Xenoblade Chronicles – Nintendo Wii

4

développé par Monolith Soft sur Nintendo Wii , 2010

INTRODUCTION

Le jeu vidéo, à l’instar du cinéma et comme chacun sait, recèle de genres plus ou moins populaires.
Dans les années 90, le genre « J-RPG » prenait grandement son envol sur les consoles du moment.
D’abord au Japon, puis le genre devint « noble » en Europe et aux USA avec l’arrivée de FF7 sur PS1, apportant aux jeunes joueurs de nouvelles sensations. Le jeu à scénario japonais faisait son Buzz. Durant quelques années, nous avons eu droit à quelques perles, qui parfois malheureusement ne traversaient pas l’Atlantique.

Mais les années passant et les joueurs de l’époque vieillissant, le marché prit une sorte de tangente douce mais sûre vers un avenir qui aujourd’hui ne nous est pas inconnu. Le genre a cedé sa place de leader pour d’autres genres. Les budgets sont plus grands aujourd’hui qu’à l’époque, mais la complexité du développement d’un jeu aussi ambitieux qu’un RPG nécessite une assurance de vente à toute épreuve, faute de quoi l’échec d’un titre peut aujourd’hui se transformer en véritable catastrophe pour la société qui investit.
Du coup évidemment, on prend moins de risques, oubliant aussi que le genre « littéraire » du jeu vidéo allait peu à peu vers une porte de sortie donnant sur le néant.

Comme toujours dans une guerre marketing vers de nouveaux genres, certains fidèles tentent leur chance. Parfois c’est un échec ou un semi échec, mais parfois aussi, une formule qui mixe plusieurs genres peut fonctionner si la qualité est là.

C’est le cas de Xenoblade, le jeu dont nous allons parler aujourd’hui.

A l’heure où les MMORPG ont presque monopolisé le cerveau de beaucoup de passionnés de RPG, Monolith Soft nous pond sur Wii (WTF???) un titre qui se démarque du lot pour nous sortir une épingle en carbone du lot.

Le carbone, bien que noble, est également un matériau fragile…

Qu’en est-il de Xenoblade ?

Nous avons la chance de l’avoir vu arriver chez nous, alors mérite-t-il sa place dans vos étagères ?
On va le décortiquer pour savoir tout ça.

SCENARIO / AMBIANCE

Scénario :

Je vous raconte ici les deux premières heures de jeu en gros. Pour les plus curieux, ouvrez les spoilers, mais attention, vous êtes prévenus, certains s’entre eux vous spoileront complètement le jeu.

Il y a fort fort longtemps dans un endroit /planète inconnue, deux géants se combattent à l’épée : Bionis, géant de pierre et Mekonis, géant de métal.
Le combat se solde par un match nul, et les deux titans se retrouvent figés comme des statues.

Longtemps plus tard, la vie existe et s’est développée sur les deux titans, des colonies se sont formées.

1 an avant le début de notre aventure (intro du jeu), une guerre fait rage entre les « Homz » habitants de Bionis et les « Mékons », habitants-machines-mécaniques de Mékonis.
Dunban, trentenaire fougueux, attaque l’ennemi à l’aide d’une épée magique qui semble le posséder. Animé d’une force incroyable visiblement procurée par cette épée rouge magique appelée « MONADO », il accomplit l’exploit de donner l’avantage à son camp et devient le héros de la guerre.

Moment présent et début de VOTRE histoire :

Shulk, un jeune ingénieur-bricorama de la Colonie 9 et accessoirement votre personnage principal, étudie l’épée Monado, mystérieux artéfact qui endommagea grandement le bras de Dunban l’année précédente.
Shulk vit paisiblement dans la colonie avec ses amis d’enfance Reyn et Fiora.
Mais un jour, les Mékons attaquent la colonie.
Shulk, animé d’une envie de protection, prend Monado dans les mains et part défendre la ville. Mais Fiora est tuée au cours de l’attaque.

Juste avant sa mort, Shulk en est certain, il a eu une vision de l’avenir mais il n’a pas été capable de sauver sa pote.

Monado jusqu’alors craint des Homz car ne pouvant être tenu en main sans causer de dégâts est maitrisée par Shulk, qui comprend qu’elle renferme des pouvoirs étranges.

Afin de venger Fiora, il part avec Reyn, à la recherche d’un Mékon facia qui a tué sa copine et qui parle sa langue, contrairement aux autres machines.

Shulk pendant l’histoire, va découvrir que l’épée renferme des pouvoirs incroyables et qui se découvrent suivant certaines situations, et semble lui procurer des dons de prédiction.

L’histoire s’emmêle rapidement dans tout pleins de questions sur les Mékons, la vie des habitants des deux titans et qui est derrière toute cette mascarade et guerre sans fin opposant les deux « mondes ».

Mon avis perso sur le scénario :

Le scénario aux premiers abords simpliste se révèle assez complexe tant il mêle de contrées à cette guerre générale, en plus de tout le mystère sur les visions de Shulk, l’épée et certains personnages.

Mais rapidement, on comprend malheureusement que ce qui semble complexe est en réalité une belle grosse coquille vide. Beaucoup de choses téléphonées, de capilo-tractions à tout bout de champs, de non-surprises… et une histoire qui traîne doucement mais surement en longueur et qui semble ne jamais vouloir prendre fin..

La globalité, voilà, c’est une sinusoïde permanente, qui a des airs de mouvement perpétuel. Un coup on est emporté et c’est super, 2 minutes après, on repart et le dynamisme retombe d’un coup.
Jeuxvideos.com disaient dans leur test que le scénario ne baissait à aucun moment de régime.. On se demande ce qu’ils prennent parfois, ou bien à qui ils rendent des comptes quand même..

De plus, contrairement à ce que j’appelle un scénario « bien foutu », c’est à dire un crescendo jusqu’à une révélation, un revirement de situation ou à une fin X ou Y ; Xenoblade ne propose rien de ce genre. On apprend les choses importantes d’un coup comme ça, comme on sert un plat de pâtes, ou alors il y a un mini suspense et d’un coup on descend le rideau, mais on avait déjà compris, comme si le scénariste prenait les joueurs pour des buses quoi en somme.

BIG SPOILERS
Voulez vous en savoir plus ? Voir

Quand à la fin, on a envie de jouer de la trompette tant c’est juste n’importe quoi, d’un coup le jeu prend un virage à 90° sans prévenir à environ 8 heures du ending, mais là où cela aurait pu être une bonne idée, la mise en scène n’est pas bonne, on a juste l’impression que les scénaristes en rajoutent une couche, parce qu’il fallait caser ça, et qu’ils n’ont pas eu d’autres idées.

Spoiler:
BIG SPOILERS, exemple de bouses dans la trame scénaristique :
Voulez vous en savoir plus ? Voir

J’exagère mes propos exprès évidemment, car je suis déçu de bien d’autres aspects dans le jeu, je devais en attendre trop.
Au final, le scénario reste assez prenant pour tenir le joueur en haleine, malgré que ce soit téléphoné et peu intéressant (la plupart des thèmes abordés restent en surface, rien n’est approfondi), on se prête au jeu.
Shulk reste un héros assez moisi tout du long, sans vrai Charisme, son histoire en somme assez / très moyenne, un caractère très « jap » peu engagé, des sentiments vu et revu 1000 fois mais cette fois, mal exprimés. La fin ça fait longtemps qu’on l’a comprise, trop d’indices, d’ailleurs qu’on attend sans vraiment les attendre, vu qu’on est pas trop intéressé.. du moins c’est mon cas. Parce qu’un petit bout de scénar tous les 3 heures de jeux pour expliquer une connerie et repartir dans du level up.. Heureusement que les zones sont immenses et que du coup on prend plaisir à explorer et se balader..

Niveau DA, on lui aurait préféré Dunban clairement plutôt qu’un énième adolescent prépubère …

Spoiler:
Voulez vous en savoir plus ? Voir

On aurait aimé également que le scénar ne soit pas un éternel recommencement dans son évolution de trame à savoir :
1 : il se passe un truc
2 : on va à un endroit pour savoir, mais pendant ce temps il se passe rien
3 : il se passe un truc
4 : on repart à l’aventure mais il se passe rien jusqu’à la prochaine fois
etc etc etc…

C’est assez courant dans le RPG comme façon de procéder, mais ici c’est tellement net et distinct qu’on peine à dépunaiser cette image stéréotypée du couloir scénaristique où l’on avance en ouvrant quelques portes au passage..
On est sans arrêt coupé dans l’élan et le « kiffage » de trucs trop cool par un arrêt brutal sur la question pour ne rien faire pendant 3 heures à faire du LV-up et découvrir des zones pour au final apprendre un nouveau truc.
Et évidemment, comme dans un mauvais livre de science fiction, le jeu propose des « révélations » pas très intéressantes, qui tardent vraiment à faire avancer l’histoire pour gagner du temps de jeu..
Quand c’est un truc important… ben on le balance comme ça et là, on se dit « tiens, il/elle est encore là, qu’est-ce qu’il/elle fout là au fait ?? ah non ça, on s’en fout..

Spoiler:
Voulez vous en savoir plus ? Voir

Bref, pour moi, c’est un semi-échec. Semi car dans le fond on a une idée intéressante mine de rien avec une réflexion sur la vie de l’Homme, son utilité et son but dans son monde, à qui appartient le futur, y a-t-il une forme de vie toute puissante qui décide du destin de chacun etc… Voilà les thèmes important du scénario.
Que faisons-nous là ?
Où allons-nous ?
quelle est cette force qui sillonne nos terres ?
etc…..

Mais rien de tout ça n’est suffisamment creusé et exploité pour paraître primordial et intéresser le joueur exigeant. On préfèrera s’attarder sur les visions de Shulk et l’histoire d’une…épée plutôt que sur le fond du problème de Xenoblade, ce pendant au bas mot 60 heures avant que cela ne devienne un peu plus clair, car simplement, les bonnes idées sont mal exploitées et les moins bonnes sont trop mises en avant.
L’impression qui en resort, c’est une sorte de mic mac pour combler, comme si l’importance des choses étaient survolées, peu exploitées pour privilégier le côté superficiel des combats et des lieux.

Parfois, on se croirait simplement dans FF11. Bon scénario si on le lit d’un coup, mais entre coupé de multitudes de quêtes, de scènes importantes trop courtes ou pas assez récurrentes, de fourmillements de combats et de recherches de level up ou de gemmes.. en somme, pas ce que l’on attend d’un RPG, du moins, pas du tout ce que j’en attends …

Dommage.

Imaginez l’histoire du Petit chaperon rouge en 50 volumes de 1500 pages chacun.. L’histoire est certes plus complexe, mais dans le fond, c’est un peu l’esprit.

Spoiler:
Voulez vous en savoir plus ? Voir

Ambiance :

Le joueur est propulsé spectateur d’une histoire originale. Comme dans FF8, on a les sentiments et pensées intimes du personnage principal, à savoir Shulk, mais on voit aussi ce qu’il ne voit pas, c’est une sorte d’hybride, qui ne gène pas dans le jeu, c’est juste à l’analyse un peu béton que ça pêche, mais on s’en tape au final.

Soyons honnête, l’ambiance est excellente dans le jeu.

Nous sommes dans du space opera sans le « space » ni le « opera ».. En gros un bon gros titre de SF, avec de la Magie présente « pas expliquée qu’on s’en fout », enfin vaguement pour les gemmes et la Monado, mais les pouvoirs de Mélia par exemple, qued’chi ! Des humanoïdes chelous qui parlent notre langue, des machines méchantes

Spoiler:
Voulez vous en savoir plus ? Voir

, des dinosaures, des monstres pas clairs, des armes qui vont du fusil à l’épée etc.. Un mix entre de la SF et du Heroïc Fantasy.. Disons donc, de la Science Fantasy.

La formule marche car elle ne choque pas. Qu’on se retrouve dans une plaine avec des robots et des lézards qui nous attaquent ou dans les montagnes enneigées avec des sortes de raies volantes, tout va bien, et l’ambiance ressentie dans chaque zone est géniale, vraiment, d’ailleurs on aurait aimé que le scénar suive cette tendance, mais bon (  )

On notera un point positivo-négatif concernant la taille gargantuesque des zones traversées. Parfois, on prend son temps, mais c’est pour finalement mieux te manger mon enfant.. ahem, pour faire des combats quoi.. Or, si je ne m’abuse, on attend l’histoire dans 90% des cas, qui tarde qui tarde et devient une tare avec le temps qui s’écoule au compteur.

Avis perso :

Pour moi, c’est réussi à ce niveau. Les zones insufflent au titre des ambiances changeantes, on a même le temps qui évolue (pluie, nuit, soleil etc..), on est dedans, grâce également aux graphismes et aux musiques mais nous y viendrons plus bas.

GRAPHISMES / DIRECTION ARTISTIQUE

Déjà, il faut savoir que le jeu est très beau pour de la Wii. Alors des fois c’est pixellisé, des fois les textures sont très moyennes, mais globalement, on a un jeu qui tient carrément la route. Des plaines verdoyantes ensoleillées aux marais, en passant par les villes mécaniques, on a un panel vraiment énorme de ce que représente Xenoblade qu’en y jouant.
Les zones sont à chaque fois énormes, on peut aisément passer 15 minutes pour traverser une zone en courant en ligne droite, heureusement parfois qu’il y a des cheats pour aller plus vite, on en reparlera dans le Gameplay.

Le jeu est pleins de petits effets de lumière vraiment sympathiques, les animations sont belles et fluides. On notera la tendance habituelle dans les jeux jap au niveau des pieds qui ont la fâcheuse manie de glisser comme un skate en fin/début d’animation sur les personnages, ce n’est pas gênant, mais techniquement, c’était faisable, et ils ne l’ont pas fait.

On regrettera le manque crucial de vraies CG, car toutes les scènes cinématiques sont en temps réel. Alors le jeu est suffisamment beau pour ne pas trop y prêter attention, et au moins on a pas de grosse différence avec le jeu, mais c’est quand même vraiment dommage je trouve.. Pas assez de budget ou pas assez de place ou pas assez de temps pour la prod, ça le joueur s’en fout, au final, elles sont pas là

Par moment on regrettera certains objets ou endroits plutôt mal modélisés, mais dans la globalité, c’est joli .

La DA du jeu est complètement défendable. Les persos sont beaux, à part Shulk qui fait penser à un attardé adolescent à qui il arrive des trucs trop frais, ( Shônen inside.. sans le côté PAF, et puis, il est pas drôle, dommage, on aurait bien aimé que ce soit un genre de Luffy, exalté par ce qui lui arrive et plein de bons sentiments, d’un dynamisme à faire mouiller une gargouille, mais non.. donc osef on s’en contentera ), bah c’est bien.

Les monstres ont un aspect cool, comme dit plus haut, on a de tout. Les espèces vivent entre elles et les dinosaures, Troll, machines, lézards, poissons carnivores, raies volantes, Yétis, Dragons etc.. cohabitent parfaitement

On ne sera jamais surpris ou étonné de voir l’aspect d’un PNJ ou d’un Streum, et ça, ça veut dire que c’est réussi !
C’est quand même globalement du tout bon à ce niveau à un Shulk près :p.

MUSIQUES / SOUND DESIGN

Un travail énorme a été apporté aux musiques, normal, Mitsuda y a participé (lol). Elles rentrent parfaitement dans le moule que leur propose l’univers de Xenoblade. Tantôt dynamiques, tantôt douces et mélancoliques, les zones sont merveilleusement accompagnées de musiques qui mettent en avant l’esprit de l’endroit.

Spoiler:
(La musique du boss de fin arrache litéralement même si je trouve qu’elle manque de punch)

Malgré ça, bizarrement, on a du mal à les retenir. Elles passent bien souvent comme une musique d’ambiance, manquant de se démarquer dans leur composition et leur timbre, se ressemblant parfois trop entre elles.
Il y a bien quelques musiques que vous reconnaitrez, comme la Boss Fight, la musique des combats que vous entendrez 1 million de fois, (no joke..) ou quelques rares endroits du jeux qui sauront rendre justice, mais globalement, à la fin du jeu, on aura pas un souvenir impérissable de tout ça.

 

Alors pourquoi je dis qu’elles sont très bien, et bien parce que déjà, elles ne gênent pas l’ouïe, comme le ferait la « Techno-Dance-Party-DJ-ta-mère-en-slip « dans Excalibur 2555 sur PS1, elle se marie au décor, comme si la musique sortait des univers avec brio.

C’est donc mitigé pour ma part.. pas assez.. comment dire.. « PAF », voilà le mot que je cherchais en gros.

Pour les Sound Design, idem, c’est du bon boulot.

On notera avec amour  que les voix jap sont disponibles avec sous titres FR, et ça, c’est la pure classe, même si la trad FR des dialogues est parfois approximative ou même carrément incorrecte, les voix sont superbes, l’émotion des acteurs se ressent et va très bien avec l’expression du personnage à l’écran. Comment ne pas craquer ? Ces japonais sont doués pour ça, et on ne peut que le vérifier ici, une fois de plus.

On notera par contre niveau Sound Design un gros bémol pendant les combats. Nous en parlerons plus en détails plus bas dans le Gameplay, mais en gros, les combats font un bon 80% du temps de jeu, et sont criards à souhait !

Les sound design sont en effet mal choisis, trop répétitifs, ça gueule de partout dès qu’on balance une attaque spéciale, et comme le joueur balance tout le temps des attaques spéciales, en plus des deux autres de la team, de la musique et du bruit que fait le monstre… arf !
Pareil, en fin de combat, les persos balancent des petites phrases, qui ne se renouvellent pas, alors autant dire que les phrases, au bout de 80 heures de jeux, vous ne les entendrez plus, pour la simple et bonne raison que ça fera déjà pas mal d’heures qu’autistement, vous les répèterez avec les persos, oubliant même que vous en aviez marre de les entendre..

GAMEPLAY

Bon, on attaque une grosse partie du Test. Donc on va faire ça en plusieurs points cruciaux.

Général :

Xenoblade Chronicles est un (MMO)RPG-Action-Tactique totalement hybride.
Il mêle le côté phase de combat au timer (pour les attaques et les attaques spéciales) comme un RPG traditionnel, le côté action comme dans un Zelda où l’on attaque les ennemis et où l’on ne dirige qu’un perso et une sorte de MMORPG version console (pour diverses raisons).
On aime ou pas du tout, alors prenons le taureau par les cornes pour approfondir tout ça : voici les bases des bases

Le jeu se joue avec la manette classique Wii (enfin on peut faire autrement, mais c’est franchement pas conseillé -_-), plugée à votre Wiimote. Première chose à dire pour ceux qui ne connaissent pas : c’est très ergonomique, accessible et bien pensé. La seule chose à ce niveau sur laquelle vous pourrez pester librement et objectivement, c’est contre vos piles de Wiimote ou batteries et encore, la durée de vie est assez longue pour ne pas vous alarmer.

Vous déplacez donc Shulk ou un autre personnage de votre groupe que vous avez en « MAIN » en vue à la 3ème personne. Les deux autres persos que vous avez dans votre équipe (donc composée de 3 persos max) vous suivent comme des petits chiens et entrent en mode combat comme vous quand vous décidez d’attaquer.

Le joueur peut interagir avec certains éléments du décor en activant des leviers ou en ouvrant des portes. Avec votre personnage, vous pourrez aussi sauter. Cette action en soi peu utile a le mérite d’exister. Malheureusement, on aurait bien vu une phase de vraie plateforme comme dans Xenogears avec ça, mais non, elle ne sert à rien ou presque, dommage.
Les seuls moments où vous utiliserez le saut de façon utile sera pour couper dans la zone et prendre un raccourci.

Autre chose peu conventionnelle, il n’y a que très peu de chargement entre les zones. Le joueur se ballade dans un univers énorme et le clipping est peu visible grâce notamment à plusieurs effets techniques merveilleusement pensés. Vous n’aurez de chargements que lorsque vous changerez de lieu ou quand une cinématique s’enclenchera.
On pourra tout de suite pointer du doigt le choix de gameplay « drapeau » ou « go to the flag » qui indique de façon abstraite la prochaine étape du scénario, au cas où on se perde comprenez… avec même la distance restante à parcourir avant le prochain check point façon Sega Rally -__-
Une belle façon de rappeler au joueur que c’est un imbécile et qu’il doit allez au point B, sinon il n’aura pas de sucette..

Sans déconner quoi, à par dans un MMO, où vous avez vu ça….

Bon.. sinon la caméra est entièrement rotative et se dirige avec le stick droit de votre manette.

Passons à la suite.

Menus :

En appuyant sur la touche X de votre manette, vous aurez accès à votre menu. Il s’affiche d’abord sous la forme d’un onglet en bas de votre écran, vous proposant d’accéder à différentes parties du menu.
Ce dernier est complexe, car il recèle de nombreuses choses.

Prenons donc ces choses dans l’ordre, de gauche à droite.

– La carte des zones vous permet d’accéder à toutes les zones dans lesquelles vous êtes passées, de voir les points de farm de gemmes, les vendeurs (trop peu nombreux) et points de vue (bouts de scénar accessibles uniquement si vous avez des affinités entre certains persos (T_T –> « kiri-kiri-kiri!! le fromage des gastronomes en culotte courte« ©) et les repères. Ces repères sont des points de téléportation, qui en plus de rapporter de l’expérience quand on les trouve, permettent au joueur de revenir à cet endroit n’importe quand dans le jeu (ou presque..).
Précisons que la carte de la zone dans laquelle vous vous trouvez peut être visionnée en appuyant directement sur la touche « – » ingame sauf dans de rares exceptions (aggro, lieux spéciaux etc.).

– Dans l’icon suivant, vous pourrez accéder à votre inventaire (objets, armes, grimoires, gemmes etc..) ; mais aussi créer des gemmes si vous avez l’outil adéquat (sans quoi vous devrez sans arrêt aller à la colonie 9 .. et enfin accéder à votre « collection » à partir d’un moment.. le dernier truc étant plus pour les mecs qui veulent tout faire et passer du temps pour pas grand chose sauf un beau 100% et quelques précieuses heures de votre neuvième vie de gamer.

– L’onglet « Arts et compétences » regroupe deux choses : la gestion et l’amélioration des arts de chaque personnage et le partage, l’arbre je dirais plus de vos compétences. Dans la première partie, vous pourrez à l’aide des PC obtenus en fin de combat, acheter des améliorations pour tous les arts de chaque combattant. Ne vous inquiétez pas, même les persos qui ne combattent pas en gagnent et vous suivent dans les levels (heureusement..). Il est primordial évidemment de les évoluer sans quoi vous ne serez vraiment pas de taille. Dans l’arbre, vous constaterez que chaque personnage peut en gros se jouer de 3 manières différentes en fonction de vos besoins (tank, heal, dps, mago etc…). Chaque personnage a évidemment des prédilections, mais vous pourrez un peu modeler tout ça, disons un minimum.

– L’icon « GROUPE » est en gros le main menu, là où vous allez passer le plus temps. Vous pouvez dans cette partie changer vos équipements, vos gemmes et les personnages que vous voulez utiliser en partie.

– L’Icon journal vous présentera les quêtes que vous avez accepté, celles en cours etc..

– L’Icon suivant vous permet de changer l’heure dans le jeu, en gros faire votre dieu tout puissant pour faire Nuit ou jour d’un coup pour chercher certains trucs.. Vous pourrez également visionner des tutos ici, mais bon ça, personne ne le fera, c’est un peu comme compter l’herbe dans la prairie.

– Le dernier icon vous permettra d’accéder aux options du jeu et aux sauvegardes. Il est bon de rappeler que vous pouvez sauvegarder à n’importe quel moment dans le jeu hors combat, et autant que vous le souhaitez, c’est gratuit..

Je précise également que lorsque le menu en bas de l’écran est visible, vous n’êtes pas invulnérable, il vous faudra entrer dans une partie pour qu’aucun mob ne vienne vous saouler.

Gestion de l’équipement, création des gemmes :

Équipements :

La gestion de l’équipement de vos personnages est un souci dans Xenoblade. Dommage pour un RPG j’ai envie de dire.. Pourquoi ? Hé bien pour ceux qui ne sont pas trop aux faits, dans les jeux de rôle, souvent le joueur doit changer ses équipements. Dans une nouvelle zone, après un Boss, en farmant certains objets rares, l’équipement est ce qui permet de faire évoluer vos stats en plus des passages de Levels.
Autant dire que c’est une chose très importante pour le joueur et qu’il vaut mieux qu’elle soit compréhensible et ergonomique.

Là on soulève un point important.

Tout d’abord, contrairement par exemple aux anciens FF, vous n’avez pas qu’une arme et une protection pour chaque personnage.
Vous avez votre arme, votre tête, vos poignets, votre buste, vos jambes, et vos pieds/chevilles à protéger. Pour toutes ces parties du corps, vous allez devoir équiper des pièces. Ces pièces peuvent s’acheter, se trouver sur des monstres morts (cherchez pas, c’est du RPG), dans des coffres, ou bien elles peuvent vous être données au cours du scénario par divers moyens.

Ainsi, dans votre menu d’équipement, vous verrez plusieurs onglets correspondant à ces parties du corps, à équiper.
Là où ça pêche premièrement, c’est quand on se rend compte que le nombre de slots n’est pas assez élevé, on est donc rapidement en train de troquer des objets contre de l’argent aux vendeurs pour « vider son sac ». Ca c’est la première chose. Bon c’est pas grand chose, donc on passe à la suite.

Dans un RPG, on ramasse beaucoup d’équipement, d’autant plus imaginez vous si vous avez autant de « parties » à couvrir et ce sur tous les personnages ; il faut donc pouvoir comparer aisément et surtout rapidement les choses entre elles: genre cette arme est-elle mieux que celle là, qu’est ce que je perds, qu’est-ce-que j’y gagne etc….
Xenoblade ne propose pas cette fonctionnalité. Vous avez bien la touche « – » qui vous permet de voir les stats de l’arme sélectionnée, mais elle ne vous donne pas la différence avec le truc équipé (-__-) donc rajoutez à ça le fait que cela ne prenne pas en compte les Gemmes équipées, qui ajoute certaines stats, et vous avez une belle grosse bouse galactique qui vous suivra pendant 100 heures de jeu. Tout sera une question de temps d’adaptation, mais c’est clairement un foiré à ce niveau, mais bien comme il faut.

Création des Gemmes :

Vous connaissez WoW, FF11 et d’autres MMO ?
Vous savez ce que c’est que le craft et le métier de joaillier ?

Bon, alors pour résumer, certaines armes et certains équipements contiennent des slots, sur lesquels vous pourrez mettre des Gemmes.
Ces gemmes vont en gros donner un « sens » à vos stats de perso. Si par exemple vous mettez une Gemme « V(5) rouge : force +86 », le personnage verra sa stat de force brute augmenter de 86.

→ Le calcul mathématique étant un point important, sachez en gros que pour voir une réelle différence, il faut 30 à 45 points de plus en deux étapes minimum.

Mais ces gemmes, ne s’obtiennent pas chez les vendeurs ou dans le slip de votre voisine. Il faut les farmer, et les créer en les craftant en combinant certains trucs.
Toutes ces étapes sont complexes pour le noob, alors on va faire court.

Dans le jeu vous croiserez parfois des endroits où vous verrez des pioches et une dig zone. En appuyant sur A, vous récupèrerez des cristaux d’un certain niveau (de 1 à 5, les plus puissants se trouvant évidemment dans les zones les plus proches de la fin du jeu).
Avec ces cristaux, vous allez devoir crafter des gemmes. Pour ce faire, vous devrez pendant un certain temps faire un détour par la colonie 9 dans la quartier Marchand, pour aller voir le mec qui tiens le « four ».
Choisissez deux persos en fonction de comment vous voulez gérer la température du four, et sélectionnez vos gemmes à crafter parmi les cristaux récupérés. Suivant la couleur ou la caractéristique du cristal, plusieurs types de gemmes vous seront proposez. Je vous laisse découvrir la suite.

Au début très marrant et donnant l’impression totale de customisation, on se rend vite compte que le métier de craft de gemmes est un moyen détourné de nous rappeler que Xenoblade est un jeu qui à certains niveaux comme ici, se rapproche d’un MMO, à savoir pour le coup, gagner des heures de jeux en proposant un mini jeu long, répétitif et qui n’a rien à voir avec l’histoire, vous coupant bien souvent dans votre élan avant d’aller voir un boss pour vérifier que les gemmes équipées sont assez bonnes.. Et tout ça, peut prendre très longtemps, imaginez devoir crafter autant de gemmes que vous avez de cristaux, pour chaque partie de l’équipement, pour chaque personnage.. erf.

Le côté positif de la chose, c’est la possibilité laissée au joueur de pouvoir gérer entièrement l’équipement de ses persos. Alors si Mélia est forte en foudre, que vous l’avez bien évoluer dans les compétences et que vous lui assignez des gemmes foudre + x%, imaginez les dégâts. Idem, pour un tank, équipez des gemmes de défense, de PV+ et de Hostilité+x% , pour le Heal des gemmes d’éther etc………..

Encore une fois, mon avis est partagé entre une bonne idée sur le papier et la retranscription de celle-ci qui devient ce mini jeu assez dingue et fastidieux.
Parce que là où dans un MMO comme WoW, vos crafts peuvent se troquer contre d’autres trucs et servir à une communauté, ici, ce n’était pas utile je pense, il aurait été plus intéressant de procéder autrement je pense, car le fond du jeu n’est pas là, et au final, le craft… bah on s’en tape le marteau des couilles en ski nautique.

Il cherche il cherche, le furet….. QUETES ANNEXES

Xenoblade Chronicles a un défaut et pas des moindre : sa durée de vie artificielle.
Repris des plus célèbres MMORPG, l’idée de balancer des PNJ qui donnent des quêtes tout au long du jeu pourrait sembler bonne quand on connait l’étendu du monde proposé.
Mais voilà, Monolith Soft a poussé le bouchon trop loin dans les similitudes avec les MMO.

80% des quêtes annexes sont vraiment… annexes.
Vous vous retrouverez donc à farmer littéralement des objets sur des monstres pour gagner un peu d’expérience, avoir des objets ou de la thune, et ça, ben c’est moche, très moche.

Comme elles sont annexes, elles ne sont pas obligatoires, et à moins d’avoir envie de faire 100% du jeu, ne voyez en elles aucun intérêt constructif. Le scénario n’avance jamais avec elles, elles sont essentiellement présentes pour donner de la vie au monde, montrer que les PNJ ont leurs propres problèmes, genre que les crabes X sont trop nombreux sur la plage Y et qu’il faut en tuer 8 (wtf), ou qu’un mec a laissé tomber un papier à l’autre bout de la map, comme par hasard à côté d’un camp de gros bâtards qui gardent le truc comme un trésor de guerre etc….
enfin vous voyez le genre.

Vous voulez mon avis ?
Vous en êtes sûr ?

ok.
Passez votre chemin, aucun intérêt à part sucer votre temps et votre vie. Je le sais par expérience car je l’ai fait dans d’autres jeux, cela n’apporte jamais rien, on est juste satisfait d’avoir passé 300 heures à faire des fucking trucs inutiles pour un 100% qui nous fait gentiment oublier l’histoire moyenne du titre.

Il court il court le furet….. COMBATS

BON, voilà la partie principale.

Dans Xenoblade, vous allez courir, beaucoup courir.
Déjà parce que les zones sont énormes, ça on l’a déjà dit, mais aussi parfois pour fuir des ennemis.
Comme dans un MMO (encore), il y a différents types d’ennemis : ceux qui aggro vos persos parce qu’ils ont pas déjeuné (ou qu’il ont leur tante malade de la syphilis), ceux qui font les fiottes et emmerdent personnes et ceux qui aggro parce que vous utilisez de la magie.

Quand vos persos sont aggro (attaqués à vue à partir d’une certaine distance d’un ennemi agressif), ils sont poursuivis, et deux solutions s’offrent au joueur : combattre, ou fuir.
Si vous décidez de fuir, l’ennemi vous tapera un peu, mais au bout d’une 20aine de secondes, il vous lâchera et retournera à son « poste ». Ceci ne marche pas avec les boss évidemment, mais cela fonctionne avec les NM (on en parlera plus bas).

La symbolique des ennemis :

Au-dessus de chaque ennemi, vous avez des informations importantes. Vous connaissez son niveau, et dans quelle catégorie il appartient. Suivant la différence entre votre niveau et celui de l’ennemi, le jeu vous donnera une information visuelle et colorimétrique de faisabilité de victoire.
Aussi, un ennemi « rouge » sera quasi ingérable (environ 5 niveaux de plus que vous). Pour vous faire de l’XP, privilégiez les ennemis « jaunes » (2 à 3 niveaux de plus que vous).

A côté du niveau de l’ennemi, vous verrez s’il aggro à vue (un « ! » est visible) s’il est inoffensif sauf si vous l’attaquez (pas de symbole), s’il aggro à l’ouïe (symbole sonore, si vous courrez près de lui il vous attaque, si vous marchez lentement il vous laisse tranquille) ou s’il aggro à l’éther (utilisation de magie, proche de lui).
-> Précisons au passage que l’éther est un élément important du jeu c’est en somme comme dans tout RPG la magie, dont l’origine est expliquée dans le scénario (explication convaincante pour le coup).

Donc faites gaffe quand vous voyez des ennemis à l’écran, lockez-les pour voir ce qu’ils sont.. D’ailleurs vous passerez votre temps à appuyer sur R ou L pour locker les ennemis qui vous entoure tout en avançant, ceci mettant malheureusement de côté une fois de plus le côté exploration, pour privilégier le côté « peur » des ennemis, comme dans un MMO (once again…)

Combats :

On va prendre un exemple simple pour expliquer le système de combat complexe de Xenoblade.
Vous voyez un ennemi à quelques pas de vous. Avec la touche R ou L, vous le lockez, puis vous pouvez vous lancez à l’attaque ou bien l’attirer vers vous (en appuyant sur « bas » une fois locké).
Vous décidez de l’attaquer : vos persos partent à l’assaut de l’ennemi. Une fois dessus, le combat débute.
Vous verrez à l’écran différentes informations durant le combat.

Colonne de gauche :

La première étant à gauche, en colonne, contient vos personnages, leur vie et s’ils ont des altérations d’état (symbolisées par des carrés à côté du portrait). Si vous lancez par exemple un sort pour soigner ou aider un perso, vous pourrez le sélectionner dans la colonne donc à gauche.

Jauge de combos bleue :

En haut à gauche, une jauge de 3 rectangle, qui tendent à devenir bleus dans les combats. Ceci est très important. Cette jauge va servir à 3 choses.

– La première, c’est de pouvoir lancer une sorte de combo quand elle est pleine, qui vous fera choisir les attaques à envoyer de vos 3 persos l’un après l’autre, sans que l’ennemi ne riposte entre temps. Prenez votre temps pour choisir, ce n’est pas timé. (malheureusement, on regrettera de vraies attaques combinées dévastatrices comme dans un Chrono par exemple.. ça reste anecdotique finalement les combos)

– La seconde, c’est que si l’un de vos perso meurt, pour le ressusciter, allez vers son corps, appuyez sur B pour le ranimer, cette action bouffe 1 rectangle bleu. (si vous n’avez pas au moins un carré bleu plein et que votre perso meurt, le combat prend fin et vous vous retrouverez au dernier check point ou à l’entrée de l’arène du boss)

– La troisième est un peu plus subtile, et sert quand Shulk a des visions à prévenir un perso, dans ce cas, appuyez avec Shulk sur B près d’un perso que vous voulez prévenir. (très utile pour healer un perso au dernier moment ou effectuer une action pour changer le cours des choses, mais encore une fois, ça bouffe un carré complet.

Chacun joue comme il l’entend, mais sachez que l’idée de combo (la 1ère donc) peut paraître bien mais au final elle est complètement inutile, on préfèrera utiliser les rectangles pour la sécurité, ou ranimer.
Pour faire monter la jauge bleue, 2 moyens : à certains moments, vous verrez un QTE où il faut appuyer sur B au bon moment (centre du cercle) qui vous fera gagner presque un rectangle, sinon il faut faire des attaques spéciales pour faire monter la jauge.

N’oubliez pas ceci : si vous n’avez pas au moins un rectangle de rempli, que vous perdez un perso, vous ne pourrez pas le ranimer avant de l’avoir rempli, et si c’est le personnage MAIN (que vous utilisez, la plupart du temps Shulk), vous perdez le combat et revenez soit au dernier point de contrôle, soit à côté du boss pour recommencer le combat.

Car il n’y a pas de Game Over dans Xenoblade, si vous perdez, vous ne recommencez pas à voter dernière sauvegarde, mais au dernier endroit sûr, soit un repère, soit juste devant l’entrée de l’arène du boss. Et ça, ça risque de vous arriver, souvent.

Les attaques automatiques :

De base, vous êtes en combat, votre personnage tapera l’ennemi s’il est assez proche de vous. Le timing et la fréquence de l’attaque dépendent de votre agilité en grande partie, mais difficile malheureusement de privilégier l’agilité au reste dans les Gemmes, donc bon..

Les attaques spéciales :

Enfin, en bas de l’écran, à la place de votre habituel menu, vous verrez les différentes attaques spéciales dont vous disposez pour défoncer les ennemis.
Je ne vais pas tout détailler, ce serait trop long.
Disons simplement que c’est très bien fichu, que certaines attaques font plus mal sur le flanc de l’ennemi, ou derrière lui (du coup vous bougerez pas mal en combat, ça c’est super cool), que vous pouvez aider vos amis, les healer etc… et évidemment balancer de plus grosses attaques. Les attaques spéciales ont un temps de recharge différents les unes des autres et qui se modifie quand vous faites évoluer son niveau dans le menu grâce aux PC.

En gros, le jeu est assez technique à ce niveau, on peut y jouer de plein de manières différentes, en fonction de ce qu’on préfère (exemple : beaucoup utiliser monado comme arme de frappe ou se servir des boucliers pour protéger etc.).
Les persos suivant leurs évolutions dans l’arbre, dans les compétences etc.. se jouent de plein de façons différentes. Pour moi c’est une belle réussite à ce niveau, car même si on se bat beaucoup trop dans le jeu à cause de ce qu’il est, on prend du plaisir pendant les combats, car les possibilités sont mutiples.

S’ils avaient foiré cette partie, ça aurait juste été la mort, donc ça va. C’est suffisamment technique et bien pensé pour que l’on s’y attarde vraiment et qu’on prenne du temps à comprendre comment marche chaque personnage !

Les visions de Shulk :

Dans certains combats, par moment l’ennemi prévoit une attaque spéciale qui soit peut tuer, soit taper fort soit mettre une altération d’état à un de vos allié. Dans ce cas, Shulk a une vision. Le jeu est mis en pause et vous entrevoyez l’attaque de l’ennemi. S’en suit un timer avec en haut à droite, qui sera frappé, à combient de dégats etc…

Pratique et vraiment super bien pensé comme feature, on ragera cependant parfois de constater que le combat est cuté de trop de « visions », que l’on perd parfois le rythme contre des boss à cause de ça, et que l’on ne peut, juste, pas passer la séquence  (une touche « skip » aurait été vraiment appréciée !!!!!).

Spoiler:
Voulez vous en savoir plus ? Voir

Vous verrez en jeu. Parfois cela aide, car comme avec certaines attaques spéciales on peut augmenter ou réduire son aggro (son hostilité envers l’ennemi, qui focalise son attention et 80% de ses attaques sur le perso qui a le plus haut taux d’aggro, donc trop de heal, du tank ou trop de dps… comprenne qui pourra). Donc on peut gérer ce qui va se passer grâce à ça, c’est une sorte de cheat code que vous découvrirez dans le jeu, mais autant en parler, parce qu’elle a le mérite d’être un truc novateur qui est vraiment pas mal au fond, malgré les défauts flagrant de perte de rythme.

On regrettera aussi que les visions ne détaillent pas les attaques de zone. Si l’ennemi est focalisé aggroïquement parlant sur un perso et prévoit une attaque qui touchera tout le monde, cela n’indiquera au joueur que le perso ciblé, et pas le groupe.. dommage.

Vos gueules et montez les FPS !!! :

Comme dit déjà ailleurs, pendant les combats, ça gueule trop.. Ça c’est chiant.
Dès qu’un de vos perso balance une attaque spéciale, il gueule un truc, toujours pareil évidemment… Alors imaginez que les 3 persos balancent sans arrêt des attaques, bah ça gueule de partout…

Maintenant imaginez que parfois, dans certains boss, le fps descende à environ 5… ça rame, on voit rien, on peut pas se déplacer, on ne peut pas sélectionner ce qu’on veut, en plus les ennemis ne sont pas transparents en combats, donc on se retrouve bloqué, à crever parce qu’aucun autre choix n’est envisageable///////

Rageant, très rageant. surtout quand le tank (le perso qui est censé garder l’aggro du mob) ne suit pas votre choix.. Pour changer de cible , vous n’appuierez que sur R ou L, mais pour que le tank et le heal vous suive dans le changement, vous devrez faire « ZR+haut »…

Changer de cible :

En combat, parfois vous affronterez plusieurs ennemis à la fois, dans ce cas il est utile de pouvoir facilement changer de cible d’ennemis..
Malheureusement, là c’est tout raté-pâté. La plupart du temps, le changement de cible ne marche pas, car ça rame, on cherche en plein combat un angle de caméra pour mieux appuyer sur le changement, parfois aussi, les changements de cibles sont automatiques, on comprend plus rien et on cible plus qui on voulait cibler. Vous sortez littéralement du combat et arrêtez d’infliger des dégâts pour changer de cible… nul.

Enfin, comme dit au-dessus, quand vous changez de cible, évidemment, pour que vos compagnons (que vous ne dirigez pas hein) attaquent la même personne, il faut appuyer sur ZR + [haut], imaginez tout ceci quand le combat rame et que la caméra ne veut plus bien se positionner…..
Imaginez le tout en un shot : ralentissements + changement de cible foireuse + parfois aussi, le perso qui doit venir vous ranimer qui est bloqué par les ennemis car ces cons de dev ont pas pensé faire transparents les ennemis dans les combats.. bah voilà, vous avez devant vous probablement votre manette cassée tant c’est énervant.

Jackpot !!
Vous devenez juste, fou.

les NM :

Les NM, ou « Notorious Monsters » sont les Monstres qui ont un nom commun unique, différents de leur congénères, même s’ils peuvent leur ressembler. Ils sont beaucoup plus puissants que les ennemis standards, parfois à tuer pour honorer une quête ou pour avoir certains objets, il vous faudra faire attention. Parce qu’un ennemi avec 3 niveaux de plus que vous c’est gérable, mais un NM avec la même différence sera un petit challenge déjà.

Ils rapportent également plus d’expériences que les ennemis standards, donc parfois, ça vaut le coup

Une fois le combat fini :

Ben on gagne des points d’XP et de PC en toute lo-geek avec un coffre à ouvrir laissé par le cadavre disparaissant.
Les PV perdus pendant le combats se régénèrent avec le temps, et ce très rapidement, donc inutile de chercher comment vous soigner, vous ne pouvez pas, et c’est automatique.
(excellent feature)
La régénération des PV est stoppée si vous entrez dans un nouveau combat cependant.

Difficulté, réglage du gameplay :

Mis à part les soucis techniques dans certains combats insupportables, le gameplay est réglé au poil. Attention, je parle du gameplay, pas de la difficulté du jeu qui est elle, discutable.

Parce que faire un jeu dur aujourd’hui, c’est rappeler au joueur que la vie c’est dure (ahem..) et que tuer un monstre de 300 livres avec une épée n’est pas chose aisée. Xenoblade est une scie à bois.
La difficulté est très mal réglée. Contrairement à Suikoden par exemple, vous n’arrivez pas à un boss en ayant suivi la trame standard du jeu sans en chier un minimum. Quand vous arrivez au boss, dans 70% des cas, vous n’avez juste pas le niveau, ou alors c’est que vous avez passé des heures dans la zones à taper tout le monde et à faire des quêtes annex-Ô-pourrites.

Sans tracer, je me suis retrouvé niveau 69 devant un boss niveau 75 que je ne pouvais juste pas toucher. J’ai été faire 2 heures de Lvup, je suis revenu, je pouvais le toucher mais pas le tuer.. je suis revenu un peu plus tard, je lui ai éclaté la tronche violent, j’étais niveau 74… Voilà. Un niveau dans Xenoblade, c’est ce qu’il peut vous manquer pour juste faire ce qu’il faut pour avancer. C’est très très mal réglé.
D’autant qu’on sait que pour pallier à ça, ils ont mis des centaines de mob partout dans les donjons, qui repopent tous les X temps en plus des quêtes dans les zones pour prendre du niveau, donc en gros, ils encouragent de mettre de côté l’histoire, la trame, le nerf du RPG pour faire des choses inutiles pour avoir le level pour taper le boss… lol.
Bah… c’est nul.

Donc préparez-vous à faire du level up, avec un bon café, du métal à 50DB et une TV qui diffuse Bioman à côté, le level up ça passe comme un suppo……

DUREE DE VIE / REPLAY VALUE

La durée de vie est très conséquente. Rien que pour l’histoire, sans tracer, comptez environ 75 heures. Si vous partez dans le 100% avec les quêtes etc… on se rapproche limite d’un FF10, donc environ 250 heures probablement (je n’ai pas été jusque là je vous le dis tout de suite ^^).

Le jeu recèle d’un nombre de quêtes aussi abusées qu’inintéressantes. Aucune ou peu font avancer l’histoire, elles servent à prendre de l’XP, ou simplement faire de la tune.. comme… ben dans un MMO évidemment. Pour ceux qui ont jouer à WoW, vous savez très bien de quoi je parle

Alors, parfois, pour découvrir un peu la nouvelle zone, on prend du temps pour visiter, aller faire le foufou dans des endroits où ‘ya des streums trop balèzes, mais les zones sont tellement grandes, il y a tellement peu à faire au final dedans à chaque fois de vraiment utile, qu’on a pas forcément envie de s’y attarder.
Enfin en admettant qu’on veuille vraiment y passer beaucoup de temps, dans ce cas, ben c’est clair que ‘ya de quoi faire !

La Replay value de Xenoblade est égale à : NEANT.
Evidemment, c’est un RPG, plutôt très long, du coup, bah ‘ya pas de Replay value, sauf pour refaire le jeu en New game + où vous recommencerez avec certains items etc.. ‘faut franchement la foi une fois le jeu fini pour se relancer une partie tant le scénar n’est pas accrocheur.

Vous imaginez bien qu’il n’y a pas de combats ou de mode 2 joueurs ^^(quoique dans Xenogears on en avait un.. ils auraient pu bricolé un truc rapidos, mais intérêt 0 clairement.

CONCLUSION

Bon après ce long test, qui m’a pris du temps car je voulais arriver à la fin avant de donner mon avis général comme certainement beaucoup de testeurs Web l’ont fait précédemment (lol, je n’y crois pas, je pense juste que les gars ont pondu le truc rapidos…) voilà ce qu’il en ressort :

De toute cette génération de consoles, Xenoblade est LE RPG à faire malgré tous ses défauts. Parce qu’on est pas con, et que malgré la superficialité dont sont abordés les thèmes cruciaux du scénario, on peut personnellement faire l’effort de voir ce qui se cache dans l’esprit des mecs qui l’ont fait. Malgré tout, les thèmes abordés sont intéressants, même si la trame est très discutable et beaucoup de soucis qui l’entoure, on a quand même envie de voir comment toute cette mascarade va finir.

Les dev n’ont je pense pour ma part, pas du tout réussi à transmettre ce qu’il fallait dans le jeu, et ce malgré les moyens qu’ils avaient. Le scénario est bâclé et même s’il ne l’avait pas été, il n’est je pense pas assez profond, les thèmes abordés sont complètement survolés au bénéfice de morceaux de Gameplay qui seront vite oubliés. Les amoureux de Vagrant story, Chrono et Xenogears verront ces défauts, ceux qui aiment tout ce qui est WoW, et systèmes avant scénar, adoreront, tout autant que les trappeurs du leveling ou les randonneurs du RPG qui aiment se balader et profiter de beaux points de vue.

Pour ma part, c’est un bilan mitigé sur presque tous les points, à part l’ambiance, qui est là, c’est net.
Je me suis pas mal ennuyé à de multiples reprises à cause du scénario et de beaucoup de choses rageantes notamment dans les combats contre certains boss, bugs, difficulté mal réglée. C’est aussi une des raisons pour lesquelles j’ai mis autant de temps à le finir. Mais au moins, voilà, vous avez mon opinion, faites en ce que vous voulez, moi je vais ranger ma Wii pour quelques temps je pense.. Elle n’a jamais autant tourner, et mine de rien, je trouve ça dingue qu’on ait tout de même un jeu aussi abouti sur cette console, car clairement, c’est un des meilleurs si ce n’est le meilleur jeu de la génération actuelle (cette phrase me fait mal au cœur et je pense la regretter quand je cliquerais sur « envoyer »).

A faire quand on a déjà fait les classiques je pense, pour justement, déceler les défauts du titre, malgré toutes les bonnes idées, il reste un titre difficile, tant à jouer (difficulté) qu’à finir (longueur tout du long, scénario guimauve).

Ce que j’aime :

– On a la chance de l’avoir en france, il faut foncer malgré tout
– Les voix jap !!! fuck yeah !
– Les musiques
– Le système de combat
– L’énorme monde proposé, vraiment gigantesque
– C’est bÔ !!!

Ce que je n’aime pas :

– Le scénario, complexe mais peu profond
– Les thèmes importants abordés et totalement survolés
– 1010101010101010101010 : la « binarité » du jeu dans son évolution et sa trame.
– Les quêtes annexes
– Les ralentissements et problèmes techniques agaçants
– L’histoire de l’épée toute moisie -_-
– Les persos pour la plupart nian-nians

Spoiler:
Voulez vous en savoir plus ? Voir

Sorties :

Wii jap
Wii USA
Wii PAL FR
Wii PAL version collector

@Minouche (12/08/2013)

Xenoblade Chronicles - Wii

67%
67%

Malgré ses défauts évidents, Xenoblade reste l'un des meilleurs RPG jap de la génération actuelle, et sur Wii... Aurait-il pu être le messie s'il n'avait ces lacunes de rythmes et dans son scénario ?
A faire, de toute évidence, en gardant à l'esprit qu'il vous sera difficile de trouver meilleur dans le genre de nos jours.

  • Scénario
    4
  • Graphismes
    6
  • Richesse de l'Univers
    8
  • Sound Design
    6
  • Durée de vie
    10
  • Gameplay
    6
  • Notes des internautes (1 Votes)
    9.9
Partage moi ça ma gueule !

A propos du gangeekeur

Retrogamer, collectionneur et fan de culture geek en tout genre.

4 commentaires

  1. Un jeu déjà culte, considéré comme l’un des meilleurs J-RPGs de tous les temps par certains et pourtant je n’ai pas réussi accroché. Le système de combat m’a soulé et les premières heures sont vraiment chiantes et ne donne pas envie de continuer.

    Au risque de blasphémer vis à vis des nombreux adorateurs de ce jeu, je lui préfère de très loin The Last Story.

  2. +1 Niko
    entièrement d’accord, pas réussi à accrocher, l’histoire donne pas spécialement envie de savoir la suite, c’est mou du cul, je trouve que ça se paluche grave sur ce jeu alors que des jeux comme last story se sont un peu fait taillés.

  3. Quand je vois vos avis Nico et PstyleZ (^^), je ne comprends pas… Comme le dit le Test de Minouche, il faut environ 75H pour finir le jeu sans quêtes annexes. Comment pouvez vous juger et dire que les gens se paluchent sur ce jeu sans même en avoir fait ne serait ce que la moitié ?? Ça me dépasse… Pour moi, c’est comme juger les gens sur un premier regard, sans les connaitre. Et je considère ça comme un vrai défaut. Et si le début ne vous donne pas envie de continuer, c’est que vraiment vous n’avez pas du jouer plus de 2H ! Ou alors vous avez passé 5H à tourner en rond dans le village de départ !

    Minouche, je ne vais pas te déballer mon argumentaire complet ici, tellement il y aurait à dire vu qu’on a des avis très différents. Je l’avais déjà fait sur Limited il me semble. Juste : je te trouve beaucoup trop dur avec ce jeu. Surtout niveau Gameplay et Scénario que je trouve très bon. (Sans être excellent). Ok pour la fin un peu juste. Mais si on compare à ce qu’on a eu en terme de Rpg ces 10/15 dernières années, on ne peut que faire l’éloge de ce jeu !

    D’ailleurs je ne comprends pas comment tu arrives à le qualifier de « meilleur jeu » de cette génération alors que tu passes la moitié de ton test à le descendre. ^^ Mais bon tant mieux.

  4. Pingback: [TEST] Bravely Default - 3DS » Gangeek Style

Lâche un com' ou une insulte