Gourmet Sentai : Bara Yarou Super Famicom

1

Le jeu vidéo est un terreau fertile où s’épanouissent des visions inédites et grotesques d’esprits qui nous hurlent leurs besoins d’être psychanalysés. Pour se démarquer de la concurrence, les concepteurs de chez Winds nous sortent le grand jeu en nous proposant un titre sortant des sentiers battus : Gourmet Sentai. Dans ce jeu les métaphores seront plus fortes, et plus littérales que dans toutes les autres cartouches de notre bonne vieille Super Famicom. Les intellectuels y verront quelque chose de profond, les autres n’y verront qu’un produit débile Made In Japan! À vous de choisir votre camp.

3

Présentation

Gourmet Sentai : Bara Yarou ou Gurume Sentai Barayarō ou encore Birume au lieu de Gourmet, est un beat complètement surréaliste développé par Winds et publié par Virgin Interactive Entertainment pour la Super Famicom en 1995. Il n’a jamais dépassé la frontière du Japon. Winds est connu pour avoir sorti Head Buster (Game Gear  1991) et Shockman (TurboGraphX 1991).

Tomoharu Saito a conçu les personnages du jeu. C’est grâce à lui que cette cartouche a une Japan touch vraiment pas dégueulasse.

Voulez vous en savoir plus ? Voir
1

« Alors collègue après Iron Commando, on se retrouve dans Gourmet Sentai. »

Au 21e siècle , la métropole connue sous le nom de Zeus Heaven Magic City a réussi à survivre après la 3e guerre mondiale. Pour survivre dans ce nouveau monde, il est nécessaire d’ingérer des protéines en quantité pour ne pas finir sur le carreau. L’organisation secrète appelée Bath arrive à faire main basse sur la galaxie grâce à la vente de protéines. C’est une mafia qui grandit et se développe au détriment des habitants de Zeus. Ils n’hésitent pas à user de violence pour obtenir ce qu’ils veulent. Les dirigeants de Zeus dépassés par les événements mirent au point un projet secret. Trois humains furent transformés en robots de combat. Leur mission : détruire l’organisation du Bath.

2

Ah ah ah! On est très méchant, et on veut des protéines!

Cette cartouche vous propose trois personnages à sélectionner pour mener à bien votre mission. Sur la rom traduite ils portent les noms suivants: Bonjour, Madame, Tres Bien. Bonjour est la brute du jeu! Madame est mix entre brutalité et rapidité, c’est le personnage polyvalent par excellence. Tres Bien est d’une rapidité hallucinante.

scanperso

Madame, Tres Bien, et Bonjour.

Le jeu se compose de 5  stages. L’enchaînement des stages est complètement random. Nous passons du coq à l’âne sans savoir le pourquoi du comment. Les chipoteurs pointeront du doigt ce défaut qui nuit à l’immersion dans ce monde complètement loufoque.

Voulez vous en savoir plus ? Voir

Un bouton est utilisé pour taper diverses poses dignes d’un mauvais sentai. Il est même possible de les modifier en pressant une direction de la croix multidirectionnelle.

12

On tape la pose pour la frime.

Ce jeu est difficile. Vous n’avez qu’une barre de vie et des continus infinis. Le problème est que vous allez repartir d’un check point à chaque Game Over. J’ai mis une après-midi pour battre le second boss. Le challenge est relevé si vous ne mettez pas le jeu en easy. D’après Pstylez la difficulté est calibrée pour une partie exclusivement à deux joueurs.

cartouche

Encore une cartouche qui coûte les yeux de la tête.

Il y a un temps limite pour finir les niveaux. Si le time arrive à zéro, les joueurs perdent tous les ingrédients qu’ils ont trouvés. Les ingrédients récoltés servent à gagner de la vie grâce à un cuisinier robot qui se fera un plaisir de vous préparer de bons petits plats.  À vous de trouver la combinaison ultime pour regagner un maximum d’énergie.

En plus des ingrédients, il est possible de trouver le shadow-clone. C’est un item qui crée un clone de votre personnage qui prendra part aux affrontements.

D’après internet, une créature mystérieuse appelée Kongaman apparaît dans l’écran d’option. Kongaman apparaîtrait également dans certaines étapes si certaines conditions sont remplies au cours de la partie. Personne n’a trouvé les conditions à remplir pour le voir apparaître, c’est peut être une légende urbaine.

5

Les graphismes sont vraiment stylés.

 Les coups spéciaux sont sympathiques. Lorsque les ennemis se plantent dans le sol la tête la première, on se surprend à tenter des choses complètement illogiques!

Il est possible de jouer avec les ennemis en utilisant un code à l’écran de sélection de votre personnage.

Voulez vous en savoir plus ? Voir

Parlons-en des ennemis du jeu. Ils sont tous plus bizarres les uns des autres. Mis à part Bunny qui est assez classe, vous allez un peu halluciner. Prenons par exemple Maoi: c’est une tête montée sur un réacteur qui vous éternue dessus et qui utilise sa puissance nasale pour se relever! Il arbore un sourire étoilé lorsqu’il réussit son attaque spéciale. Le punk Jerk (qui fait furieusement penser à Voldo) sera le moins loufoque du lot. Le fameux Acolyte, un homme mine qui se fera péter la gueule pour vous toucher, met vraiment mal à l’aise… (Je ne vais pas vous spoiler le jeu pas de panique!)

Le recyclage de sprite n’est pas gênant dans Gourmet Sentai. L’ambiance très « sentai » permet de faire passer ça comme une lettre à la poste. (Souvenez vous des Pas nous Pas nous de France Five!).

Technique

Sorti en fin de vie de la console, cette cartouche propose des graphismes impressionnants. Undercover Cops avait mis la barre assez haut. Cependant, le jeu de Winds a un atout dans sa manche : son animation. Les personnages sont pleins de vies, ça bouge bien, les monstres sont cohérents alors qu’ils jouent la carte de la débilité. Les environnements sont bien pensés et vraiment variés.

8

Une transformation sympathique et inattendue dans le jeu.

La bande son et les bruitages sont pour moi un ratage. Les musiques n’ont rien de spéciales. Les bruitages sont mous du genou, et les digits vocales font un peu pitié. Avec des graphismes pareils nous aurions aimé avoir une bande son digne des plus grands jeux SNK, avec des coups qui claquent, des mélodies entraînantes et des digitalisations vocales qui restent gravées dans la mémoire. C’est vraiment dommage.

4

On sélectionne son personnage avec un couteau de table.

La jouabilité est parfaite, le shadow-clone ne fait pas n’importe quoi. Rien à dire c’est le sans faute à ce niveau là.

Conclusion

Gourmet Sentai est un Beat assez basique qui sort du lot grâce à quelques idées intéressantes et des personnages qui ne vous laisserons pas indifférent. Les excellents graphismes et l’animation parfaite, la jouabilité réussie, les trois personnages jouables (sans compter les personnages cachés) et la possibilité de jouer à deux simultanément font de ce titre un beat à essayer malgré son ambiance étrange et sa bande son ratée. Malgré ses quelques défauts et une difficulté mal dosée, Gourmet Sentai reste une réussite. Nous vous conseillons tout de même de l’essayer avant de l’acheter, car la cartouche n’est pas donnée.

Image (4)

Gourmet Sentai : Bara Yarou - Super Famicom

73%
73%
Bon poulet

Une curiosité à réserver aux fans de Beat à l'ancienne Made In Japan et surtout très loufoque!

  • Gameplay
    7
  • Graphismes
    10
  • Sound Design
    5
  • Intérêt général
    7
  • Notes des internautes (0 Votes)
    0
Partage moi ça ma gueule !

A propos du gangeekeur

Collectionneur matérialiste, petit joueur, rageman ascendant crevardman, Lutador. Un pigeon parmi les vautours.

Un commentaire

  1. J’adore ce jeu, un de mes beats préféré sur SFC.
    Tout est zarbi, le but qu’on poursuit, les ennemis, les coups, le bouton dédié pour taper des pauses stylées est énorme, c’est du jojo bizarre adventure, du fight with style et j’adhère !

Lâche un com' ou une insulte