Anecdotes de Brocante : rencontre avec Crevardman !

15

Aujourd’hui, je vous propose un dossier 100% langue de vipère, pour ne pas dire langue de p… ! Chez le collectionneur, quel qu’il soit (capsules de champagne, timbres, cartes Pokémon, bandes dessinées, comics, jeux-vidéo…), un moment privilégié pour agrandir sa collection est de parcourir en long, en large et en travers les parfois nombreuses brocantes qui se déroulent dans les alentours de sa caverne d’Ali Baba. Dans ce dossier, on s’intéressera plus particulièrement à un domaine de recherche : le Jeu Vidéo. S’il y a quelques années encore, on pouvait faire en brocante des affaires de folie (je me rappelle avoir récupéré un carton entier rempli de jeux GBA en boite et de jeux Snes en loose avec que des bons titres pour 5€ le tout), dorénavant, même en se levant aux aurores, il n’est pas sûr de faire mouche. Il y a différentes explications selon les sociologues : il y a de plus en plus de chercheurs de jeux-vidéo en brocante alors que dans le même temps, il y a de moins en moins de jeux rétros en vente, car déjà débarrassés ou vendus quelques années auparavant, lors des « glorieuses années » pour les plus nostalgiques d’entre nous. Mais surtout, on observe depuis maintenant quelques temps une recrudescence d’un horrible animal : le Crevardman !

1

Les différentes facettes d’un Crevardman

Qu’on l’appelle ratisseur, revendeur, ou qu’il soit affublé d’un surnom à la con comme Pyjaman ou le Crado (on se demande bien d’où ça vient !), le Crevardman jouit toujours d’une très mauvaise réputation aux yeux des collectionneurs. Bah oui, faut les comprendre, le Crevardman chasse sur leurs terres et ramasse tout sur son passage… Enfin, un ou deux trucs qui auraient pu faire la joie d’un ou deux émotifs du bulbe, mais aussi beaucoup de choses dont on n’imagine même pas poser un jour dans sa collection, mais ça, il s’en fou le Crevardman, car lui, il ne voit pas la portée vidéo-ludique de ce qu’il ramasse à la pelle, il ne voit que les liasses de billets qu’il va pouvoir mettre dans sa tirelire pour engraisser son cochon ! Il n’hésitera donc pas à « piller » les stands de toute ressource en jeux vidéo et même en dvd Disney pour jeter tout ça sur son stand ses deux ou trois tours terminés avec des prix multipliés parfois jusqu’à 10 fois ce qu’il lui en a coûté le matin même en rackettant les bonnes mères de famille. Bon heureusement pour nous, ce Crevardman là fait surtout dans le récent (DS, Wii, PS3…), n’osant pas trop s’aventurer dans les vieux trucs risquant de ne pas fonctionner, c’est qu’il n’est point bricoleur notre Crevardman ! D’ailleurs, si c’est un vieux ratisseur qui tient un stand, demandez tout de même les prix car j’ai déjà pu avoir un jeu Game Boy complet pas très courant pour 5 neurones, « parce que c’est vieux, plus personne joue à ça » qu’il m’a sorti le monsieur, tant mieux pour moi !! Pareil, sur un autre stand, tous les jeux Gamecube à 7€ sauf les Mario et Zelda à des prix exorbitants, pourtant, un Luigi’s Mansion traînait par là, mais Luigi, c’est un blaireau, il est tout le temps dans l’ombre de son frangin, donc hop, 7€. Et j’en aurais pleins d’autres comme ça à raconter…

4

Si la plupart des Crevardmen n’ont aucune culture vidéo-ludique (ni même aucune culture tout court autre que celle des euros), une race un peu plus évoluée commence à montrer le bout de son nez.  Ce Crevardman là est beaucoup plus jeune que le Crevardman de base qui est grisonnant. Il se déplace souvent en meute, avec deux ou trois de ses camarades et communique avec un appareil téléphonique greffé à son oreille. Ce Crevardman est à la pointe de la technologie : il est affamé de codes barre à scanner avec son smartphone à la recherche de la pépite d’or cachée au milieu de la bouse environnante. Ce Crevardman a quelques bases en jeux vidéo car il passe quelques soirées à y jouer avec ses potes, une bonne bière à la main. Il sait qu’il n’y a pas que les Mario et les Zelda qui se revendent en un clin d’œil ! Ce qu’il sait surtout, c’est que pleins de mecs sont prêts à lui filer plein de thunes pour quelques cartouches grisâtres, et encore plus quand il y a la boite. Ce crevardman est un véritable crève-la-dalle, il sait très bien que ce n’est pas sur son terrain de chasse qu’il refourguera à prix d’or ses trouvailles. Je vous l’ai déjà dit, il est à la pointe de la technologie. Une fois chez lui, il va vérifier un à un les prix de son matos et les mettre en vente sur leboncoin. Et pas question de négocier, on est pas en brocante monsieur !

2

Enfin, il existe une dernière race de Crevardman, très fourbe et empli de haine envers les autres Crevardmen, j’ai nommé le collectionneur ! « Quoi ? Le collectionneur n’est pas un Crevardman ! c’est quoi cette arnaque ? » Oui monsieur, le collectionneur est une sorte de Crevardman, il ne faut aucunement le nier. Oui la brocante c’est fait pour trouver des articles à petits prix. Mais citez-moi un seul collectionneur qui fait les brocantes qui n’a jamais acheté un jeu qu’il avait déjà dans sa collection. Il pourra toujours se défendre d’upgrader l’état de son exemplaire. D’autres collectionneurs se cachent sous l’excuse de faire des échanges avec d’autres collectionneurs ou de financer sa collection en revendant les doubles. La belle affaire ! Toutes les excuses sont bonnes pour nier appartenir à cette race de Crevardman mais rien n’y fait, en mettant un pied en brocante, d’autant plus si on a mis son réveil ou pire si on a fait la nuit blanche pour être prêt aux aurores, il y a de grandes chances qu’une infime partie de vous soit gangrénée par la crevardise !

Il est prêt à tout, et vous ?

A 5h du mat, le Crevardman est déjà en train de frapper aux vitres des voitures garées qui viennent à peine d’arriver et qui cherchent désespérément leur emplacement. Le Crevardman, loin d’être intelligent mais ayant la friponnerie dans la peau est bien équipé : lampe torche ou mieux, la méga casquette avec lumière intégrée sur la visière (oui oui ça existe !!). J’en ai encore jamais vu avec des casques de mineurs (lampe attachée sur le casque), mais bon, je n’ai que rarement l’occasion de me mélanger à cet espèce hybride, entre homme et chien, qui jappe sur tout ce qui lui passe sous le nez, ne me risquant pas à promener mes gamines à des horaires nocturnes.

5

Le Crevardman est assez expéditif, faut dire, il a une dizaine de brocantes à faire, donc il n’a pas le temps de chiner et de fouiller partout. Un p’tit « Bonjour, vous avez des jeux vidéos, même des vieux trucs ? » et ça lui suffit. Pas un sourire, on risquerait d’apercevoir ses dents jaune pisse. De toute façon, dans l’obscurité, c’est pas plus mal de ne pas voir sa gueule, les yeux vitreux, la bave dégoulinant doucement ayant gardé trop longtemps sa bouche ouverte… Oui, en bon prédateur qu’il est, il a aperçu quelque chose qui le rend alerte. Sa respiration s’accélère, il se pose devant un carton et jette un œil aux alentours pour voir si d’éventuels rivaux ne le surveillent pas. Dans le carton, son Graal : une tonne de jeux DS, tous aussi bon les uns que les autres, du Léa Passion par ci, du Dora l’exploratrice par là, en passant par Oui-Oui. Il sort un billet de 10 qu’il tend à la jeune fille de 8 ans qui est restée seule au stand pendant que Papa et Maman sont allés chercher un café en attendant un peu plus de lumière pour déballer tranquillement…

6

Cette fois, la quête du Crevardman ne vous a pas émoustillé car dans son sac, vous savez très bien que vous n’auriez rien pris du tout. Mais là, vous restez crispé ! Vous apercevez un autre Crevardman en train de sortir de sa poche arrière un petit truc gris en le montrant à un papy, un truc de forme rectangulaire ! Mais oui, vous avez bien vu qu’il s’agit d’une cartouche SNES. Et là, vous voyez le papy se lever et ouvrir son coffre et y sortir un carton. Vous vous approchez rapidement mais vous sentez de suite que votre présence n’est pas souhaitée par le Crevardman, il grogne et montre les dents ! Vous jetez tout de même un œil par dessus l’épaule de ce dernier, des fois qu’il vous laisse des miettes (surtout histoire de pleurer). Et oui, dans le carton gît une Super Nintendo non jaunie avec ses deux manettes et une dizaine de jeux, dont la moitié en boite, et je vous laisse imaginer lesquels (un commence par un Z, un autre par un H et un autre par un M). Bien entendu, le papy ne sait pas dire à combien il veut vendre le lot car il ne pensait même pas que ça pourrait intéresser quelqu’un. Alors le Crevardman lui tend un billet de 10€ et le papy pousse le carton vers lui avec un grand sourire. Adjugé vendu !

7

Le collectionneur ne sait plus quoi inventer pour ne pas passer pour un creuvard.

Vous décidez alors d’accélérer le pas afin de passer devant ce Crevardman chanceux afin d’avoir tout de même une chance de trouver quelque chose. Putain ! Devant vous, perchée sur le capot d’une voiture, vous apercevez une Super Nintendo en boite. Vous sentez la sueur dégouliner de votre front. Vous vous approchez pour demander le prix. Et là, c’est le drame : 200 boules « parce que c’est à ce prix que ça se vend sur l’internet » ><‘. Vous continuez votre tour et là vous apercevez d’autres Crevardmen en roller ! Et voilà, c’est le re-drame ! On se dit que tout est perdu, on jure, on peste… Et on choisit de retourner à la voiture pour aller sur une autre brocante histoire de rencontrer d’autres Crevardmen, car on aime ça les Crevardmen. Pourtant, il arrive de trouver quelques trucs intéressants même si une trifouillée de Crevardmen est passé avant vous. Encore dimanche dernier, lorsqu’on trouve un écran d’Amstrad sur un stand et qu’on demande à la dame si elle a le reste qui va avec et des jeux elle nous répond « oui oui j’ai le clavier et des disquettes, mais j’ai pas d’autres jeux, vous n’êtes pas le premier à demander des jeux vidéo ». Pas grave, on embarque l’Amstrad, même avec une courroie à changer, ça va nous faire un bel objet à rajouter à notre collection ! Le Crevardman, lui, ne s’enquiquine pas avec de trop vieux trucs encombrants. De plus, il a surement confondu l’écran avec une vieille télé vu que le clavier était caché ! Tant mieux pour nous !

3

On a de plus en plus tendance à voir des Crevardmen partout. On louche sur un paquet de jeux PS2 promis par une dame à qui on a demandé gentiment si elle avait pas d’autres jeux mais hop, un mec s’interpose et prend dans la main la pile de jeux. Là, il y a deux solutions : soit le mec est réglo et il s’excuse, n’ayant pas vu que vous étiez là avant lui (et donc il n’est pas si Crevardman que vous l’aviez jugé), soit il vous sort « He ho, c’est qui qu’à les jeux en main ? C’est moi, alors casse-toi ! » en glissant un billet à la dame sans demander le prix. Si c’est la dernière solution qui se produit, faut pas en vouloir à la dame, c’est qu’elle n’a pas non plus envie de se prendre un pain pour quelques jeux. C’est comme la gamine avec ses jeux DS, que voulez vous qu’elle dise au vieux quand il lui a tendu le billet ? Après, ça arrive de tomber sur des vendeurs qui ne se laissent pas faire, ou au contraire, qui se laisse trop faire. Je repense à une anecdote que j’ai lu sur le net. Un mec réserve un lot de jeux rétro pour 10€ : du Snes en loose en majorité mais que du rpg. N’ayant pas de monnaie sur lui et la vendeuse demandant l’appoint, le mec se voit contraint de demander à la dame de lui mettre de côté le lot le temps qu’il aille faire de la caillasse, ce qu’accepte la dame en mettant les jeux derrière son stand. Sauf que quand le mec est revenu pour payer, plus de jeux. La dame lui avoue qu’une autre personne a demandé à voir ce qu’il y avait dans le sac et lui en avait proposé le double. AAAAAAAArgh ! Et oui, c’est la jungle la brocante !

Conclusion :

La brocante reste un endroit où on peut trouver du jeu vidéo rétro ou non d’ailleurs à petits prix, mais l’engouement est tel qu’il attire forcément les convoitises. Le chômage, la crise… peu importe d’ailleurs le pourquoi de ce nouveau business, c’est maintenant un fait établi : le jeu vidéo est un marché porteur. Il faudrait sans doute aussi se tourner sur l’expansion de l’internet avec des sites qui marchent très fort comme Leboncoin ou Ebay vers lesquels les particuliers se tournent de plus en plus pour revendre leurs biens.

La brocante reste un lieu de rencontre, de ballade, de bonnes affaires si on ne se cantonne pas à une seule catégorie d’achat. C’est un peu bouché dans tous les secteurs de collection, il n’y a qu’à regarder les 33T…

Heureusement, tous les collectionneurs ne se retrouvent pas en brocante, il y en a qui n’utilisent pas ce moyen « d’approvisionnement ». Mais pour tous les autres, n’oubliez pas qu’en mettant les pieds en brocante, on a tous une part, même infime du crevardman. Alors, restez sur vos gardes 🙂

Partage moi ça ma gueule !

A propos du gangeekeur

Nana de 31 ans n'ayant plus quitté l'univers des jeux vidéo depuis son 7ème anniversaire, avec la réception d'un pack gameboy avec Tetris et Kirby ! Plutôt attirée par l'univers Nintendo au départ, par la suite a succombé aux charmes de la PS1 avec son lot de RPG. Genres de prédilection : la plateforme et les jeux de rythmes

15 commentaires

  1. Très chouette article ! Et je confirme un peu tout ce qui est dit dans ce joli texte. Pas plus tard que samedi dernier, j’avais quelques jeux vidéos en double à vendre pendant une brocante et un abruti qui me prenait pour plus demeuré que lui m’a montré une cartouche snes en me demandant si « j’avais des jeux comme ça » ? … Je lui ai répondu « oui plein mais je les garde :p »

    Et un autre a voulu négocier mon Zelda 2 en loose. Mais finalement, après avoir passé un coup de fil à un de ses potes sur la brocante et en disant que je ne voulais pas marchander, il l’a quand même pris à mon prix.

    Les temps ont changés…

  2. C’est vrai que même avec des ratisseurs, il reste toujours des bricoles, alors certes on aura peut être raté le lot 16 bits à super prix, mais on peux toujours se rabattre sur du PS2 à super prix, du game boy bien caché etc…

    Quand je vois comment ça ratisse maintenant dans mon coin j’hallucine encore de trouver des trucs, alors qu’un mec était devant moi pour la saturn en boite qui traînait.

    Mais bon c’est le jeu et on est tous un peu ratisseur c’est vrai, moi j’aime bien rentrer dans mon budget essence quand je fais des brocs, c’est le minimum.

    Par contre comme dis au dessus, quand tu exposes et que tu en profites pour vendre des bricoles rétro, les crevards sont tellement crevards qu’ils achètent tout à n’importe quel prix ^^ donc quand tu connais un peu il y a toujours moyen de vendre cher à ces connards 😀

  3. crevard or not crevard
    je chine depuis plus de 20ans par passion et par intérêt ça me paie mes vacances .
    comme tu le dis si bien même les collectionneurs sont des « crevards ».ou des profiteurs au même titres sur les revendeurs professionnel
    je n’ai encore jamais vu un collectionneur avouer le prix d’un secret of mana complet en super état que le vieux monsieur voulait vendre 5€00.
    non non monsieur ça vaut 10fois plus je ne veux pas vous arnaquer je suis un collectionneur moi pas un revendeur ……
    je chine je trouve je vend sur le net sur la bay
    mais j’adore les jeux vidéos depuis plus de 30 ans et j’en garde quelques un pour moi mais pour JOUER pas pour les admirer en vitrine.
    Entre me masturber devant un exemplaire de zelda sous blister ou le vendre et me payer quelques jeux pour JOUER et avec l’argent restant faire plaisir à ma famille le choix est vite fait …
    je respecte les collectionneurs je partage avec eux j’adore discuter des différentes trouvailles des dernières brocs je les respecte j’en attend le même chose d’eux
    merci de votre lecture

  4. Pingback: La mode : les jeux vidéo c'est trop hype. » Gangeek Style

  5. Pingback: Augmentation des prix du retrogaming, la faute à qui ? - Gangeek Style

  6. superbe post qui reflete la realité pour le crado j ai mon idée la nouvelle mode sur les foire a tout et brocante et de s habiller en pouilleux (vieux jogging pull moche a mémé casquette ) pour passer pour un mec qui n a pas d argent et attiré la pitié en négociant genre combien ce jeu 10 euro ahhhh zut bon ba 5 ok je prend !! voila comment le crevard feinte le vendeur =)

  7. Pingback: [TEST] Hyrule Warriors - Wii U - Gangeek Style

  8. Génial ton article, il reflète parfaitement le phénomène qu’a prit le rétro.

    J’ai par contre halluciné en lisant ta description a la fin Kem, c’est EXACTEMENT la même que la mienne, même âge actuel et même âge auquel je suis tombé dans les jeux vidéos avec une GameBoy. La seule différence c’est que j’ai eu Power Rangers et Aladin en jeu, garçon quoi 😀
    S’en est suivi la Super Nintendo avec Super Mario… Bon ok je vais m’arrêter là sinon ça va pas le faire…

    Et ouais on se fait chier quand est de nuit au taff… Mais ton article m’a bien fait rigoler..!

  9. J’ai récupéré ma Master System et ma Super Nintendo d’époque qui prenaient la poussière chez mes parents récemment. J’avais beaucoup joué sur émulateurs au fil des années pour essayer tous les jeux que j’aurai eu aimé avoir étant gosse, mais je me suis mis en tête de faire l’expérience de la brocante depuis 6 semaines maintenant pour alimenter les bestiaux avec le vrai deal.
    Ah ça remue le couteau dans la plaie de lire cet article… c’est un peu tout ce que je découvre au fur et à mesure, c’est rageant de se dire qu’on s’y met 10 ans trop tard.

    Dimanche je me lève à 4h15, pour m’écarter de l’agglo lyonnaise de 70km et arriver au premier des 3 vide-greniers ciblé à Truc-Sur-Saone aux alentours des 6h. J’arrive pendant le déballage, et je remarque 3 types ensembles qui passent à toutes les bagnoles (certaines pas encore arrêtées !), à tous les stands et qui demandent « Vous avez des consoles de jeu ? » (Bonjour* Merci* Au revoir* étant apparemment en option). Nan mais sérieux qu’est-ce que tu peux faire dans ces cas-là, à part te casser à la brocante suivante 10km plus loin en espérant qu’ils aillent ailleurs ?

    Attention, ça empêche pas de faire des bonnes affaires mais c’est tellement rare de tomber sur un particulier et non un ratisseur sur les 8-16 bits (honnêtement sans mentir j’en ai rencontré 3 en 6 semaines, à raison de 4 à 6 brocantes par weekend). L’erreur que font tous les crevards non ebayeur par contre s’est de se focaliser sur la console et non pas sur les jeux eux-mêmes: leur grossière expertise se limite à savoir qu’une Megadrive « ça vaut 30€ pas moins c’est rare et recherché » sans réaliser que sans jeux et avec 10 jeux en boîtes full il y a un *léger* » écart de valeur pour les collectionneurs que nous sommes.

    Alors, oui j’avoue, par frustration moi aussi je me retrouve à faire le crevard intermittent quand je calcule la plus-value suffisamment intéressante…

    Et quand je vois des pépites sur des étals dégueulasses, avec des jaquettes décolorées dans des caisses en plastoc dont le fond est mouillé, avec une étiquette arborant un prix tel qu’on en trouve sur Ebay, il y a un petit archéologue en moi qui hurle « CONNARD SA PLACE EST DANS UN MUSEE !!! »

    Enfin, les temps sont peut-être plus à se monter une collection PS2 et Gamecube d’enfer…

  10. Perso j’ai éclaté la bonne vieille gueule d’un « crevard » c’était un super kiff et comme je fais pleins de broc en tant que vendeur je vais recommencé d’ici peu.

Lâche un com' ou une insulte