Blandine: une cosplayeuse zombie avide de sang frais

0

Qui n’a jamais croisé un cosplayeur dans un salon manga ou jeux vidéo ? Je ne parle pas du mec qui se contente d’enfiler un slip jaune par dessus un caleçon bleu, quoi qu’il y ait tout de même de l’idée mais j’aimerais aujourd’hui vous parler des passionnés de cosplay, ceux pour qui passer des heures voire des jours, voire des mois, voire des années (c’est bon j’arrête là !) à confectionner leur costume leur donne la banane !

Le cosplay vient de la contraction des mots anglais costume et playing et définit l’art de rentrer « dans la peau » d’un personnage virtuel, que ça soit un héros de manga, de comics, de jeux vidéo, de film ou d’animation. Ce courant provient de la culture japonaise, mais son origine serait plutôt américaine (de nombreux fans de Star Trek arborant les oreilles allongées de Spoke et ses acolytes à la sortie des films en salles).

Au Japon, on se fiche pas mal de savoir comment a été fait le costume, il existe même un grand nombre de boutiques qui vendent ou louent des déguisements d’un peu de tout et n’importe quoi. C’est plus le rendu final qui compte, l’apparence.
En France, on parle plutôt de performance car les cosplayeurs s’attachent autant que possible à créer de leurs propres doigts leur costume, quitte à détourner un objet de son utilisation première si celui-ci peut lui apporter quelque chose.

GangeekStyle vous propose aujourd’hui de faire connaissance avec Blandine, 27ans, professeur des écoles en Bourgogne, participant depuis 3 ans aux marches zombies à Lyon.

Hello Blandine, peux-tu nous dire comment tu as découvert l’univers du cosplaying et ce que cette activité représente pour toi?
Salut ! C’est simple, j’adore tout ce qui touche au monde des zombies. J’ai découvert par hasard sur le net l’existence des marches zombies à Lyon , c’est pas trop loin de chez moi et c’est donc assez naturellement que j’y participe depuis 3 ans. C’est un bon moment partagé avec des amis et d’autres personnes, fans comme moi des zombies.

Qu’est-ce qui te plait le plus dans ce loisir?
Être cosplayeur, c’est se mettre dans la peau de quelqu’un d’autre le temps d’une journée et savourer ce moment avec d’autres personnes (des amis ou des inconnus), rentrer dans un personnage qu’on ne rencontre pas tous les matins dans la rue. Ça me permet d’être complètement différente de ce que je suis dans la vie de tous les jours, d’être plus sanguinolente !

Combien de temps accordes-tu à ce loisir ?
J’y consacre environ une semaine tous les ans car il n’y a qu’une seule marche zombie à Lyon par an.

2

Selon toi, quelles qualités doit avoir un cosplayeur ?
Je pense qu’il faut une ouverture d’esprit sans limite et un bon jeu d’acteur. Tu rencontres beaucoup de monde lors des marches zombies, il faut de l’imagination pour ne pas ressembler aux autres et sortir du lot.

Quelles sont tes autres passions ?
J’aime vraiment l’univers des zombies, je joue donc aux jeux vidéo comme les Resident Evil, Left 4 Dead mais je ne dis pas non à un bon vieux Mario. Côté lecture, je lis surtout des thrillers. Et bien entendu, j’adore regarder les films d’horreur (j’aime bien aussi les films comme Le Seigneur des anneaux et Bilbo).

3

Tu voues un culte aux zombies, peux-tu expliquer en détail comment tu as fait tous les éléments de ton cosplay et combien de temps il t’a fallu ?
Pour la dernière marche, c’était sur le thème des zombies mutants, j’ai utilisé différents éléments : du latex liquide, du plâtre et de l’Ebly pour faire mes gros boutons sur la figure, de la bonne colle liquide pour maquillage, des vieux vêtements ensanglantés et un mixage avec sirop de cerise pour le faux sang. J’ai aussi utilisé quelques accessoires : un poupon un peu sanguinolent, des yeux à coller sur les jambes et une faux en guise de main et c’est parti! La préparation a duré environ 4 heures, il a ensuite fallu 5 bonnes heures de transformation sur moi !

Y a t-il des éléments que tu fabriques toi même?
Les boutons sur ma figure ont été fabriqués « maison » avec ce que l’on a trouvé dans la cuisine de nos hôtes (farine et sel pour le plâtre et cœur de blé Ebly pour mettre dans le latex liquide pour que les boutons soient durs). Je n’utilise pas de modèle particulier. C’est la maman d’un ami qui est très douée dans l’art de vous rendre zombie qui suit son inspiration après avoir recueilli mes envies.

Qu’est-ce qui a été le plus difficile à réaliser dans ton cosplay ?
Les boutons! Il faut les sécher au sèche-cheveux, les décoller à la pince à épiler et les déposer délicatement sur le visage pré-collé.

4

Combien ce cosplay t’a coûté en tout ?
Je dirais une vingtaine d’euros car le latex, la colle et le maquillage m’ont été fournis par la maman de mon ami.

Es-tu satisfaite de ton cosplay?
Ah mais plus que jamais ! Je me suis trouvée répugnante et bien glauque comme je le voulais. J’ai eu pas mal de succès auprès du public ! De nombreuses photos de moi ont été prises par des photographes amateurs et se sont retrouvées dans leurs galeries Facebook. Les gens dans le métro m’ont aussi bien apprécié.

5

Aurais-tu une anecdote sur ton parcours dans le cosplay, la création du costume… ?
Pour la première marche zombie, il faisait assez chaud et nous avions utilisé du faux sang à base de sirop de cerise, bref du bien sucré ! On s’est retrouvé avec des abeilles collées de partout sur nous !

6

Quels sont tes futurs projets ?
La marche zombie de 2014 pardi !

Pour finir, quelle question aurais-tu souhaité que je te pose et qu’aurais-tu répondu ?
« T’as faim ? » « Braiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiins »

En voilà une qui a bien choisit son métier !

Partage moi ça ma gueule !

A propos du gangeekeur

Nana de 31 ans n'ayant plus quitté l'univers des jeux vidéo depuis son 7ème anniversaire, avec la réception d'un pack gameboy avec Tetris et Kirby ! Plutôt attirée par l'univers Nintendo au départ, par la suite a succombé aux charmes de la PS1 avec son lot de RPG. Genres de prédilection : la plateforme et les jeux de rythmes

Lâche un com' ou une insulte