais vous donner le titre du dessin animé dont est issu l’univers de ce jeu : Les Zinzins de l’espace. Et là, forcément ça fait tilt chez la génération Minikeums ! Le titre de Stupid Invaders a été choisi pour parodier Space Invaders mais pas seulement, vous comprendrez pourquoi en lisant ce dossier test.

La série animée

Les Zinzins de l’espace est une série animée française (cocorico !) comprenant 104 épisodes de 13 minutes environ découpés en 2 saisons (1997/1998 et 2005/2006). La série raconte l’histoire de 5 extraterrestres coincés sur Terre suite à un accident de soucoupe volante. Ayant peur d’être découverts et transformés en cobayes par les humains, ils se cachent dans le grenier d’une maison inhabitée.

Deux tomes des aventures des Zinzins de l’espace sont parus en BD !

Malheureusement pour eux, la maison est à louer et reçoit fréquemment des visites avant l’emménagement de locataires. Afin de ne pas se faire démasquer, Etno, le plus cérébral de la bande des zinzins, met au point une machine capable de donner aux extraterrestres une apparence humaine, le SMTV (Super Mega-Trans-Volteur). Cet engin leur permet également de se transformer en insectes, en divers animaux ou en tout et n’importe quoi.

persos

Le but des zinzins de l’espace est bien évidemment de retourner sur leur planète, Zygma-B. Pour cela, Etno tente de construire une fusée capable de leur faire traverser les galaxies.

Scénario du jeu

Stupid Invaders est sorti sur Dreamcast en 2001 développé par Xilam (studio à l’origine de la série animée) et édité par Ubisoft. Une version PC/Mac est sortie un an auparavant. Si la série animée était clairement orientée jeune public, le jeu aborde des thèmes un peu plus matures comme l’homosexualité ou la prostitution tout en gardant le ton pipi-caca de la série. C’est beaucoup plus déjanté, avec un humour trash et scatophile et des dialogues parfois bien vulgaires ! On comprend vite pourquoi le soft ne s’intitule pas comme la série…

cigare

Candy : « – Vous n’auriez pas des cigarettes ? » Nelson : « – Non, mais j’ai un gros havane, roulé sur des cuisses de pucelles. Ça te branche? »

Le scénario du jeu diffère de celui de la série car une fois sur Terre, la tête des zinzins est mise à prix par un scientifique nommé Sakarin, décidé à exterminer toute menace extraterrestre de la surface de la planète. Sakarin charge donc le redoutable chasseur de primes Bolok de lui ramener les 5 amis. Le jeu comporte de nombreuses références aux épisodes de la série, comme le Père Noël coincé dans la cheminée (lire aussi Noël dans les Jeux Vidéo), le cercueil de Dracula dans le sous-sol, Bolok qui ressemble beaucoup à Lucien, dans l’épisode du même nom, ou encore un scientifique ressemblant au Docteur Sakarin. Le SMTV est lui aussi de la partie !

Le jeu comporte 3 phases se déroulant dans la maison des zinzins, dans une usine de bouses de vaches (oui oui) et dans le laboratoire de Sakarin.

steve

plongeur : « – Bonjour, mon nom est Steve le plongeur et j’ai un cul en plastique. Si tu touches à mon coffre, je t’explose la tête !

Caractéristiques des personnages :

Etno est le chef de la bande, c’est aussi le cerveau du groupe. C’est lui qui construit des inventions plus loufoques les unes que les autres. Malheureusement, très peu fonctionnent, sauf le SMTV. Etno a un accent anglais, faire-valoir de sa supériorité intellectuelle auprès de ses amis. Il est très curieux et aime étudier tout ce qui lui passe par la main. Il est chargé de réparer la soucoupe volante pour retourner sur la planète Zygma-B.

Candy est un alien possédant une très grosse tête par rapport au reste de son corps très menu. Il est affublé d’une robe jaune à points rouges. Adepte du ménage, Candy est vraiment très efféminé. Il souhaite subir une opération pour changer de sexe.

Bud est le gros fainéant de la bande. Il a certainement le Q.I. d’une moule et passe son temps à regarder la télévision.

Gorgious est un glouton sur pattes, il passe son temps à engloutir tout ce qui se mange (ou pas).

Stéréo, grâce à ses deux cerveaux, accumule un savoir encyclopédique totalement inutile. En circuit fermé, il apporte les réponses à ses propres questions. (Dans la série, Stéréo réussit à rejoindre sa planète en appuyant par erreur sur un bouton de la soucoupe alors qu’il est seul à l’intérieur, il sera donc absent d’une bonne partie de la saison 2.)

une petite partie de Simon pour débloquer un passage ?

Gameplay

Stupid Invaders est un jeu point’n click. Il est jouable à la souris ou à la manette. Le jeu propose une succession d’écrans fixes sur lesquels vous dirigez un des cinq personnages et où vous devez trouver différents éléments à l’aide de votre pointeur pour résoudre des énigmes et progresser dans l’aventure. Si la plupart des jeux Point’n Click sont assez ennuyeux, Stupid Invaders a la chance de proposer un univers déjanté toujours plein d’humour, que ce soit dans les situations rencontrées que dans les dialogues. Malheureusement, la maladie du genre est bien présente dans ce jeu et il vous faudra faire de nombreux aller-retour dans les décors pour progresser dans l’aventure.

Le déplacement des personnages dans les décors n’est pas toujours bien géré, notamment lorsque les emplacements où ils peuvent évoluer sont étroits. Quant à la complexité des énigmes, il suffit de raisonner de façon idiote et comprendre qu’une bouteille de canard wc, ça ne fait pas que déboucher les chiottes… De toute façon, vous n’avez jamais plus de 3 ou 4 objets dans votre inventaire donc les interactions sont vites faites.

marteauenbouse

La vache ! Le beau marteau en bouse !

Il y a énormément d’éléments interactifs à découvrir dans le jeu. On peut observer certains éléments du décor, actionner des leviers… Tout ça ne contribue pas forcément à l’avancée de l’aventure mais ça déclenche des gags qui parfois tueront votre personnage. C’est con à dire mais on aime crever dans Stupid Invaders car à chaque fois, il y a une petite cinématique différente.

Technique

L’avantage quand un studio s’occupe à la fois d’une série animée et d’un jeu vidéo, c’est qu’on peut être certain que l’esprit de la première sera totalement respectée. Stupid Invanders est visuellement superbe. De nombreuses cinématiques (1h en tout) jalonnent votre parcours et sont parfaitement intégrées au déroulement de l’aventure.

Les voix françaises sont les mêmes que la première saison de la série animée (pour info, les voix ont changé dans la saison 2) :

  • Marc Bretonnière: Bud, Bolok
  • Antoine Tomé: Stéréo, Dr.Sakarin
  • Patrick Préjean: Gorgious, personnages secondaires
  • Peter Hudson: Etno
  • Eric Le Roch: Candy, Steve le plongeur, L’ascenseur
vache

Soigner une vache constipée, c’est très risqué !

C’est vraiment un point fort ! Le jeu propose aussi plus de 200 morceaux originaux dont certains sont repris de la série animée. On note le chauvinisme des développeurs qui ont inclus un remix de la Marseillaise dans l’ascenseur du laboratoire de Sakarin !

Conclusion

Bon, ok, le scénario est complètement absurde, mais les répliques sont tellement cultes avec une version française du tonnerre (normal, après tout, c’est français, faut en profiter) que les quelques défauts de gameplay sont facilement surmontables. Le plus ennuyeux reste toutefois la durée de vie, encore une fois trop faible dans ce genre de jeu point’n click puisqu’il ne vous faudra qu’une dizaine d’heures pour boucler l’aventure malgré les 2 disques.

Stupid Invaders - Dreamcast

74%
74%
Bon poulet

Stupid Invaders est un jeu de point'n click assez fendard proposant une dizaine d'heures d'humour pipi-caca-prout totalement hors de contrôle et d'allusions sexuelles à la pelle.

  • Scénario / Ambiance
    8
  • Gameplay
    5
  • Graphismes
    8
  • Musiques / Sons
    8
  • Intérêt général
    8
  • Notes des internautes (0 Votes)
    0
Partage moi ça ma gueule !

A propos du gangeekeur

Nana de 31 ans n'ayant plus quitté l'univers des jeux vidéo depuis son 7ème anniversaire, avec la réception d'un pack gameboy avec Tetris et Kirby ! Plutôt attirée par l'univers Nintendo au départ, par la suite a succombé aux charmes de la PS1 avec son lot de RPG. Genres de prédilection : la plateforme et les jeux de rythmes

Lâche un com' ou une insulte