Tearaway – PSVita

1

C’est la mode du papier ? Alors que tout s’informatise et se dématérialise, on pourrait dire que non. Les lettres sont peu à peu remplacées par les e-mails ou encore les SMS, les blogs et autres sites prennent le pas sur la presse papier… A l’ère du numérique, le papier trouve toutefois une petite place dans l’univers des jeux vidéo avec la série des Paper Mario. Et aujourd’hui, il y a aussi Tearaway, qui lui rend hommage de la plus belle des manières…

Introduction

Tearaway est un jeu de plateforme développé par Media Molecule, petit studio anglais déjà à l’origine de Little Big Planet sur PS3. Si dans ce dernier on contrôlait une poupée en toile de jute, pour Tearaway, l’inspiration vient de la base : un papier et un crayon.

L’originalité du jeu réside dans les décors et personnages entièrement faits de papier, surfant sur la mode du papercraft, et tout ça animé bien sûr !  D’ailleurs, vous pourrez débloquer des patrons récupérables sur le site tearaway.me que vous pourrez imprimer afin de créer de vos doigts votre propre univers.

Comme Little Big Planet, une des idées directrices de Tearaway est donc la créativité ! Mais pas seulement…

Voulez vous en savoir plus ? Voir

 

image2

Scénario

 Tearaway a été pensé de manière à casser le fameux « 4e mur » qui est l’écran qui nous place uniquement en tant que spectateur/joueur. Vous ne faîtes pas que contrôler une mascotte en vue à la 3ème personne avec une tête en forme de lettre (Atoi ou son anagramme Iota selon le genre que vous choisirez), mais vous êtes aussi le but à atteindre, le ou la « Vou », votre face apparaissant à travers le soleil troué par les Scraps, d’horribles boites en papier mâché qui n’auront qu’à cœur de troubler votre aventure. Vous faites donc partie intégrante de l’histoire !

D’ailleurs, si on s’attarde sur l’étymologie des mots, les noms des différents personnages n’ont pas été choisi au hasard : iota est le nom grec de la lettre i qui signifie « je » ou « moi » en anglais, atoi fait facilement penser « à toi », sa destination, c’est pareil pour le « Vou » qui vous représente. Le titre du jeu, Tearaway, signifie casse-cou en anglais, cela veut sans doute dire qu’il vous faudra prendre des risques si vous voulez réceptionner votre dû.

Pour récupérer votre message, il vous faudra interagir avec le jeu afin de débloquer certains passages à votre mascotte : il faut plier, déplier, froisser (…) les éléments du décor pour progresser dans l’aventure.

image3Tel un dieu, vous apparaissez au centre du soleil percé ! Bon, la c’est Minnie, Vous ne  croyiez tout de même pas que j’allais vous montrer ma face?

Gameplay

Tearaway propose un gameplay complètement adapté à la PSVita ! Au départ, notre personnage n’a aucune compétence, il les acquiert au fur et à mesure (gameplay évolutif): le saut, la roulade… Pour aider  la mascotte à progresser dans ce monde de papier, vous pourrez exploiter différentes fonctionnalités de la console : écran tactile avant pour plier/déplier/soulever des éléments de décor ou écraser certains ennemis, pavé tactile arrière pour activer des tambours permettant de faire sauter la mascotte ou de faire apparaître votre doigt à l’écran pour enclencher des mécanismes par exemple (et ainsi avoir vraiment l’impression d’être DANS le jeu), mais aussi appareil photo (avant et arrière), microphone ou encore détection de mouvement (quelques passages à la Marble Madness fort bien fait !).

C’est pas toujours évident de diriger sa mascotte quand on interagit avec le pavé tactile arrière, surtout si on doit utiliser plusieurs doigts, mais rien d’insurmontable, et puis, ça permet des situations assez cocasses ! Le pavé tactile arrière retransmet bien l’impulsion que vous lui avez donné avec vos doigts pour les sauts avec les tambours, c’est génial ! On adore les passages où nos doigts apparaissent comme par magie à l’écran pour aider sa mascotte à franchir certains passages. C’est encore plus jouissif que de se les coller dans nos fosses nasales… ou ailleurs !!

Concernant la caméra, comme dans tout jeu de plateforme, on rencontre parfois quelques problèmes.

image5Abracadabra, le gros doigt!

Iota (ou Atoi) se ballade donc dans un univers de papier en 3D. Il pourra récupérer sur son chemin des confettis qui lui serviront à acheter des éléments de décor pour les phases de création ou des filtres et objectifs pour votre appareil photo. Des cadeaux sont aussi dissimulés sur votre parcours ou s’obtiennent en aidant les habitants. Certains contiennent des patrons de papercraft, d’autres des confettis. D’autres patrons sont déblocables en prenant en photo tous les malheureux ayant perdu leurs couleurs (ils sont facilement reconnaissables puisqu’ils sont intégralement blancs et vierges de tout coup de crayon, on ne distingue que leur silhouette !)

Des PNJ vous demanderons parfois de dessiner des objets en échange d’un petit cadeau, vous laissant intégralement libre du rendu final, tant que cela vous convient. C’est super cool, on peut toutefois reprocher le manque de visibilité lorsqu’on dessine, car pour rappel, on ne peut pas utiliser de stylet sur l’écran de la PSVita et du coup, avec nos gros doigts, on ne voit pas le crayon virtuel et le résultat final s’en ressent car ce n’est pas très précis. On arrive quand même à faire des trucs bien sympa !

Voulez vous en savoir plus ? Voir

 

image9

Une mascotte de papier, c’est très fragile. Ca s’envole dans le vide, ça s’écrase par le moindre élément de décor lui tombant dessus, ça se déchire en cas de contact trop brutal avec l’ennemi… Bref, votre lettre perdra facilement son timbre, et sans timbre, le message ne pourra arriver…

Aujourd’hui, le statut de l’erreur dans les jeux vidéo évolue plutôt vers le paradigme où le game over n’existe pas. A l’instar de Rayman Legends, pas de vie limitée, on tombe = on recommence au dernier checkpoint, et dans Tearaway, il y en a beaucoup. Ça rend bien évidemment le jeu très accessible. Une dizaine d’heure suffira pour terminer le jeu à 100%, mais vu le prix (environ 25€), c’est tout à fait honorable. Les trophées du PSN permettront d’augmenter un peu la durée de vie ainsi que la difficulté si on veut obtenir le platine en finissant chaque passage sans perdre son timbre par exemple !

image91

Technique

Le monde de papier de Tearaway est magnifiquement animé. Si nous prenons en exemple la cascade, on voit des bandes de papiers se dérouler inlassablement en stop motion (animation image par image). Le rendu papier est superbe, on ne se lasse pas d’admirer les somptueux paysages, pourtant parfois dépouillés, mais peu importe, la poésie est là. En ce qui concerne les personnages et autres bestioles rencontrés au cours de l’histoire, on sent l’inspiration venant de la nature et du bestiaire des contes traditionnels (le Wendigo par exemple). L’ambiance du jeu est telle qu’on a parfois la larme à l’œil. On se prend une vraie claque au dénouement de l’histoire.

Niveau sonore, ça colle parfaitement au déroulement du jeu. Les musiques proposées sont très variées et puisent leur inspiration dans la musique folk traditionnelle. Les bruitages sont eux aussi vraiment bien coordonnés !

image4

Conclusion

 Tearaway est un jeu de plateforme sans aucune prétention et est rempli de poésie. On parcourera avec plaisir les différents niveaux proposés. La recherche des différents collectibles nous permettra d’y revenir avec plaisir. Fouiller chaque recoin de ce monde en papier, en prenant le temps d’admirer les magnifiques décors nous laissera pantois. Les nombreuses interactions entre vous et votre mascotte vous plongera au cœur de cette histoire. Les quelques petits défauts ne sauront pas gâcher votre expérience de jeu. Bref, Tearaway est une ode à la créativité et l’imagination ce qui en fait un jeu bien loin de tous les jeux cherchant des performances à outrance en voulant reproduire au maximum la réalité. Un peu d’air frais, ça fait pas de mal !

Sans aucun doute, Tearaway est un must-have de la PSVita !

Terraway - PS Vita

96%
96%

Tearaway renouvelle excellemment bien le genre de la plateforme en proposant des tonnes d'interactions exploitant parfaitement les fonctionnalités de la PSVita.
Un titre vraiment poétique dans un univers de papier exceptionnel !
A faire absolument !

  • Scénario / Ambiance
    10
  • Gameplay
    9
  • Graphismes
    9
  • Musiques / Sons
    10
  • Intérêt général
    10
  • Notes des internautes (0 Votes)
    0
Partage moi ça ma gueule !

A propos du gangeekeur

Nana de 31 ans n'ayant plus quitté l'univers des jeux vidéo depuis son 7ème anniversaire, avec la réception d'un pack gameboy avec Tetris et Kirby ! Plutôt attirée par l'univers Nintendo au départ, par la suite a succombé aux charmes de la PS1 avec son lot de RPG. Genres de prédilection : la plateforme et les jeux de rythmes

Un commentaire

  1. Excellent test c’est cool, ce jeu mérite qu’on parle de lui, dans cette ambiance de morosité pré fêtes de fin d’années il m’a donné le smile tout le long de l’aventure !
    Et meilleure exploitation du touchpad arrière à ce jour.

Lâche un com' ou une insulte